Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Fil des actualités

Fête des possibles : la société éthique et équitable évolutive

Le Samedi 22 Septembre 2018 à Caylus 82160 à 9h 30: salle des associations entrée médiathèque Avenue du Père Huc ( route principale qui traverse le village)

Fête des possibles : la société éthique et équitable évolutive, choisir entre le développement durable de la misère économique ou la coopération sociale , éviter que le développement durable devienne celui de la dette.

Choisir entre le développement durable de la misère économique ou la coopération sociale pour éviter que le développement durable devienne celui de la dette

« Les systèmes tiennent souvent plus longtemps qu’on ne le pense, mais finissent par s’effondrer beaucoup plus vite qu’on ne l’imagine » Kenneth Rogoff, Le Monde, 17 juin 2011 

Penser Global , Agir Local : prendre le temps de construire un nouveau social entre êtres humains conscients des dangers...

Les grands projets qui oublient le développement social au début du processus d' une troisième voie en recherche d'équilibre et d'équité construisent la misère sociale actuelle

Penser Global c'est éviter de fuir devant le danger et le constat des réalités , comme le dit CYRIL DION : « L'EFFONDREMENT EST DEJA LA » voir la vidéo

Stéphane Lejoly nous rappelle qu'un système social, économique, financier, politique et « moral » est en train de se fissurer puis de s'effondrer peu à peu sous nos yeux (et sous nos pieds !) Lire la suite

Côté environnement le réchauffement climatique perturbe nos habitudes et nos méthodes de culture , les diversités disparaissent, les sols deviennent stériles , des catastrophes écologiques se multiplient ....

Les mers sont polluées par les déchets, les plastiques mais aussi par de véritables bombes à retardement : six mille trois cents épaves de navires coulés pendant la Seconde Guerre mondiale, qui rouillent depuis plus de soixante-dix ans au fond de l’eau voir la vidéo

Dans son livre La Société civile : le 3e pouvoir, Nicanor Perlas ne dicte pas le chemin, mais présente un outil de compréhension du processus mondial en cours. Car tout reste encore à inventer... la suite 

L'association pour une constituante informe que la crise politique que nous traversons est notamment une crise de la représentation, qui trouve ses racines dans la sclérose de nos institutions  voir le  site

Ces pistes de réflexion sont des bases pour concevoir un nouveau social entre êtres humains conscients des dangers...Un noyau capable de réfléchir en s'entendant les uns et les autres au-delà de toute idéologie et de tout discours  pour revendre du matériel inutile aux  biens communs mais utile pour le développement de la dette . 

 Ce noyau porteur ne sera pas formé d'un nombre considérable d'êtres humains  , actuellement la gouvernance actuelle considère que l'incontournable est de poursuivre le même chemin en changeant les étiquettes, le nom des étiquettes en ventant des propagandes et des recettes illusoires  . Un noyau  capable d'imaginer un modèle social émergeant des éventuels effondrements à venir sera capable de considérer la développement de la dette comme un des effondrements  à venir.

Les incontournables pour construire la société équitable évolutive

Hommage aux 16 résistants : espoir aux petits porteurs de projets sociaux qui prolongeront cet exemple voir la suite

 

Recherche d'un équilibre éthique et équitable sur le même territoire
Des pistes de réflexion pour choisir
Des propositions pour agir

Dans un rayon de 14 kms «  Splendeurs et pollution pour quel social et quel tourisme ? »
A Caylus : le lavoir public de la ville voir la suite
A Septfonds un élevage intensif de 6500 porcs voir la suite

Les incontournables pour construire la société éthique et équitable évolutive voir la suite

Préparer un financement coopératif pour la venue de André Bellon Pdt de l'association pour une constituante et de Michel Laloux auteur de Démocratie Evolutive et de Dépolluer l'économie en préparation de  la Fête des possibles  en Septembre 2019 : choisir entre le développement durable de la misère économique ou la coopération sociale
Avec la participation de l'association pour une constituante et de Démocratie Evolutive et les actions citoyennes qui souhaiteront se joindre à cette construction évolutive d'une troisième voie.

Des pistes de réflexion pour choisir

Note à l'intention des cercles de l'association « pour une constituante »

Après plus de douze ans d’existence, notre association a contribué à imposer dans le débat politique, sinon la nécessité de l’élection d’une assemblée constituante, du moins l’idée selon laquelle la crise politique que nous traversons est notamment une crise de la représentation, qui trouve ses racines dans la sclérose de nos institutions.

Cependant, il serait illusoire de croire que la simple progression de nos idées dans l’espace public suffise à permettre l’avènement du processus constitutionnel que nous appelons de nos vœux. Alors que la classe politicienne ne manifeste aucune velléité en ce sens, il nous faut au contraire développer aujourd’hui une véritable réflexion stratégique sur les moyens d’imposer l’élection d’une assemblée constituante au suffrage universel dans les années qui viennent.

A cet égard, si nous avons déjà pu affirmer qu’un tel projet ne pouvait, par hypothèse, résulter de l’élection à la présidence de la République d’un homme ou d’une femme providentielle1, toutes les pistes de réflexion méritent d’être explorées. C’est pourquoi nous vous invitons à mener dès à présent un tel travail de remue méninge stratégique au sein des cercles : comment, quand, avec qui imposer l’élection d’une constituante ?

Dans ce cadre, deux événements politiques nous semblent pouvoir constituer des points d’appui en ce sens qu’ils illustrent l’impasse institutionnelle actuelle et permettent de souligner, en creux, l’urgence de l’élection d’une assemblée constituante.

  • La prochaine élection européenne : symbole de la duplicité et du caractère foncièrement non démocratique de l’Union européenne, l’élection du prochain parlement européen peut être l’occasion de mettre sur le devant de la scène qu’avant de se préoccuper d’un hypothétique peuple européen, il faudrait déjà reconstruire la souveraineté du peuple français2 ;

  • Le processus de révision constitutionnel en cours : face à l’hostilité du Sénat, il n’est pas exclu que le chef de l’Etat décide de recourir au référendum pour faire approuver son projet de réforme constitutionnelle ; ce serait là une occasion privilégié pour diffuser l’idée selon laquelle il faut remplacer ce vote par l’élection d’une assemblée constituante.

L’idéal serait que vous puissiez faire remonter vos réflexions au plus tard le 1er septembre, afin que nous puissions en débattre tous ensemble lors de notre prochaine assemblée générale fin septembre.

Amitiés citoyenne

 

 La dictature de la minorité  lire article 

Une émission de radio Aligre sur la réforme institutionnelle écouter l'émission

La stratégie de la culpabilisation  lire l'article

Européennes : Une élection sans démocratie lire l'article

Mouvement pour la tri-articulation sociale

Éditorial : Quelle direction prendre? Que faire?

Écrit par  Stéphane Lejoly

Presque plus personne ne peut ignorer qu'un système social, économique, financier, politique et « moral » est en train de se fissurer puis de s'effondrer peu à peu sous nos yeux (et sous nos pieds !), entraînant avec lui l'humanité dans un chaos et une misère indescriptibles. Il n'est pas nécessaire ici d'égrainer la longue liste des catastrophes politiques, économiques, écologiques... qui ne fait que s'allonger chaque jour devant notre regard.

Les « solutions » proposées par les États nationaux, au niveau de l'Union européenne ou au niveau mondial, semblent à chaque fois mener à des impasses, voire aggravent les crises. Une expression est véhiculée (sous le couvert) dans le milieu de l'élite politique, économique et scientifique belge, qui se garde bien de communiquer son impuissance au public, de peur de susciter des mouvements de panique : «Le bateau est devenu fou et hors de contrôle».

La question brûlante d'actualité et de gravité est : quelle(s) direction(s) prendre ?

Dans un passé encore récent, nos peuples ont connus les horreurs de systèmes dictatoriaux, d'idéologies totalitaires et de guerres. Nous ne pouvons tout de même pas (re)tomber dans le piège du premier discours simpliste et séducteur venu, et ainsi reproduire ce passé.

Il n'est pas possible non plus de maintenir simplement nos systèmes de pensée et de fonctionnement actuels... puisque nous constatons qu'eux aussi mènent peu à peu et inéluctablement, aux mêmes catastrophes.

Je formule à nouveau la question sous un autre angle encore : Face à ces impasses, que penser ? Que faire ? Sur quoi nous appuyer pour nous orienter? Lire la suite

Démocratie Participative ou Evolutive ?

Pour l'expérimentation d'une démocratie de la société civile

par Michel Laloux

Michel Laloux est économiste-philosophe-enseignant auteur de

-Démocratie évolutive

- Dépolluer l'économie 

voir la vidéo Dans quel Etat finirons-nous ? cliquer  ici  

De nombreux événements locaux et mondiaux montrent que nous sommes entrés dans une période de changements voire de bouleversements qui ont un impact dans les domaines scientifiques, technologiques, climatiques etc.. Mais dans chaque cas, nous pouvons nous demander si le changement correspond à une transformation ou s'il procède d'une continuation d'une approche ancienne des choses.

Pour ce qui est de la démocratie, il est indispensable de se poser la question, car le mot changement est bien galvaudé. Quel est le candidat à l’élection présidentielle de 2017 qui ne s’en réclame pas?

En politique,les mots sont vidés de leur sens et deviennent des outils de communication, souvent trompeuse. Par exemple, prenons l’expression Démocratie Participative. Elle a été fortement médiatisée par Ségolène Royal, au temps de la présidentielle de 2007. Depuis, elle est employée dans de nombreux contextes et ceux qui aspirent à une autre gouvernance de la chose publique l’utilisent.

On a même pu le constater lors de la primaire du parti Les Républicains, par la bouche de Nathalie Kosciusko-Morizet. Mais d’autres qui ont une sensibilité politique opposée comme, par exemple, Les Indignés et les acteurs du mouvement Nuit Debout veulent aussi une nouvelle forme de participation citoyenne. Cette question est dans l’air du temps. Voir la suite

Précarité énergétique et son évolution en France

L'ENTRETIEN COENOVE : Manuel Domergue, directeur des études à la Fondation Abbé Pierre

Mercredi, Mai 23, 2018

Manuel Domergue, pouvez-vous nous rappeler les déterminants de la précarité énergétique et son évolution en France ses dernières années ?

MD : La précarité énergétique est définie dans la loi comme une difficulté particulière à se chauffer, qui peut prendre deux formes essentielles :

  • Un taux d’effort énergétique excessif, équivalent à l’utilisation de plus de 10 % de son revenu pour se chauffer

  • La sensation de froid chez soi, due à une mauvaise isolation du logement, à une mauvaise performance du chauffage, ou à des raisons économiques ne permettant pas aux ménages de se chauffer convenablement

Depuis plusieurs décennies, ce thème monte en puissance. Il se manifeste par une prise de conscience générale, positive, de l’importance sanitaire de ce sujet et du problème de qualité des bâtiments qu’il pose. En revanche, nous ne pouvons que nous inquiéter d’avoir vu la part des ménages déclarant avoir froid augmenter de 75 % entre 1996 et 2013  suite

Sans le travail d'inter-connection des réseaux, des groupes de réflexion et de propositions  indispensables au financement avec les citoyens, les projets deviennent contraires au  développement durable d'un territoire
Le problème dans les villages dirigés par des politiques anciennes du " chacun pour soi ou de son parti "  avec les certitudes que seules les associations subventionnées faisant payer leurs services ont réponses à tous les problèmes à venir n'est qu'une manière de poursuivre une co-gouvernance avec les élus mais sans entendre les propositions de la Société civile.  Lorsque ces élus  sont de plus mal conseillés par des intérêts personnels d'entrepreneurs n'ayant pas une vision du bien commun ; tous les éléments ne sont pas réunis pour éviter des développements durables purement illusoires.
Prendre l'intérêt à une formation de Démocratie Evolutive permettra aux élus et aux institutions publiques d'éviter les pièges d'une gouvernance non sociale pour créer un lien avec les citoyens  lire la suite 

A Caylus, des rencontres avec des élus citoyens sur des journées de Démocratie Evolutive et avec l'association pour une constituante seront indispensables pour permettre la réflexion constructive d' une troisième voie en recherche d'équilibre éthique et d'équitable  afin d'ouvrir un réel développement durable s'appuyant sur les 3 piliers social-écologie-économie

Construire ensemble pour dépasser les inégalités

Bien des personnes en difficulté ne bénéficient pas d'aides. Soit qu'elles en ignorent l'existence, soit qu'elles craignent de les demander. Faites suivre à ceux qui sont dans le besoin. Merci.   voir la suite

Le lavoir de la ville de Caylus, les élus et l'association « Caylus notre village ». Questions de la Société Civile.

Quel rôle le lavoir de Caylus ville ou village entretient-il avec tous les habitants du territoire Pays midi quercy ? Les propositions de la société civile issue de la démocratie évolutive dans un contexte global de développement durable alliant social-écologie et économie ? Lire la suite

Le lavoir de la ville de Caylus, les élus et l'association « Caylus notre village ». Questions de la Société Civile.

Inauguration du lavoir public de la ville de Caylus en 2018

Le lavoir à la une du site municipal de Caylus ici

Le lavoir officiellement inauguré Un article publié par La Dépêche du Midi

Monique Ferrero, conseillère départementale du canton, et Valérie Rabault, députée de la circonscription, ont fait le déplacement pour cet événement programmé ce samedi 16 juin à midi malgré le premier match de l'équipe de France...

Radio lavandières

Après une intervention légèrement polémique de la présidente Anne-Marie Thevenet de l'association Caylus, notre village qui s'était constituée en 2008 autour de Jean-Paul Krintz pour alerter sur l'état de ce lavoir, le maire Christian Maffre a profité du discours inaugural pour mettre les points sur les «i». Dans son sommaire, il annonçait comme un sujet du bac : «l'émotionnel et le rationnel ! Le rêve et la réalité ! Le passé et le présent ! Le vrai et le faux ! Le possible et l'impossible ! Le besoin et l'envie !» puis a développé l'historique de ce bâtiment et le déroulé des procédures administratives qui ont permis d'aboutir à cette rénovation.

Gérer les priorités

La fonction sociale de ce lavoir (construit en 1924 et le seul du département à être couvert d'une charpente métallique) a disparu avec la machine à laver domestique comme tant d'autres mais, au cœur du village, cet espace restitué à la population permet d'héberger une bonne partie des exposants du marché du samedi. Un panneau réalisé par le service Inventaire du Patrimoine du PETR Midi-Quercy explique aux visiteurs l'histoire de cette réalisation. Le passage des cinquante dernières années par une couverture en éverite amiantée méritait bien une réhabilitation de la toiture en zinc.

Des chiffres

Le coût de ces travaux s'élève à 115 000 €. L'aide parlementaire de la députée Valérie Rabault se monte à 25 000 €, celle du conseil départemental à 13 000 € et l'association Caylus, notre village a apporté 10 000 €. Pour le sourire, le maire note que la construction en 1923 avait coûté 23 320 francs...

Monique Ferrero comme Valérie Rabault ont mis l'accent sur la dimension féminine et domestique pour lesquelles cet édifice avait été construit et ont considéré utile à l'émancipation la disparition des bassins et la restitution de cet espace à la convivialité intergénérationnelle.

Petits fours et boissons ont rassemblé les villageois sous un soleil radieux.

La Dépêche du Midi Voir l'article original

Concernant les chiffres publiés dans La Dépêche du midi : une question posée par Lien en pays d'OC une association de la société civile issue de la Démocratie évolutive

Le Total des subventions publiques 25000€ + 13 000 €+ l'apport de l'association Caylus, notre village 10 000 € = 48000 € soit un manque de 67000 € comment les élus de Caylus et l'association Caylus, notre village prévoient-ils de combler ce manque ?

Pour mieux connaître Lien en Pays d'OC aujourd'hui

L'activité citoyenne de Lien en Pays d'OC n'est pas marchande , l'association ne reçoit ni subvention publique , ni cotisation elle est entièrement financée par des bénévoles volontaires afin de participer à la lutte contre le développement de la dette publique .

Liée au développement de l'information de démocratie évolutive basée sur la tri-articulation sociale, cette activité de la société civile  est cependant indispensable pour ouvrir une troisième voie en recherche d'équilibre et d'équité.

Coopérativement René Chaboy- Christiane Roques

Suivez le projet de coopération d'un développement durable en utilisant un service citoyen qui se présente sous la forme d'une lettre ( petit journal ) « La Lettre citoyenne pour annonces et services»

Contact , lettre de bienvenue et historique de l'évolution de Lien en Pays d'OC

Bonjour chères amies visiteuses et chers amis visiteurs, bienvenue dans le site Lien en Pays d'OC

" L'esprit de concurrence s'est imposé dans la culture jusqu'à notre époque, de façon à ce que,  au final, on soit le perdant de quelqu'un d'autre" La bienveillance serait plus efficace que la concurrence Lire la suite

Gestion du site Coopérer pour développer un réseau favorisant la gestion de la Terre et de Semences reproductibles comme patrimoine de l'Humanité entière http://www.lienenpaysdoc.com/

Quel rôle le lavoir de Caylus ville ou village entretient-il avec tous les habitants du territoire Pays midi quercy ?

Les propositions de la société civile issue de la démocratie évolutive dans un contexte global de développement durable alliant social-écologie et économie.

Retrouver ces articles concernant le développement durable sur le site Lien en pays d'OC

Développement durable en Pays Midi-Quercy par la société civile ici

Le bon et le mauvais sens du développement durable ici

 Réflexion citoyenne sur le lavoir public de Caylus : ville ou village? Le lavoir de Caylus en 2018 est il social ? Le lavoir de Caylus en 2018 est il économique ? Le lavoir de Caylus en 2018 est il culturel, public et démocratique ? lire la suite 

 Réfléchir le social au début d'un nouveau processus pour une existence réelle, économique et écologique et un tourisme cohérent avec le changement climatique en évitant de reconstruire les vestiges du passé . Lire la suite 

Des Informations diffusées dans nos réseaux , rejoignez nous sur LinkedIn

Cordialement René Chaboy

Une réunion pour la constitution d'une association « lettre citoyenne pour annonces et services» est prévue le Samedi 23 Juin à 9h 30 à la salle des associations à Caylus 82160 entrée médiathèque Avenue du Père Huc ( route principale qui traverse le village)

Objet de la journée : présentation de « La lettre citoyenne pour annonces et services » qui serait  envoyée aux habitants de Caylus et alentour : 3800 envois sont prévus .

L'association « lettre citoyenne pour annonces et services» gérerait  sa mise en forme et sa gestion 

Cette lettre papier serait  prolongée par un envoi électronique et  ouvrirait  des relations entre les personnes motivées par les biens communs, l'économie réelle d'existence, la résistance face à la fracture sociale , la coopération fraternelle  sur des fondements de base comme l'alimentation de qualité économique et démocratique . ( lire la suite )

Cette lettre diffuserait l'information des aides pour personnes en difficulté qui en ignorent l'existence ou craignent de les demander. ( lire la suite ) et permettrait ainsi de créer des emplois pour l'intérêt public voir l'article complet

Les pauvres, acteurs discrets de la mondialisation

par Armelle Choplin et Olivier Pliez

La mondialisation ne se résume pas au succès de multinationales et à la richesse d’une minorité de nantis. D’autres acteurs sont présents, mais ils restent discrets, souvent invisibles, dans des espaces souvent méconnus ou inattendus. 

Si la mondialisation crée des inégalités, la place qu’elle accorde aux pauvres est souvent expliquée de manière simpliste. Analysée par les uns comme un processus soit inéluctable, soit organisé par la main invisible du marché mondialisé, elle permettrait aux pauvres de se transformer peu à peu en une classe moyenne globale. Pour d’autres, les pauvres seraient avant tout les laissés pour compte de la mondialisation. Si l’on analyse de plus près ces populations définies comme « pauvres », on constate qu’elles sont bel et bien victimes de la mondialisation, en subissant celle-ci. Mais notre approche veille à compléter ce premier constat en essayant de comprendre comment les pauvres, eux aussi, participent, portent et réclament cette mondialisation. Lire la suite

Pesticides : les conséquences de l'agriculture intensive sur les abeilles

Ces images rares nous plongent au cœur d'une ruche, là où naissent les futures abeilles qui jouent un rôle si capital dans l'équilibre de notre écosystème. Par Raphaëlle Dormieu Dans son documentaire animalier Le petit peuple des champs diffusé le 13 juin sur France 5, Jean-Yves Collet offre des images haute qualité exceptionnelles. Durant deux ans, il a filmé les conséquences de la destruction massive de l’entomofaune (la partie de la faune constituée par les insectes) par l’agriculture moderne et l’usage des pesticides. Des images valent mieux que mille mots. Pour dénoncer les pratiques agricoles intensives et les traitements chimiques des cultures qui transforment les champs en déserts sans vie, le cinéaste animalier Jean-Yves Collet est allé filmer au plus près la vie du petit peuple des champs. Rapaces, mulots, coccinelles, pucerons, souris des moissons sont sous l’objectif de son œil avisé.lire la suite

Des médecins réquisitionnés pour constater les décès

La pénurie de médecins généralistes provoque des situations compliquées pour les médecins. Dans le Val-de-Marne (région parisienne) comme ailleurs, un certain nombre de patients n'ont plus de médecin traitant. C'est en particulier le cas de personnes âgées qui n'en ont pas retrouvé, quand le leur est partie à la retraite. 

En cas de décès, c'est donc le généraliste le plus proche du lieu de la mort qui est réquisitionné pour rédiger le certificat de décès, et pas question de discuter.  Ecouter l'émission sur France Inter

VIDÉO - Des retraités créent un habitat collectif pour bien vieillir ensemble

11 juin 2018 / Fanny Laemmel (Reporterre)

Dans la périphérie lyonnaise, une vingtaine de retraités ont monté un projet d’habitat partagé sous la forme coopérative. Une façon d’anticiper pour mieux vieillir ensemble. Et ils sont heureux...

Ils sont dix-huit, tous retraités, âgés de 62 à 75 ans. Ensemble, ils ont imaginé un immeuble pour mieux vieillir. L’association Chamarel, à l’origine de ce projet d’habitat participatif, s’est créée il y a neuf ans. C’est le temps qu’il a fallu pour que cet immeuble de seize appartements voit le jour à Vaulx-en-Velin.  voir la vidéo 
 

Linky n’est pas un ami - la grande enquête de Reporterre

14 juin 2018 / Moran Kerinec et Violette Bonnebas (Reporterre)

35 millions de compteurs Linky sont censés être installés en France d’ici à 2021. Présenté par Enedis, filiale d’EDF, comme outil de la transition écologique, Linky suscite méfiance et révolte. Des méthodes peu scrupuleuses des installateurs à la question des données personnelles en passant par les risques éventuels pour la santé et un détour en Allemagne et en Autriche, Reporterre a mené l’enquête. Voici ses cinq volets.

1 - Le passage en force de Linky suscite la révolte Suite

Le coup de mou de la croissance

L'ACTUALITÉ DU JOUR PAR Benoît Georges @bengeorges

Disparue l'euphorie de la fin 2017 : la croissance européenne marque le pas , et la France ne fait pas exception à la règle. Venant après celles de la Bundesbank et de la BCE. Les dernières prévisions de l'Insee dévoilées ce mardi 18 heures , confirment le mouvement .

Lire la suite

Réfléchir le social au début d'un nouveau processus pour une existence réelle, économique et écologique et un tourisme cohérent avec le changement climatique en évitant de reconstruire les vestiges du passé .

Voir le site Démocratie Evolutive ici

 Sur le même territoire rural Pays Midi Quercy : chacun doit-il chercher sa solution ou doit-on réfléchir à des villages et des villes solidaires et coopératives ?

Lors d'une rencontre devant le lavoir de Caylus avec un artisan et habitant sous le charme du lavoir public , je lui faisais remarquer les problèmes de l'élevage intensif voisin de Septfonds, sa réponse a été de dire que ce village devait se débrouiller;   pour lui ce qui est important c'est d'avoir un monument à Caylus qui attire les touristes .

Peut-on encore se moquer  des problèmes d'un village voisin à l'heure du changement climatique et d'une pollution planétaire ?

Je lui ai fait remarquer que dans un passé récent des régimes de pouvoir  sous le le culte des monuments grandioses se sont effondrés plus tôt que ce qu'ils avaient prévu. Le social n'est pas toujours perçu comme un engagement humain qui dépasse les intérêts personnels ou de groupes sur une Planète à construire à partir de la Solidarité et de la Coopération .

Peut-on concevoir le lien social sur un même territoire sans villages et villes  solidaires pour un développement durable ?

A Septfonds l'extension d'un élevage ( 6500 porcs) ; à Caylus , à14 kms de distance, un lavoir public restauré est inauguré pour attirer les touristes et un lien social mais de quel lien s'agit-il réellement ?

Septfonds et son élevage intensif

Le Tarn&Garonne pourra-t-il s'humaniser face à l'exploitation intensive des espaces naturels ?

Cette question est la suite logique à se poser  face à deux nouvelles qui viennent de nous parvenir : 

- La liquidation de BIO 82 

- Le projet d'élevage intensif à Septfonds  lire la suite

Ce projet d'élevage intensif n'entre ni dans le développement durable pour le quel des subventions sont accordées à la gouvernance territoriale ni dans la mobilisation  face au changement climatique .

Il serait judicieux de poursuivre la mobilisation citoyenne sur ces sujets

Ne pas confondre le lien social global et les intérêts sociaux minoritaires vestiges du passé ….

Caylus son lavoir public et son projet municipal de développement

Expliquer l'histoire du passé est nécessaire mais cette histoire ne doit-elle pas éviter un double-coût ? Doit-on refaire en dur les monuments du passé alors que des sites numériques publics déjà financés par les contribuables peuvent expliquer aussi bien l'histoire d'un lavoir ou autre monument dans son passé historique ? Refaire les monuments du passé en dur a un coût que les contribuables ne peuvent payer de nombreuses fois, alors que des services publis sociaux disparaissent ...

La gestion d'un territoire doit s'ouvrir sur de nouveaux concepts évolutifs si elle veut éviter le développement durable de la dette  et les réflexions doivent évoluer avec un monde qui change .La gestion des nouveaux outils digitaux peut contribuer à une économie écologique mais lorsque ces derniers s'ajoutent sans au préalable avoir donné la possibilité de re-lier tous les habitants, ils s'éloignent du lien social et d'une économie réelle évolutive au service du plus grand nombre.

Faire pour un tourisme qui ne fonctionne que deux ou trois mois dans l'année , pendant que les commerces meurent, que la population vieillit , que les ventes de logements possibles ne coopèrent pas pour accueillir une population nouvelle, consciente des dangers d'une économie du « chacun pour soi « ne permet pas un développement durable mais une succession d'échecs financés par tous.

Construire une cyberbase , un flablab permet d'utiliser de nouveaux outils mais sont-ils mis à disposition d'une faible minorité ou d'une large population ?

Les ateliers organisés à partir de la Société Civile issue de la Démocratie Evolutive sont en manque pour une coopération issue d'une réflexion démocratique évolutive.

J'ai participé à de nombreux ateliers sur l'avenir du territoire ou du village avec des élus du Plan d'Equilibre Territorial de Pays Midi Quercy et du Conseil Municipal de Caylus .

Lors d'un atelier à Caylus sur « comment voyez vous l'avenir du village » j'ai été surpris d'entendre que certains conseillers municipaux révélaient « ne pas avoir d'idées » et encore plus de constater que les idées de la Société civile après ces ateliers n'étaient jamais prises en compte.

Les ateliers organisés à partir de la Société Civile issue de la Démocratie Evolutive font défaut pour créer une coopération issue d'une réflexion démocratique évolutive.

Le lien social, pour fonder une société, n'est pas de découler d'intérêts minoritaires « durables », de carrières ou de pouvoir de gouvernance de partis, mais il doit se situer au début d'un processus qui réunit les habitants , la société civile , les entreprises, les associations de biens communs et les élus  . Si le lien social dans un territoire ne réunit qu'une minorité pour un intérêt durable de gouvernance territoriale , si les villages ensemble ne s'organisent pas face au changement climatique comment le Plan d'Equilibre Territorial Rural Pays Midi Quercy pourra-t-il remplir sa mission malgré les subventions publiques accordées ?

A Caylus les habitants qui recherchent des produits de qualité (notamment alimentaire) respectant l'environnement et la santé doivent faire des parcours dans les villes voisines ; les commerces coopératifs étant inexistants à Caylus.

Les circuits courts : avantages et aspects mythiques lire ici 

De bonnes raisons raisons d'innover une troisième voie issue de la société civile

Le commerce équitable s'engage pour l'égalité Femmes-Hommes  lire ici

 

Réflexion citoyenne sur le lavoir public de la ville de Caylus

Caylus : ville ou village?. Photo de l'activité de l'association " Caylus notre village "

Le lavoir de Caylus en 2018 est il social ?

En 1923 les lavandières utilisaient l'eau du lavoir, en lavant leurs linges elles avaient en plus la possibilité d'échanger leurs idées, leurs savoirs , leurs points de vue . En 2018, l'eau n'existe plus dans le lavoir devenu un deuxième monument qui a plus l'utilité d'un marché couvert que d'un lavoir public

Le lavoir de Caylus en 2018 est il économique ?

A Caylus deux marchés couverts un en haut place de la mairie et un en bas sont mis a disposition des « peu de producteurs locaux et revendeurs » .

Mais ces producteurs locaux et revendeurs se développeront-ils dans l'économie de Caylus ? Nous constatons que les commerces non accompagnés par des réseaux économiques et coopératifs au centre disparaissent deux années après leur inauguration , les producteurs locaux et revendeurs  connaîtront pour la plupart le même sort, même si ils sont placés sous le lavoir public de la ville de Caylus.

Le lavoir de Caylus en 2018 est il culturel, public et démocratique ?

Les élus de la ville de Caylus ont ce bon sens de vouloir donner une culture historique de ce lavoir , mais du fait que ce lavoir rénové a un coût important , ce coût aurait pu être réduit, il aurait pû être valorisé en 3 D par des sites subventionnés pour le Tourisme avec l'eau en plus. Cette valorisation du patrimoine  aurait suffit pour les économies publiques et le tourisme

Extrait du panneau de la Ville de Caylus et du lavoir public

"En France , c'est à partir du XXIème siècle, que se développent des politiques d'amélioration de l'hygiène et de la salubrité publique.

A Caylus, la commune décide la construction d'un nouveau lavoir en 1923, sur la promenade basse, au cœur de la ville....."

En 2018, la rénovation d'un lavoir public sans eau pose question . Avec la disparition de l'eau, seul le financement reste public , ce financement est un mauvais sens à notre époque du développement de la dette. Le fait que ce lavoir a obtenu des subventions publiques devrait permettre des réunions de réfléxion citoyenne sur les réductions possibles de ces dépenses publiques à l'heure des effondrements sociaux et écologiques globaux et le danger pour nos territoires ruraux de faire faillite, si des entreprises de biens communs durables ne voient pas prioritairement le jour. Pour y parvenir ne faudrait-il pas des Comptes rendus des réunions sur le financement du lavoir de Caylus ville ou village afin de mobiliser  la réflexion d' un projet d'avenir coopératif économique. Cette réflexion ne peut se construire en 2018  sans la participation d'association de la société civile issue de la Démocratie Evolutive.

Dans le développement durable d'une ville, d'un village et d'un territoire , faut-il avoir comme point de départ une vision globale sociale ou ajouter des structures à des intérêts durables personnels, de groupuscules n'ayant pris aucun intérêt au sens des biens communs ? Des projets coûtant très chers au service des marchands de machines vendues hors d'une  juste place dans l'éonomie réelle ne semblent-ils pas  ne plus correspondre aux idéaux républicains Liberté-Egalité-Fraternité pourtant inscrits sur le fronton de nos mairies ?

Faut-il développer une dette publique avec des projets qui deviennent inutiles lorsqu'ils manquent de temps et de conscience humaine pour les gérer  selon les idéaux Liberté-Egalité-Fraternité?

Dans un passé encore récent, nos peuples ont connus les horreurs de systèmes dictatoriaux, d'idéologies totalitaires et de guerres. Nous ne pouvons tout de même pas (re)tomber dans le piège du premier discours simpliste et séducteur venu, et ainsi reproduire ce passé.

Il n'est pas possible non plus de maintenir simplement nos systèmes de pensée et de fonctionnement actuels... puisque nous constatons qu'eux aussi mènent peu à peu et inéluctablement, aux mêmes catastrophes.

Je formule à nouveau la question sous un autre angle encore : Face à ces impasses, que penser ? Que faire ? Sur quoi nous appuyer pour nous orienter?

Écrit par  Stéphane Lejoly Lire la suite

 Quel développement durable : celui d'un musée pour quelques visiteurs quelques mois dans l'année ou d'un village ou  d'une ville en réflexion vers l'accueil d'un renouvellement pour une vie économique durant une année entière (et pour l'avenir) ? N'est-ce pas le bon sens du développement durable? 

Sans eau , le lavoir est entré dans le village ou la  ville de Caylus par la porte d'un musée en construction mais amputé des besoins de l'époque passée

Un choix entre 2 arts pour un avenir réellement durable s'appuyant sur l'économie réelle et un tourisme s'appuyant sur le patrimoine :

  1. les arts amputés des besoins des habitants de cette époque passée pour un tourisme saisonnier

  2. l'art des biens communs : un art de la vie à construire avec des hommes et des femmes d'aujourd'hui venant d'ailleurs et d'autres horizons pour construire la réponse aux besoins évolutifs tournés vers l'avenir ...

Réfléchir le social au début d'un nouveau processus pour une existence réelle, économique et écologique et un tourisme cohérent avec le changement climatique en évitant de reconstruire les vestiges du passé . lire la suite

Les circuits courts : avantages et aspects mythiques lire ici 

De bonnes raisons raisons d'innover une troisième voie issue de la société civile

Le commerce équitable s'engage pour l'égalité Femmes-Hommes  lire ici

Caylus ville ou village deviendra-t-il un cimetière ? Citations ( à réfléchir ) en rapport avec les musées

“Je suis las des musées, — cimetières des arts.”

Alphonse de Lamartine

Voyage en Orient

La civilisation de l'homme est dans les bibliothèques, dans les musées et dans les codes; elle exprime les chromosomes humains, elle ne s'y imprime pas.”

Jean Rostand

Pensées d'un biologiste