Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Activités-projets de l'association Lien en Pays d'OC

Programme : Habitat, alimentation et humanisme dans un développement local citoyen durable pour un aménagement équitable du territoire
Dans un esprit fraternel  : Jacques Stival Délégué Départemental
Antenne Tarn  & Garonne
7 Rue Jean Monnet MONTAUBAN
Gsm 06 67 19 22 47
présentera  Habitat et Humanisme
 
- Cyril Rous présentera son initiative concernant l’alimentation locale de qualité biologique dans le secteur du territoire.
- Christiane Roques secrétaire de lien en Pays d’OC cultive son petit jardin, elle organise avec Denis Toustou une  démarche citoyenne  favorisant des jardins d’échanges

Dans notre localité un groupe de jardiniers solidaires et coopératifs commencent à s'organiser . Le but permettre des échanges semences et plantes entre citoyens responsables dans un réseau coopératif citoyen. Nous aurons une vison globale de l'économie de notre village , de notre territoire en ouvrant des complémentarités entre les échanges et les services payants . Cette économie qui touche les citoyens ne peuvent se décréter par des gouvernances trop éloignées du terrain local

Dans le jardin de Livron Denis et Christiane


- Laurent Mettetal présentera l’espace Ködörö, son atelier informatique   ainsi que le potentiel à organiser des événements solidaires et coopératifs . L’espace Ködörö est co-organisateur de cette 1 ère rencontre "Habitat , alimentation et humanisme"

La filière alimentaire de qualité peut s’organiser autrement qu'à partir des producteurs professionnels et des décideurs locaux , elle peut s'organiser avec et à partir des consommateurs reponsables par des échanges solidaires et coopératifs: la meilleure façon d'intégrer le lien social et la civilité dans un projet de développement durable d'un village ...d'un territoire.
René Chaboy présentera le réseau de lien en Pays d’OC sa communication inter-réseaux et des propositions à partager
 Former des coopérations entre consommateurs, producteurs intermédiaires ( distributeurs et transformateurs , réseaux sociaux d’informations ) pour construire  ensemble une économie durable au service d’un village et d’un territoire
Des propositions à partager
- Organiser avec habitat et humanisme des accompagnements pour les personnes fragilisées par le système de compétitions avec des coopérations autour des jardins , de la cuisine

- Participer aux installations de Fermes à échelle humaine avec Terre de liens pour éviter les exploitations intensives polluantes anti sociale-écologique et économique sur le territoire voir la suite
- Mettre en place une lettre citoyenne pour commune de Demain .  Annonces , services  et aménagement du territoire : le petit journal manquant à la communication locale  voir la suite
- Soutenir une Biocoop à Caylus sur l’axe passant: une solution pour servir l’économie du village son avenir et son territoire . Voir la suite
Autres propositions pour construire une économie sociale et écologique voir la suite
Si des personnes souhaitent poursuivre l’aventure et élargir la fête des possibles " demain près de chez nous " : une 2ème rencontre  Habitat, alimentation et humanisme dans un développement local citoyen durable pour un aménagement équitable du territoire en septembre 2020
Lien en Pays d’OC peut permettre à un noyau porteur de devenir l’organisme  de cette 2 ème rencontre en 2020 si vous êtes intéressé (e)s par ce projet coopératif contactez nous  à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Plusieurs thèmes coopératifs sont pris en compte dans une vision globale de l’économie par la gestion citoyenne de l’aménagement du territoire : en proposant des pratiques sociales et écologiques qui ne sont pas prises en compte dans les projets éphémères , superflus, inutiles. Gérés par des doublons voire triplons découlant d’institutions du grand millefeuille administratif , certains de ces projets sont dangereux pour les générations futures autant pour les dépenses publiques que pour l’écologie et la santé.
Les pratiques citoyennes de développement durable sont liées
- A la mise en pratique du logement solidaire : favoriser le développement durable selon le rapport Bruntland de 1987 pour inclure dans la prise de décisions les plus démunis et tous les habitants d’un territoire
- Au développement de l’alimentation de qualité en filière courte locale entre producteurs- intermédiaires ( distributeurs-transformateurs) et consommateurs
- Au traitement du chômage en créant des entreprises durables dans ces filières alimentaires réduisant les coûts de fonctionnement
- Au développement du lien social par la gestion de l’information innovante des réseaux sociaux ; ( cela permet d'éviter l’incivilité dont une des causes est la fracture sociale )  en activant les relations entre villes et campagnes et en favorisant le temps de travail éthique .
- A l’économie du territoire pour respecter le rapport Bruntland du développement durable en favorisant la transparence des comptes publics . La transparence des comptes publics par la diffusion sur les sites des associations et institutions receveuses permettra l'évaluation chiffrée des résultats sociaux -écologiques et économiques pour le territoire en évitant de répéter les erreurs imposées aux contribuables.
Logement solidaire avec habitat et humanisme
L’engagement auprès des sans abris, permet à des familles, des femmes seules avec enfants parfois, des mineurs, des jeunes et des personnes âgées de retrouver un toit comme la cathédraleNotre Dame.
De rester digne, de trouver un travail de manger, de se laver et de se réinsérer dans la société française.
Nous pouvons aider des centaines de milliers d’hommes et de femmes qui sont dans le besoin à sortir de l’extrême pauvreté en apportant logement et accompagnement pour se réinsérer dans la société .

Une filière alimentaire locale de qualité qui respecte le développement durable

 

 Terre de Liens Midi Pyrénées Une richesse à cultiver…voir ici

 

Resserrer le lien entre le social, l’écologie et l’économie en respectant le rapport Bruntland de 1987 du développement durable permet de réduire les coûts de fonctionnement des doublons voire triplons des échelons institutionnels du millefeuille de la filière alimentaire locale de qualité . Cette gestion de projets sociaux solidaires et solides redistribue des revenus dignes pour les producteurs distributeurs et transformateurs ... Les institutions publiques et leurs outils en continuant de se superposer oublient que les solutions ne peuvent se faire sans les porteurs citoyens déjà engagés depuis des années qui cumulent bénévolat et financement participatif …

 

Le développement durable de territoire qui associe producteurs -intermédiaires ( distributeurs -transformateurs ) et consommateurs dans un contrat social écologique et économique respecte le rapport Bruntland *
Ce développement durable permet de créer des emplois durables car il répond à la demande croissante de consommation alimentaire de qualité pour l’intérêt général ( sans pesticides et autres poisons qui affectent la santé).
Cette filière est capable de créer des emplois durables dans l’économie réelle au service des besoins essentiels : logement , alimentation de qualité ainsi que santé , vêtements ….
Le développement durable qui ne respecte pas le rapport Bruntland multiplie des demandes d’aides et de subventions publiques en redistribuant à des projets superficiels, superflus , inutiles voire dangereux ….
Ce qui fait grossir le millefeuille administratif , ses frais de fonctionnement ; les dépenses publiques sont transmises aux générations futures sans multiplier les créations d’emplois durables . Indispensables aux besoins prioritaires et essentiels immédiats.

Le développement durable selon le rapport Bruntland
"Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs".
Pour satisfaire les besoins essentiels, il faut non seulement assurer la croissance économique dans les pays où la majorité des habitants vivent dans la misère mais encore faire en sorte que les plus démunis puissent bénéficier de leur juste part des ressources qui permettent cette croissance.

Le Rapport Brundtland, la définition du développement durable lire la suite
 

Rapport BRUNDTLAND – Notre avenir à tous (1987) lire la suite
 

Développement durable : pourquoi le rapport Brundtland est-il si populaire ? lire la suite
 

Transparence des dépenses publiques via le numérique permet de respecter le développement durable selon le rapport BRUNDTLAND
Vous pouvez consulter le résultat final des votes ci-contre avec les commentaires à ce lien

 

L’expérimentation « Territoires zéro chômeur longue durée », ça marche ! 
Le bon bilan de la loi «zéro chômeur longue durée»  voir la suite

 

Transition des villes et des ruralités : les deux sont inter-actives dans un aménagement du territoire équilibré
L’augmentation du pouvoir d’achat des plus démunis est dépendant de la création d’emplois dans le secteur alimentaire de qualité qui respecte la santé de l’être humain et  l’écologie de la nature . Ces emplois seront créés par les réseaux coopératifs existants dans le collectif de la transition. Les espaces ruraux vieillissants aménagés pour accompagner des porteurs de projets tournés vers la jeunesse et l’avenir coopératif inter-générationnel apporteront leurs contributions dans la Transition.
Pour faire bouger les choses dans la construction coopérative, il faut que les consommateurs rejoignent un nouveau modèle social-écologique et économique. Le développement durable local est ce nouveau modèle ; nous pouvons constater avec de la bonne volonté que la plupart du temps le développement durable est tronqué par des visions binaires technocratiques  et comptables en oubliant le lien social .

Le bénévolat ( lien social) sera-t-il le grand oublié dans la restitution du Grand Débat ?

De nombreux retraités sont bénévoles dans des associations appliquant le développement durable selon le rapport Bruntland. Le lien social qui assure l’intergénérationnel et la gestion de la misère sociale est un travail au quotidien de ces citoyens que les pouvoirs d’État et collectivités locales ne devraient pas ignorer pour innover des services publics selon un modèle social-écologique et économique adapté aux défis de notre époque et aux besoins essentiels et prioritaires de chacun.

Les appels au bénévolat et au don ne sont pas oubliés pour et par les partis politiques pour le développement de projets éphémères, superficiels, inutiles voire nuisibles . Paradoxalement il est oublié dans la restitution du Grand Débat lorsqu’il propose le développement durable selon le rapport Bruntland ainsi que le lien social des bénévoles qui travaillent pour le respecter .

Adapter ce lien social local entre élus ( qui obtiennent des moyens financiers pour gérer les services publics ) ,  les citoyens qui ne sont pas toujours entendus malgré leurs connaissances des réseaux qui pratiquent  les besoins essentiels et prioritaires de terrain sera le moyen de créer des emplois et de réduire la misère . Un moyen de créer des emplois est possible et indispensable   avec des filières alimentaires de qualité réunissant les producteurs , les consommateurs et les distributeurs plaçant l’humain coopératif au centre des fermes, des jardins et de l’économie sociale . Une vision tripartite ouvre des portes là où la vision binaire crée  des oppositions puis des fractures sociales en exploitant intensivement la terre et l’animal puis les consommateurs qui paient les factures au bout de la chaîne.
Les emplois créés par la transition sociale, écologique et économique apporteront plus de cotisants au système de retraite basé sur la solidarité . Les dépenses publiques éviteront les grands projets inutiles en créant des services en accord avec le développement durable respectant le rapport Brundtland .

Transparence des dépenses publiques via le numérique afin de respecter le développement durable selon le rapport BRUNDTLAND
Vous pouvez consulter le résultat final des votes ci-contre avec les commentaires à ce lien

 

Le Rapport Brundtland, la définition du développement durable
"Le développement durable est un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs".
Pour satisfaire les besoins essentiels, il faut non seulement assurer la croissance économique dans les pays où la majorité des habitants vivent dans la misère mais encore faire en sorte que les plus démunis puissent bénéficier de leur juste part des ressources qui permettent cette croissance.
Voir Rapport BRUNDTLAND – Notre avenir à tous (1987) cliquer ici

Le Rapport Brundtland, la définition du développement durable lire la suite

Développement durable : pourquoi le rapport Brundtland est-il si populaire ?
Par Thomas Zeroual
– La justice ou l’équité sociale : on distingue deux formes à l’intérieur de cet objectif, devant être appréhendées de façon complémentaire. voir la suite

L’expérimentation « Territoires zéro chômeur longue durée », ça marche !

Le bon bilan de la loi «zéro chômeur longue durée»
Par Manon Malhère
Pas moins de 420 emplois en CDI ont été créés en un an sur les dix zones expérimentales.
Laurent Grandguillaume peut être satisfait. «Au début, on nous voyait comme de doux rêveurs mais l'expérimentation territoire zéro chômeur de longue durée (TZCLD), ça marche», explique l'ancien député PS qui a porté la loi éponyme adoptée par le Parlement… à l'unanimité en février 2016 et opérationnelle depuis janvier 2017. Son objectif? Favoriser l'insertion sur le marché du travail de chômeurs de longue durée (plus d'un an), sur une dizaine de territoires pendant cinq ans, avec un dispositif pour le moins original: proposer des CDI rémunérés sur la base du smic aux demandeurs d'emploi dans des entreprises de l'économie sociale et solidaire créées en conséquence.
Pour se faire - et c'est la nouveauté -, ces entreprises reçoivent le soutien financier d'un fonds d'expérimentation abondé par les dépenses publiques que ces personnes auraient engendrées en restant au chômage comme, par exemple, les aides sociales, le RSA ou les financements relatifs à la formation professionnelle voir plus

Laurent Grandguillaume
Directeur Général Adjoint de Freeland Group, Président bénévole de Territoires zéro chômeur de longue durée
Près de 200 nouveaux territoires se préparent. Alors on compte sur vous, mobilisez-vous pour demander l’extension !
Voir la suite sur LinkedIn

Nous travaillons pour l’intégration au marché de travail de ceux qui se trouvent dans une situation défavorisée ou sans abri.
Laurent Grandguillaume    sur LinkedIn
    • Directeur Général Adjoint de Freeland Group, Président bénévole de Territoires zéro chômeur de longue durée
    • Après des relations nouées en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, et aux Etats-Unis, de nouveaux liens tissés cette fois-ci avec l'Argentine et la Fondation Culture du Travail qui souhaite travailler avec l'équipe sur le projet. Territoires zéro chômeur de longue durée

    • poursuit son internationalisation. Voir Fondation Cultura de Trabajo en cliquant ici

NOTRE MISSION

Nous travaillons pour l’intégration au marché de travail de ceux qui se trouvent dans une situation défavorisée ou
sans abri.
NOTRE OBJECTIF

C’est de fournir les moyens pour que les travailleurs aient accès à des emplois.
Nos actions sont basées sur les principes suivants: PINCIPLES

Objectifs de développement durable

    Principe 1: Fin de la pauvreté

    Principe 2 : Faim zéro

    Principe 6: Élimination de la discrimination raciale au travail.

    Principe 8: Travail sérieux et croissance économique.

    Principe 17: Partenariats Pour la Réalisation des Objectifs

Pour suivre les informations sociales écologiques et économiques après le Grand Débat un lien sur Facebook ici

Bien coopérativement
René Chaboy

 

Compte-rendu de la Fête des possibles à Caylus le 22 Septembre 2018