Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Développement du lien social et de la justice dans nos territoires pour réduire les taxes et inclure de nouvelles compétences.

Avec habitat et humanisme commençons ensemble à bâtir des liens- Une nouvelle antenne à Montauban voir le site

L’affaire De Rugy, l’affaire de plus, a scandalisé une grande majorité de Français . Beaucoup de commentaires ont circulé  sur les réseaux sociaux « Tous pourris » réduisant le problème de l’économie sociale et écologique de nos territoires à des oppositions sans réelle volonté de s’organiser autrement pour apporter des solutions entre élus et citoyens responsables afin de réduire les taxes découlant des dépenses publiques.
Pour être plus juste , précisons que le système pyramidal « mille-feuille » ralentit ou pourrit les bonnes initiatives . Les initiatives qui bâtissent du lien social ne sont pas entendues prioritairement par les pouvoirs publics  qui persévèrent dans le financement de projets pour des solutions temporaires et des fonctionnements en panne de lien social .

En plus, ces mêmes pouvoirs publics doivent organiser  des campagnes contre l’incivilité puisque l’espace du travail de lien social n’a pas été la priorité dans la gestion d’une commune voire d’un territoire.
Du fait que l’argent public distribué dans de nombreuses structures ne fait l’objet ni de transparences, ni de bilans, les consommateurs-contribuables payent les taxes qui s’ajoutent ; la fracture sociale continue de progresser accompagnée de la misère sans que les services sociaux adaptés puissent se créer et se développer entre les habitants , les élus décideurs en cherchant à augmenter de nouvelles compétences.
Les pauvres ne peuvent plus payer les taxes compensant les dépenses de ceux qui cultivent leurs privilèges parce que le système le permet .

Un autre modèle basé sur la richesse productive au service des besoins essentiels et prioritaires (et non pas sur la richesse exploitante) est indispensable avec bilans et transparences  lorsque ces structures reçoivent de l’argent public.

Ce modèle doit se fonder sur la résistance face aux pouvoirs de la spéculation financière mondiale ; face à ces puissances financières qui entretiennent des idées fausses sur l’investissement pour le développement du tourisme ou sur celui de la science géo-ingénérie qui nous sauveraient des fractures sociales, écologiques et économiques sans une vision de démocratie évolutive. Un modèle impliquant la conscience de l’être humain pourrait se construire entre citoyens et élus s’entendant pour faire face aux nombreuses menaces qui découleront de la mauvaise volonté à ne pas travailler une éthique républicaine et démocratique dans nos territoires et créer les outils adaptés pour y parvenir .

 “Il faut que le travail paye” : nous partageons ce constat Monsieur le Président de la République mais maintenant il faut clairement dire comment ! voir la suite

Oui comment fait-on lorsque le bénévolat est le moyen de dynamiser un autre modèle
plus juste , plus sain , plus humain ?

Mauvais temps, anthropocène et numérisation du monde : une discussion avec Pierre de Jouvancourt
L’époque est pour le moins paradoxale : au moment même où le dérèglement climatique gronde, les espoirs de transition technologique envahissent les imaginaires, dévoilant par la même occasion une foi sans faille en un progrès salvateur. Avec Mauvais temps, anthropocène et numérisation du monde, les sociologue et philosophe Gérard Dubey et Pierre de Jouvancourt mènent l’enquête sur les déterminismes technologiques qui nous habitent et les régimes de promesses qui leur sont symétriques. Leur question : comment penser les relations entre l’anthropocène – cette « période géologique » qui aurait débuté avec les révolutions industrielles – et la mise en donnée du monde, bien souvent présentée comme une réponse aux défis climatiques ? Discussion avec Pierre de Jouvancourt. Voir plus

Le Haut-Débit : Boite de Pandore ou tarte à la crème ?
par Edouard Schaelchi
Si vous vivez à la campagne, vous connaissez le plan “France Très haut débit”, par lequel l’Etat, les collectivités locales et les opérateurs connectent à toute force le moindre recoin du pays en “très haut débit”. Vous savez que la télé a fermé les bistrots, les supermarchés les épiceries et Internet les marchands de journaux. Avec la fibre optique, l’Etat programme la fermeture des services publics, la disparition de la monnaie, la mort de la vie sociale dans les départements ruraux. C’est ce qu’Edouard Schaelchi nous écrit de Haute-Corrèze.
A l’inverse de la propagande technologique, celui-ci ne nous explique pas comment on accélère les transferts de données, mais qui le fait et pourquoi.  Suite du texte 

[Le monde en 2050] Le black-out qui a mis fin à l’agriculture numérique
Par Novethic
Le 6 septembre 2049, tout bascule. Un black-out géant touche le secteur agricole, entièrement numérisé. Plus de drones, de robots pollinisateurs, de données précises sur les cultures... les agritechs sont désemparés. Ils vont devoir laisser la main aux agriterres, un groupe dissident qui prône un retour à l'agroécologie et à la saisonnalité. Au mois de juillet, Novethic vous transporte en 2050 pour découvrir le monde secteur par secteur selon les grandes tendances identifiées aujourd’hui par nos journalistes.   Suite

Le grand gaspillage de la fusion des régions
par Jacques Monin , Cellule investigation de Radio France
Gâchis, frais de déplacements et indemnités en hausse, doublons... Quatre ans après la réforme des régions, qui était censée dégager des économies, on observe au contraire une hausse des dépenses. Enquête en Occitanie, deuxième plus grande région française, dont le budget a augmenté de près de 45 %. écouter l’émission


Terrabilis le jeu qui change les mentalités !

TERRABILIS le jeu qui fera de vous un héros de l'écologie !
Dans Terrabilis être le plus rapide ou le plus riche ne suffisent plus pour gagner ! Ici comme sur Terre, il va falloir apprendre à préserver vos ressources et coopérer :) Prêt.e à relever le défi ?  voir la vidéo

Terrabilis le jeu qui change les mentalités !
Le but du jeu
A la tête de votre pays, vous disposez d’argent, d’énergie et de ressources sociales et écologiques pour vous développer.
Usines, écoles, hôpitaux, énergie fossile ou renouvelable… installez les infrastructures de votre choix pour mener à bien votre développement.
Un jeu d’enfant ? Pas si vite…
Catastrophes naturelles, quiz, conflits armés… de nombreux aléas viendront pimenter votre parcours avant de repasser par la case départ et encaisser les gains de vos infrastructures.
Si argent et énergie sont nécessaires pour vous développer, vous devrez aussi surveiller vos impact, sinon vous risquez de perdre instantanément ! La partie se termine lorsqu’un des joueur a installé 10 infrastructures, mais attention, être le plus riche ou le plus rapide ne garanti pas la victoire…
Faites les bons choix pour ne pas épuiser vos ressources, au besoin coopérez entre joueurs via l’Alliance et usez de la meilleure stratégie pour gagner la partie !
Les valeurs du jeu :
• Terrabilis aborde le Développement Durable de façon globale en reliant les notions d’économie, d’empreinte écologique, de qualité de vie, d’énergie, de responsabilité individuelle et collective… voir plus 

 

« Le travail est une ressource que l’on peut gérer comme un commun »
Gaël Giraud est économiste, il est notamment directeur de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique) et chef économiste de l’AFD (Agence française de développement). Pour TZCLD, il se penche sur le projet en analysant la gestion du travail comme un « commun » (voir encadré).
Vous présentez dans vos travaux la gestion des communs (voir encadré) comme une solution aux trois crises majeures que vous identifiez actuellement : écologique, socialeet de la représentation politique. L’emploi peut-il être considéré comme un commun ?
Gaël Giraud : La tradition économique néoclassique, depuis deux siècles, postule que le travail est une marchandise privée. Il y a donc une lecture possible de la construction institutionnelle du salariat qui fait du salarié une chose, avec un « marché du travail » et un salaire fixé comme un prix dans une relation flexible entre l’offre et la demande. Pour moi, en aucune façon le travail ne peut être considéré comme une marchandise, puisque c’est une activité humaine socialisée. Personne ne travaille tout seul. Le travail est une ressource que l’on peut gérer comme un commun.
Que serait une société dans laquelle le travail serait considéré comme un commun ? Voir plus

 

Pour l’extension de l’expérimentation Territoires zéro chômeur de longue durée
Laurent Grandguillaume
Directeur Général Adjoint du Groupe Freeland, Président bénévole de Territoires zéro chômeur de longue durée, VP Fondation Travailler Autrement
statut sur Linkedin https://www.linkedin.com/in/laurent-grandguillaume-15464332/
Pour l’extension de l’expérimentation Territoires zéro chômeur de longue durée
les salariés des entreprises créées dans les dix premiers territoires s’engagent aussi pour l’appel à une deuxième loi ! Voici leur manifeste

Le Président Macron pur produit de l’ancien système  a tout pouvoir de ne rien changer .
CETA : les multinationales se régalent, la démocratie trinque
Par ecologiepress
Foodwatch alerte : C’est aujourd’hui que la Commission des Affaires étrangères déroule le tapis rouge pour le CETA, à une semaine du vote à l’Assemblée nationale, le 17 juillet, pour ratifier cet accord de commerce Europe-Canada. La fuite en avant des accords de libre-échange continue donc à plein régime, quelques jours à peine après l’annonce d’un accord politique sur les négociations commerciales entre l’UE et le Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay). Car il n’y a pas le bon CETA et le mauvais MERCOSUR. Ces accords présentent les mêmes dangers pour les droits sociaux, les agriculteurs, notre alimentation, notre santé et l’environnement et font la part belle aux multinationales.
 
Justin Trudeau et Emmanuel Macron semblent s’être mis d’accord pour accélérer l’agenda politique afin de faire ratifier l’accord en plein cœur de l’été. Mais les sourires du Premier ministre canadien ne doivent pas faire oublier qu’en matière de commerce, le Canada n’est pas le pays inoffensif de notre imaginaire collectif. Loin de là. voir plus


Farines animales, antibiotiques : la confusion de la majorité sur les conséquences du CETA en France
L’accord commercial entre l’UE et le Canada ne devrait pas empêcher l’arrivée de bœufs nourris avec certaines farines animales et dopés avec des antibiotiques.
Par Maxime Vaudano
Le gouvernement et la majorité ont-ils menti aux Français sur les conséquences du CETA ? C’est l’accusation portée par les éleveurs bovins et plusieurs ONG, à la veille du vote décisif des députés français pour ratifier l’accord de libre-échange entre l’Union européenne (UE) et le Canada, prévu le 17 juillet.
Depuis plusieurs semaines, députés, ministres et experts de tous bords s’écharpent à coups de règles vétérinaires internationales et de règlements européens pour savoir si le CETA menace la santé des Européens en facilitant l’importation d’aliments canadiens produits dans un pays qui n’applique pas le principe de précaution, et où l’usage des hormones de croissance, des antibiotiques, des farines animales, des organismes génétiquement modifiés (OGM) et des pesticides est bien moins encadré.
Le grand flou sur les farines animales  voir plus

Cédric Villani à Grenoble : l’intelligence artificielle de La République en Marche
par Pièces et main d’œuvre
Il fallait Cédric Villani à la Maison du Tourisme pour tirer de chez eux des Grenoblois écrasés par 39° de canicule, ce jeudi 27 juin 2019. La réunion, intitulée « Intelligence artificielle et transition écologique : paradoxe ou opportunité ? », était organisée par deux députés locaux de La République en Marche, Emilie Chalas et Olivier Véran. Ambiance de fan club, smartphonesà bout de bras, rires et applaudissements à chaque allusion politicienne, bruyante réprobation de toute critique. Nous n’étions pourtant que trois Chimpanzés du futur à contester le mathématicien député Villani, président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) et auteur d’un rapport sur la stratégie nationale en intelligence artificielle « pour repositionner la France et l’Europe au premier plan de ces transformations et en saisir les opportunités ». voir plus

 

Le développement du Tourisme : grande illusion sociale&écologique, grand responsable de catastrophes à venir
La Méditerranée : berceau des premiers échanges commerciaux et patrimoine d’une écologie marine devient le plus grand cimetière humain du monde sous la direction de l’exploitation du tourisme par les puissances financières . L'excellent documentaire de Arte  révèle comment ce qui est vendu pour un développement nécessaire à tous devient l’affaire de quelques privilégiés venant d’ailleurs laissant aux locaux vivant toute l’année : ruine, misère , maladie …
Le prolongement de cette grande illusion est déjà en cours , le tourisme devient le grand thème de nombreux  territoires . Les puissances financières ont cette capacité  de vendre l’illusion : polluer , détruire et faire payer aux consommateurs-contribuables les taxes pour réparer les dégâts .
Des décideurs élus victimes  de leurs ambitions liées à leurs carrières personnelles politiques deviennent  complices de projets qui s’avèrent destructifs après avoir servi  une minorité de privilégiés . Organiser des fêtes  ou divertissements pour  une petite minorité de privilégiés-inconscients  « d’esprit novlangue  » ne se fait pas sans asservir et ruiner les habitants locaux qui vivent toute  l’année sur les lieux et ne sont pas entendus pour leurs besoins essentiels et prioritaires. Voir plus


OGM, géo-ingénierie, climat... Vandana Shiva dénonce les mensonges des industriels
     Par Audrey ETNER

"Bill Gates a investi massivement dans la géo-ingénierie, qui fait partie des fausses solutions et induit le fait de pulvériser des polluants ainsi que des métaux lourds dans l’air."

Physicienne, philosophe et activiste indienne de renommée internationale, Vandana Shiva lutte depuis plus de vingt ans contre la mainmise des grands semenciers sur le vivant. OGM, pesticides, lobbies et système capitaliste, elle se dresse aujourd'hui contre les fausses solutions au changement climatique et prône une agriculture écologique. Voir plus

Lien en Pays d'OC a organisé plusieurs conférences dont une avec l'économiste Michel Laloux . Les auditeurs sont venus écouter puis sont repartis. Beaucoup attendent que le modèle d'en haut apportent les solutions ou entreprennent  des projets qui ne fonctionnent que quelque temps et recommencent sur les mêmes schémas . Ils évitent les projets redonnant à l'être humain une place non pas dans une économie spéculative mais dans une économie sociale bien réelle. C'est bien de cela qu'il s'agit , comment créer des modèles sociaux et économiques qui n'empoisonnent ni les êtres humains , les êtres vivants et la Planète ? Attendre que l'Etat et les collectivités locales apportent les solutions risquent de nous décevoir encore et encore ; aussi voici nos propositions Principes de la Démocratie Évolutive 1. Une gestion des affaires publiques par la société civile La Démocratie Évolutive permet à chacun de développer une citoyenneté créative, favorisant l'émergence de nouvelles formes sociales lesquelles deviennent le reflet des aspirations individuelles et collectives, à un moment donné. Suite
 Le 28 Septembre une première rencontre est organisée pour aller dans ce sens toutes les informations à ce lien

La consommation responsable : un art social essentiel et prioritaire pour le développement durable des territoires et la diversité des compétences innovantes
Après des décennies de développement :  le modèle d’exploitation de sur-production conjugué à celui de sur-consommation  a progressivement éclaté la société   en chacun pour soi , pour son clan , pour son corporatisme ou en groupuscules ayant la certitude qu’ils changeront le monde à partir de l'entresoi …. ; mais ni la misère sociale, ni   les problèmes écologiques pour la Planète sont résolus .
 Des services dit publics prétendent apporter leur aide à la multiplication de tous ces problèmes en obtenant des subventions publiques dit compensatrices pour réparer les dégâts  . Nous nous rendons compte que les dépenses publiques sont compensées  par des taxes que tous les contribuables payent par la consommation profitent prioritairement à des missions qui fonctionnent en parallèles ( en doublons voire triplons) dans un millefeuille particulièrement flou et coûteux sans résultats pour de plus en plus d’êtres humains et sans réelle transparence des comptes de résultat. Voir plus

 

Face au suicide collectif , l’optimisme collectif
L'optimisme, ça se travaille!
Sur Linkedin
Pour le conférencier Jean-Luc Hudry, l’optimisme ne se décrète pas, il se construit et permet d’atteindre les objectifs les plus ambitieux:
“Il faut aller plus loin que la pensée positive: croire qu'on va y arriver, c'est sûr, mais aussi mettre en place les outils qui, imbriqués les uns dans les autres, vont construire un optimisme capable de soulever les montagnes.”
• Qu'en pensez-vous? Comment cultivez-vous (ou pas) l'optimisme au travail? Vous rend-t-il plus performant? Participez à la discussion en commentant les posts ci-dessous. voir la suite