Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Fil des actualités

La société civile éthique et équitable évolutive propose une gouvernance : le Tourisme responsable évolutif

Lorsque le tourisme est détenu par des décideurs « muséistes » favorables au tourisme de masse la société civile éthique équitable et évolutive propose une gouvernance d'accueil et d'engagement pour l'avenir de nos villages et le tourisme responsable .

En période de risque d'effondrement le tourisme responsable évolue vers la conscience adaptable à une économie sociale locale et globale durable.

Lorsque que les touristes laissent quelque argent , deux ou trois mois dans l'année dans nos territoires ruraux, le tourisme de résilience est de travailler la suite ….à partir de la réflexion : que deviendront les autres mois de l'année les habitants locaux ?

Les visiteurs d'été reviendront-ils l'hiver pour co-construire avec les locaux une économie éthique et équitable évolutive ?

Comment vivront ces locaux ? Quelles entreprises coopératives éthiques et équitables s'implanteront pour que le développement durable ne soit pas qu'une opportunité de recevoir de l'argent public lequel profite qu'aux constructeurs de monuments de musée ?

Les visiteurs de l'été et les locaux de l'année sur un même lieu pourront ensemble créer un réel échange de prévoyance face à l'effondrement pouvant nous toucher les uns et les autres à tout moment . Cet effondrement conjugue le changement climatique , les faillites issues du développement de la dette, les pertes d'emplois qui en découlent ...

En vidéo : « On n’arrivera pas à changer les choses si on ne remet pas en cause l’inégalité »

Hervé Kempf - Tout est prêt pour que tout empire Voir la vidéo

Tourisme de niche, tourisme de masse : les nouveaux modes de consommation

Structurellement, le tourisme est un secteur en progression, dans le monde, en Europe et en France. En ce moment, la reprise économique dans notre pays dynamise le tourisme, mais bénéficie de plus en plus aux destinations étrangères plutôt qu'à l'économie nationale

Les 2 premiers facteurs de choix restent le prix et la météo. Si la météo s'annonce belle pour cet été, les pays voisins proposent en revanche des prix nettement plus attractifs

La France perd donc des parts de marché par rapport aux autres pays européens. Le tourisme est concentré sur quelques spots très performants, ce qui crée un territoire à 2 vitesses. Le développement d'un tourisme qui profite à l'économie locale des destinations passe par une stratégie touristique à l'échelle nationale, avec des objectifs bien définis. Aujourd'hui, le tourisme de masse ne rapporte pas ou peu : un flux très important, mais de clientèles de passage et peu contributrices, est bien moins intéressant qu'une fréquentation plus limitée, mais où les visiteurs séjournent sur place, découvrent les environs, sortent des sentiers battus. Voir l'article complet

Quel tourisme pour le développement local d'un village, d'un  territoire ?

Réflexion citoyenne sur le lavoir public de la ville de Caylus lire la suite

Le lavoir de la ville de Caylus, les élus et l'association « Caylus notre village ». Questions de la Société Civile lire la suite

Tourisme de masse, quelles solutions ?

Par Marie-Line Darcy, Mégane De Amorim, Anne Le Nir , le 07/08/2017 à 6h00

Habitants excédés, sites naturels ravagés ou pollués, villages muséifiés, les dégâts du tourisme de masse sont légion.

Face à ce phénomène, plusieurs collectivités tentent de trouver une réponse conciliant accueil touristique et préservation de la qualité de vie sur place.

Pour Philippe Violier, spécialiste du tourisme, la capacité à résoudre cette équation est liée au niveau de développement du pays. lire la suite

Les masques du tourisme

par Georges Cazes   et Georges Courade

Le tourisme est une forme typiquement occidentale de « nomadisme » née en Europe avec Thomas Cook, le « Napoléon des excursions ». Et c'est le chemin de fer qui lui a donné son essor, relayé récemment par l'avion. Cette mobilité temporaire, cette transhumance se trouve rythmée par les saisons de l'année et de la vie : rythmes scolaires occidentaux, congés payés américains, européens, nippons ou chinois, loisirs de contre-saison, du « troisième âge » ou temporalité elle aussi saisonnière du tourisme d'affaires.

Cette activité s'est élargie à toute la planète depuis un demi-siècle, les touristes succédant aux explorateurs, aux colonisateurs et aux voyageurs avec des conséquences de tous ordres.

Les questions de sa régulation sont au centre des réflexions, tant l'acceptation de cette activité comme vecteur du développement que sa compatibilité avec les équilibres « civilisationnels » et économiques sont devenues stratégiques. En dépend la poursuite de l'expansion accélérée du tourisme. Source d'une croissance largement dépendante pour les pays du Sud, cette activité suscite des controverses : soutien des dictatures, mise en cause des droits humains ou déstructuration de sociétés fragiles. Lire la suite

Tourisme responsable

Le tourisme responsable et le tourisme durable sont des notions équivalentes. Dans les deux cas, il s’agit d’appliquer au tourisme les principes du développement durable en faisant rimer développement économique avec respect de l’environnement et des coutumes culturelles des pays visités.

La Charte de l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT) précise que le tourisme responsable doit être "supportable à long terme sur le plan écologique, viable sur le plan économique et équitable sur le plan éthique et social pour les populations locales."

Le respect est une des valeurs essentielles du tourisme responsable : respect de l’environnement, des cultures et des modes de vies locaux. L’échange et la rencontre sont au cœur des voyages responsables.

Le principal objectif du tourisme responsable selon Marie-Andrée Delisle et Louis Jolin, auteurs du livre Un autre tourisme est-il possible ?, est de "minimiser au maximum les traces laissées par les touristes chez l’autre". lire la suite

Quand les spéculateurs et le tourisme poussent les habitants à l'exode

Trends Tendances

Source: Afp

Manuel Mourelo se laisse envahir par les souvenirs en parcourant, accroché à sa canne, les rues du quartier gothique de Barcelone: les jeux d'enfants, les fêtes de voisins, les bars traditionnels... Tout a disparu.

Aujourd'hui, les touristes s'engouffrent dans le dédale de rues, suivant des guides munis d'une pancarte ou déambulant sur des "segways" électriques, très en vogue; les locations saisonnières fleurissent; et les habitants font leurs cartons pour déménager en banlieue.

Manuel, arrivé en 1962 de Galice (nord), a dû migrer hors de Barcelone en novembre. L'appartement qu'il louait depuis 25 ans a été vendu à un investisseur. Il versait 500 euros par mois jusque-là et n'a rien trouvé d'abordable pour se reloger: "On me demandait 1.000, 1.200, 1.500 euros..."

"Ici, c'était mon village. J'y avais tout: mes amis, mes commerces. Je m'y suis marié, mes enfants y sont nés et je pensais que j'y mourrais", témoigne, les yeux embués, ce moustachu de 76 ans aux épaisses lunettes rondes. "Je me sens déplacé."

Exode

La population du quartier ne cesse de chuter: en 2015 on ne dénombrait plus que 15.624 habitants, contre 27.470 en 2006. voir plus 

Comment bronzer écolo - avec ou sans crème solaire

Comment bronzer écolo - avec ou sans crème solaire

Par Julie Lallouët-Geffroy (Reporterre)

« La crème solaire tue le corail, alors si j’en mets sur ma peau, il se passe quoi ? » s’interroge Justine Dupont, surfeuse professionnelle. À 25 ans, cette sportive a beaucoup voyagé pour des compétitions : « Quand j’étais aux Maldives, j’en ai profité pour faire de la plongée ; et là, on le voit, le corail est blanc, il est mort. » Quand elle n’est pas à l’autre bout du monde, son port d’attache se situe au Pays basque, où la pollution l’empêche de surfer à sa guise. « Quand il pleut, il n’est pas possible de surfer le lendemain, il y a eu un lessivage des sols, des rivières qui vont dans l’océan, l’eau est polluée. On est obligé de porter des bouchons d’oreille pour éviter les otites. » lire la suite

 

 

 

Tisser du lien pour mieux consommer par l'information éthique équitable et évolutive

La réflexion évolutive de l'être humain avec la société civile éthique et équitable a une vocation de gouvernance capable de construire des échanges entre les diversités recherchant des pratiques communes pour exister , pour survivre …

Le monde s'effondre et le tourisme de passage durant quelques mois de l'année suit .... des groupes de résilience inventent de nouveaux rapports entre voyageurs de différents territoires qui se réunissent pour échanger des réflexions, des méthodes , des pratiques pour  rester toute l'année vivre  au Pays ….

Le Samedi 22 Septembre 2018 à Caylus 82160 à 9h 30: salle des associations entrée médiathèque Avenue du Père Huc ( route principale qui traverse le village) 

Fête des possibles : la société équitable évolutive, choisir entre le développement durable de la misère économique ou la coopération sociale , éviter que le développement durable devienne celui de la dette.

« Les systèmes tiennent souvent plus longtemps qu’on ne le pense, mais finissent par s’effondrer beaucoup plus vite qu’on ne l’imagine » Kenneth Rogoff, Le Monde, 17 juin 2011 

La réflexion de l'être humain n'a pas pour avenir de rester superficielle en se figeant dans la dépendance d'un projet unifiant la pensée soumise aux minorités qui décident la gouvernance des territoires sans évaluer leurs erreurs passées et possibles à venir. La réflexion évolutive de l'être humain avec la société civile éthique et équitable a une vocation de gouvernance capable de construire des échanges entre les diversités recherchant des pratiques communes pour exister , pour survivre ...

Pour s'ouvrir à la coopérative entre différents acteurs de différents territoires constructeurs d'une société civile éthique équitable évolutive , créer une coopération en priorité entre deux villages d'un même territoire séparé de 14 kms

Recherche d'un équilibre éthique et équitable sur le même territoire
Des pistes de réflexion pour choisir
Des propositions pour agir

Dans un rayon de 14 kms «  Splendeurs et pollution pour quel social et quel tourisme ? »
A Caylus : le lavoir public de la ville
A Septfonds un élevage intensif de 6500 porcs     voir la suite
Les incontournables pour construire la société équitable évolutive voir la suite

La confusion entre le développement durable et celui de la dette prolonge la fracture sociale entre les preneurs de décisions et les autres ...

Seule l'émergence consciente d'une société éthique et équitable évolutive peut construire un pont pour que les idéaux Liberté-Egalité-Fraternité ( Culture - Juridique – Economique) se concrétisent avec la participation possible d'un nombre croissant d'habitants-consommateurs. voir la suite

Informations pratiques de la société éthique et équitable évolutive

Les jardins nourriciers coopèrent pour surmonter l’effondrement

Malgré mon appel à l’aide sur les réseaux sociaux — qui a toutefois considérablement enrichi mon catalogue de podcasts sur la collapsologie —, je n’ai pas réussi à retrouver cette émission de France Culture entendue distraitement un matin. L’invité y évoquait l’effondrement à venir et l’insécurité alimentaire du monde moderne en soulignant la faiblesse des stocks de nourriture à Paris, et plus généralement la nécessité d’anticiper, en développant les surfaces cultivées, un futur exode urbain vers les campagnes où les populations iraient se réfugier et chercher à manger.

C’est ce à quoi s’attellent les Jardins nourriciers dans le Diois. Leur principe : remettre en culture des parcelles délaissées pour créer de l’activité, augmenter la production maraîchère et l’autonomie alimentaire du territoire. L’idée des Jardins est aussi d’explorer d’autres pratiques, comme une technique de culture empruntée à la tradition amérindienne : elle associe maïs, haricot grimpant et courge, les « trois sœurs ». lire la suite

Chaleur : comment arroser son jardin et protéger ses plantations

Les températures grimpent et restent soutenues pendant plusieurs jours, y compris la nuit : une menace pour les populations mais aussi les plantes. Voici quelques bonnes pratiques pour préserver au mieux son jardin de la sécheresse tout en respectant la ressource en eau.

Une nouvelle vague de chaleur s'installe sur la France... La canicule se caractérise par de très fortes températures (supérieures à 30°C) qui s'installent durablement et des nuits insuffisamment rafraîchissantes.
Outre les précautions à prendre pour notre santé et celle des plus fragiles (y compris les animaux domestiques que l'on n'oublie pas), les végétaux risquent de souffrir de ces fortes chaleurs. Voici quelques astuces pour leur permettre d'affronter au mieux un épisode caniculaire. Lire la suite

La carte des projets inutiles

Les projets abandonnés suite à une lutte locale

Les projets en cours

Les symboles de la lutte contre les projets inutiles

Les projets réalisés  voir la suite

Méga-entrepôts, maxi bobards et giga risques

Dossier de France Nature Environnement

Internet a fait émerger de nouveaux modes de consommation : en quelques clics et à toute heure, on peut désormais comparer les prix, trouver la perle rare et la commander. Quelques jours plus tard (et parfois quelques heures), notre précieux est dans notre boite aux lettres. Si internet a permis de faire émerger des modes de consommation alternatifs tels que la location de vêtements, l’achat de paniers alimentaires de proximité, la mise en relation des particuliers pour partager outils et véhicules, revendre leurs objets… il change radicalement notre rapport à la consommation. Derrière cette simplicité apparente, un maillage de routes, de voies ferrées et d’entrepôts de stockage. Ces derniers, de plus en plus gros et de plus en plus nombreux, se développent aux portes des villes. Créateur de croissance économique, le secteur de la vente en ligne est en pleine expansion : l’Etat se met donc en quatre pour faciliter son implantation en France, et s’est ainsi doté d’une stratégie nationale « France Logistique 2025 ». L’objectif ? « Faire de la plateforme France une référence mondiale ». Mais lorsqu’on lève le voile, la réalité est moins fantastique que ce qu’on nous laisse croire. Lire la suite

Les Kogis peuvent nous apprendre à vivre mieux

Par Antoine Lannuzel

En Colombie, une communauté de 12 000 hommes et femmes évolue aux antipodes du monde moderne, en harmonie avec la nature et eux-mêmes. Leur boussole : "les liens du vivant". Cette notion, oubliée par nos sociétés, inspire aujourd'hui des sociologies, des médecins, des formateurs et des chefs d'entreprise, qui nous invitent à découvrir ce "peuple-racine" racine" pour bâtir une société plus humaine et responsable.

C’est l’histoire d’une rencontre. Celle d’un jeune Français, guide de haute montagne, géographe de formation, et d’un peuple héritier d’une civilisation quatre fois millénaire. Lire la suite

Carrefour Livré chez vous… parfois !

Mais que se passe-t-il chez Carrefour ? C’est la question que se posent les clients du site de vente Carrefour Livré chez vous (ex-Ooshop) depuis le mois d’avril.
Commandes incomplètes ou tout simplement non livrées, produits frais périmés ou abîmés, horaires de livraison non respectés, remboursements en attente, service client injoignable… les motifs de grogne sont nombreux. Voir la suite 

Oxfam dénonce les bénéfices de la grande distribution alors que des paysans meurent de faim

Les supermarchés et la grande distribution mondiale utilisent leur gigantesque puissance d'achat pour réduire les prix et faire pression sur les agriculteurs et producteurs. Ces derniers gagnent toujours moins depuis 20 ans, en France et dans le monde, dénonce l'ONG Oxfam dans une étude internationale. 

"La grande distribution est devenue la gardienne du commerce alimentaire mondial", estime l'ONG.  Celle-ci dénonce les "pressions continues" subies par les producteurs pour "qu'ils réduisent leurs coûts" tout en répondant "à des exigences de qualité des plus rigoureuses". Oxfam demande aux supermarchés de réorienter une partie de leurs bénéfices au bénéfice des producteurs. Suite

Soldes : «Avec Internet, les consommateurs ont perdu la notion du juste prix»

Forum : Énergie, les énergies renouvelables

Energie renouvelable, vrai ou faux voir la suite

Loi sur le démarcharge téléphonique

Le gouvernement n’en veut pas

Publié par Que choisir ?

Alors que la proposition de loi sur le démarchage téléphonique était sur le point d’être discutée à l’Assemblée nationale, le gouvernement a déposé une série d’amendements visant à la vider de sa substance. Avec des arguments fallacieux et contre l’intérêt des consommateurs. Voir la suite

Transitions économiques- En finir avec les alternatives dérisoires

N’avons-nous pas le sentiment que nous n’en finissons pas de reproduire l’économie que nous croyons combattre ? Que notre créativité, nos audaces, nos sacrifices ne cessent paradoxalement de redonner vigueur et jeunesse à cette économie qui nous domine ? Qu’elle nous enferme dans des luttes sans fin et des inégalités de plus en plus blessantes ? Comment éviter que sa domination en vienne à se perpétuer aussi grâce à « nos alternatives » ? Quelle transition engager vers une tout autre économie et comment la mener ? Lire la suite

Six matières premières essentielles mettent la transition énergétique en danger

La disponibilité du cobalt, du tungstène, de l'étain, du dysprosium, du néodyme et du praséodyme sont clés pour la transition énergétique à travers la planète. Mais la disponibilité de ces métaux et terres rares est sous tension critique à en croire une étude du BRGM, de McKinsey et de CRU Consulting.

Fin juin, la France a accueilli à Nancy (Meurthe-et-Moselle) le Forum Mondial des Matériaux (WMF), un "Davos des matières premières". Les experts réunis à cette occasion lancent une alerte. Le BRGM (Bureau des recherches géologiques et minières) et les cabinets Mc Kinsey et CRU Consulting y ont présenté un tableau périodique des éléments (table de Mendeleïev) revisité. Il met en avant les métaux dont l'approvisionnement pourrait devenir critique pour la transition énergétique et numérique mondiale. Lire la suite

La faillite annoncée de la société industrielle suivi de :  « Histoire économique et politique du 21ème siècle »

Christian Laurut – mars 2018 – 156 pages

La société industrielle représente une étape mineure et éphémère de la trajectoire humaine. Sévissant depuis 200 ans à peine sur une abscisse temporelle de 3 millions d’années, elle va très bientôt se trouver confrontée à la raréfaction inéluctable des ressources naturelles qu’elle utilise, à la dégradation de l’énergie qu’elle fabrique, et à un solde cumulé du déficit de son compte d’exploitation devenu impossible à rembourser. Cette triple perspective est bien celle d’une « faillite annoncée ». Cette étude est suivie d’un essai d’histoire-fiction intitulé « Histoire économique et politique du 21ème siècle », qui restitue le compte rendu imaginaire d’un cours donné à Paris Sorbonne le 5 janvier 2100 par un professeur d’économie politique de la société post-croissance. lire la suite

Le label AB est mort, vive le label AB !

Le label AB vit-il ses dernières heures ? Le CESE, Conseil économique, social et environnemental, recommande d'en faire un label plus cohérent, éthique et local. Une refonte qui permettrait au secteur bio de ne pas reproduire les dérives de l'agriculture conventionnelle. 

Un label AB plus cohérent, plus local et plus éthique. Voilà ce que recommande le CESE, le Conseil économique, social et environnemental, dans un nouveau rapport sur la qualité des produits alimentaires. Car depuis la refonte du règlement bio européen en 2010, le label AB n’est qu’un pis-aller. lire la suite

Déforestation : 40 millions d'arbres replantés avec la "méthode Miyawaki"

À 90 ans, le docteur Akira Miyawakia a acquis sa renommé internationale grâce à une méthode unique en son genre mise au point par ses soins.

Par Raphaëlle Dormieu

« Il est important de bien comprendre qu’on ne peut pas planter n’importe quoi n’importe comment, parce que dans le monde végétal, il existe des vraies plantes mais aussi ce que j’appelle des fake plantes. Les vraies plantes résistent à des conditions extrêmes et vivent très longtemps. Les fakes ont l’air tout aussi fortes, mais meurent facilement. C’est pour cela que je les appelle fake plantes. »

Adaptés à la terre locale, les arbres indigènes sont en effet plus profondément enracinés et résistent à des conditions environnementales et météorologiques extrêmes. Pour Akira Miyawaki, il s’agit de « vraies forêts » qui suivent les principes inhérents à la nature. Si sa méthode est plus coûteuse en terme de temps de préparation en amont (il faut étudier la zone à reboiser, faire germer les graines des espèces indigènes, et préparer le substrat qui les accueillera), elle est aussi bien plus efficace. Une fois les jeunes pousses d’arbres plantées, elles ne nécessitent plus le moindre suivi ou entretien. Lire la suite

« On a besoin des plantes à un point qu'on n'imagine pas » - Francis Hallé, botaniste

Entrevue avec Francis Hallé , botaniste français

« Je suis absolument persuadé que nous dépendons des plantes pour notre survie », dit Francis Hallé, botaniste et spécialiste des forêts tropicales. Le scientifique de renommée internationale, qui est de passage à Montréal, déplore le peu d'égards qu'ont les populations de la planète pour les végétaux. « N'importe quel idiot avec une tronçonneuse est capable d'abattre un être vivant qui a 3000 ans », se désole-t-il. lire la suite

Les circuits courts : avantages et aspects mythiques

Les circuits courts : avantages et aspects mythiques lire ici

Écrit par  Stéphane Lejoly

Cette image met en évidence la place et les rôles fondamentaux que joue la distribution, dont notamment :

  1. Permettre et faciliter la rencontre entre les besoins de ces deux polarités de l’organisme économique que représentent les producteurs (lettres « ») d’une part, et les consommateurs (lettres « C ») d’autre part.

  2. Faire circuler marchandises, biens et services (et argent) entre ces deux pôles de l’organisme économique. De même que faire circuler des informations.

Et si les circuits courts ne présentaient pas que des avantages ? Un aperçu des dommages occasionnés par certains circuits courts et des pistes de solutions possibles. Lire la suite

 

Bio: les grands distributeurs captent le marché

Philippe Bertrand

Carrefour et Leclerc se disputent la place de premier « grand » distributeur de bio en France. «  Nos hypers sont les premiers vendeurs de bio français derrière Biocoop, avec 22 % de part de marché  » affirmait  Michel-Edouard Leclerc aux « Echos » en février. Chez Carrefour, qui exploite des hypers et de nombreux supermarchés, on avance un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros qui garantit un véritable leadership. Le premier réseau... suite

Le social et la coopération dans l'entreprise

Biocoop -Terre de liens- la Nef

Weleda Demeter

La Nef, en chemin vers la banque éthique

Unique en France, la Nef est une coopérative financière qui offre des solutions d’épargne et de crédit orientées vers des projets ayant une utilité sociale, écologique et/ou culturelle. Voir la suite https://www.lanef.com/

Dans notre village les tentatives de création de commerces et d'entreprises échouent .

Seules ou mal accompagnées par des instances qui n'ont jamais pratiqué  elles-mêmes l'entreprise économique  , ces tentatives disparaissent  parce qu'elles ne s'appuient pas sur un réseau coopératif de biens communs ayany avec de l'éthique et de l'équitable.

Lorsque les associations soutenues par des aides publiques finissent en faillite ( Bio 82 n’est plus… liquidation en cours voir l'article  ) et que la grande distribution poursuit son développement en reprenant les idées de la Bio, le système poursuit son chemin sans se poser la question de comment éviter l'effondrement lié au développement de la dette et des faillites qui en découlent...

Voici l'exemple d'une économie alimentaire équitable avec la pratique de tri-articulation sociale des Paysans des Baronnies à développer pour éviter les faillites coopératives.

Paysans des Baronnies

Présentation et vidéos

Paysans des Baronnies est une association qui rassemble depuis une dizaine d'années des agriculteurs, distributeurs et consommateurs afin de promouvoir la production, la distribution et la consommation d'aliments de qualité dans les Baronnies, un très beau pays situé au nord des premiers contreforts des Pyrénées. Son but est de mettre à la disposition du plus grand nombre de consommateurs la meilleure nourriture possible, provenant de fermes recherchant la biodiversité, dans une nouvelle économie permettant les prix les plus justes pour tous.

Au cours de rencontres ouvertes à tous (selon la démarche de l'économie associative), se déroulant sur le territoire, différents contrats sont élaborés :

  • Par ceux qui produisent;

  • Par ceux qui distribuent;

  • Par ceux qui consomment la production.

On introduit ainsi les bienfaits du commerce équitable, car les besoins des 3 types de partenaires sont satisfaits ; les intérêts s'équilibrent. Les biens circulent alors à leur juste et vrai prix. L'argent reste dans le pays suite

Pourquoi soutenir le réseau Biocoop pour entreprendre autrement ?

Pourquoi soutenir le réseau Biocoop pour entreprendre autrement ?

Soutenir le réseau Biocoop fondé par de réels entrepreneurs économiques permet un réel accompagnement aux porteurs de projets . Lorsque les échecs sont répétés dans nos villages dans des créations de commerce , les personnes qui n'ont plus leurs activités rejoignent la liste des demandeurs d'emplois ou tentent de nouvelles aventures entrepreneuriales isolées toujours accompagnées par les mêmes instances incompétentes qui seules perdurent durablement dans nos ruralités.  La disparition des entreprises, des commerces  ne peut être résolue que par les compétences de réseaux coopératifs respectant une  logique cohérente telle que celle des "Biocoop"

Entreprendre autrement avec Biocoop-Créer mon magasin Biocoop Voir la suite 

Biocoop, acteur historique du commerce équitable voir la suite  

Le réseau Terre de liens

Les terres agricoles, un bien commun en voie de disparition ?

Convoitées, surexploitées et exposées à la spéculation immobilière, les terres agricoles, socle de notre alimentation et nos paysages, se font de plus en plus rares dans l'Hexagone. Les modèles agricoles intensifs et l'usage de produits phytosanitaires remplacent une agriculture paysanne de qualité avec pour conséquences des paysages, des sols et des ressources naturelles qui se dégradent au fil des jours. Plus grave, un petit nombre d'exploitations continuent de s'agrandir en accaparant la ressource foncière, au détriment de jeunes agriculteurs qui se découragent face aux difficultés d'installation.
Comment, dans un tel contexte, permettre aux nouvelles générations d'assurer la relève agricole et la redynamisation économique dans les territoires ruraux ? voir la vidéo

Un moyen efficace d'éviter les papiers publicitaires, les déchets, le gaspillage alimentaire. Former des espaces démocratiques et économiques pour définir pour qui et pourquoi nous produisons ?

De nouveaux emplois seront construits à partir d'un nouveau processus évitant de produire des ordures et de dépenser pour les recycler.  Se rencontrer pour travailler cette coopération en ateliers de démocratie évolutive . voir la suite 

Si nous voulons repeupler nos ruralités en voie de désertification sociale et écologique , une solution coopérative de logement …...

Pour reloger des SDF, ces particuliers leur achètent des appartements

L'association Toit à moi coordonne les petits gestes de solidarité pour leur donner un maximum d'effet. Résultat : des SDF relogés.

Contre le mal logement, il n’existe aucune fatalité. Chacun peut lutter à sa mesure contre le phénomène et contribuer à des solutions concrètes. Les politiques en premier lieu, bien sûr, mais pas seulement (et heureusement…) Exemple avec ces particuliers qui coordonnent leur générosité pour, ensemble, acheter des logements et les confier à des SDF. Explications.

Réunis au sein de l’association Toit à moi, ces particuliers (rejoints par des entreprises) ont déjà acheté une vingtaine d’appartements et relogé 60 personnes, le tout sans se ruiner ni même se sacrifier.

Comment s’y prennent-ils ? En fait, c’est assez simple. Dans la vidéo qui suit, Brut prend un exemple : un appartement acheté conjointement par 80 personnes.  Suite

Une antenne à Caylus 82160 de Toit à Moi est en cours

Pensons au développement social durable au service de l'être humain avant les solutions isolées qui nourrissent à court terme des intérêts seulement financiers ….

A Caylus 82 160  et le territoire Quercy-Rouergue une solution l'habitat coopératif

Le village vieillit et souffre du manque d'activités sociales et économiques, peu à peu sa désertification économique se manifeste,  à cela s'ajoute de nombreuses maisons à vendre .

La tendance générale  actuelle est la vente de ces maisons pour la création de chambres d'hôtes Voir Quel avenir pour l’hébergement touristique rural ? lire la suite

Quel avenir social et économique pour le village si ces mêmes activités liées au développement touristiques prolongent entre elles une nouvelle concurrence ? Un village sans projet commun entre les habitants peut-il se développer durablement dans une orientation unique  ?

La finance conjuguée à l'augmentation de la dette publique développent les problèmes sociaux , dans une société fondée sur dominants /dominés ; gagnants /perdants, décideurs/administrés-dépendants chacun à son tour est menacé par le risque de pauvreté . Innover un modèle éthique équitable évolutif est incontournable .

Rendre la finance aux citoyens les 14 propositions du Secours Catholique

Rendre la finance aux citoyens et la remettre au service de l’intérêt général. Dans un nouveau rapport, publié ce jeudi 21 juin, le Secours Catholique-Caritas fait quatorze propositions. Parmi les mesures envisagées, la séparation bancaire entre d’un côté l’activité de détail et de l’autre celle de marché. Autre piste, la mise en place d’une taxe sur les transactions financières, d’un prix carbone suffisamment élevé et d’une instance de supervision mondiale.

Aujourd’hui, moins de 10 % des montants investis dans les produits dérivés sont en lien avec l’économie réelle. lire la suite

[LA VIDEO DES SOLUTIONS] La Boudeuse, un atelier et une boutique de décoration zéro déchet

Dans l'atelier-boutique La Boudeuse à Paris trônent des anciennes boîtes de conserves transformées en pots à plantes grasses tendances, des chaises en formica décalés ou encore des terrarium dans des bocaux de cuisine. Bref, ici, les déchets et mobilier vintage sont valorisés au maximum pour une déco responsable. Et en prime, les clients peuvent apprendre eux-mêmes à les transformer. lire la suite

 

 

Face au danger de l'effondrement, développements coopératifs ou faillites coopératives ?

 Nous n'héritons pas de la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants."Antoine de Saint-Exupéry"

Lors de la seconde guerre mondiale, Antoine de Saint-Exupéry était aviateur. Le fait d'avoir vécu le danger en prenant de la hauteur lui a permis de nous léguer cette pensée qui est entrée aujourd'hui dans notre culture et notre histoire.... lire la suite

Hommage aux 16 résistants : espoir aux petits porteurs de projets sociaux qui prolongeront cet exemple

Entre mai 1943 et mars 1944, sur le territoire français encore occupé, seize hommes appartenant à tous les partis politiques, tous les syndicats et tous les mouvements de résistance vont changer durablement le visage de la France.

voir la bande annonce du  film Les Jours Heureux de Gilles Perret «  Quand l'utopie des résistants devint réalité »  ici

Face au danger des femmes et des hommes, souvent inconnus du public, nous ont laissé des messages , mais aussi des solutions pour vivre et reconstruire quand le monde s'est effondré et c'était le cas en France en 1945.

Aujourd'hui de nombreux dangers nous menacent et de nombreuses illusions naîtront de décisions prises par quelques minorités pensant éviter le danger …. de nouvelles solutions coopératives sont non seulement possibles mais indispensables si nous voulons laisser un héritage à nos enfants....

Pablo Servigne  présente son étude "Nourrir l'Europe en temps de Crise" ***** au Parlement Européen en octobre 2013. voir la vidéo