Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Fil des actualités

Gaspillage alimentaire, démocratique et économique, des solutions .

Le système industriel d'exploitation dominant favorise le gaspillage et la production de déchets , le recyclage des déchets est une solution insuffisante dans l'économie pratique et réelle . Pour éviter le gaspillage économique et écologique dans son plus large objet, la seule solution efficace, ne pas produire sans savoir pour qui et pourquoi ? Et maintenant que faire? 

 De nouveaux emplois seront construits à partir d'un nouveau processus évitant de produire des ordures et de dépenser pour les recycler.  Se rencontrer pour travailler cette coopération en ateliers de démocratie évolutive .

L'accroissement de la production des déchets reste problématique en France

Scientifiques, représentants d'entreprises, élus locaux et hauts fonctionnaires ont tenté de trouver des solutions afin de diminuer la production de déchets ménagers, à l'occasion des 8èmes assises des déchets.

Ces 10 dernières années, des progrès ont été réalisés sur le secteur des déchets avec la mise en place du tri sélectif, une division par 6 des rejets de dioxines par les incinérateurs entre 1995 et 2004, une division par 7 des émissions de plomb entre 1995 et 2003 et une diminution de l'impact environnemental des décharges.
Cependant des points restent encore à améliorer face à l'accroissement de la production des déchets (+ 1% par an) et l'augmentation du coût de leurs traitements qui a doublé en dix ans, traitement qui génère également 3 % des émissions globales de gaz à effet de serre. lire la suite 

Plus de 60 000 tonnes de déchets sauvages abandonnés en 2016

Plus de 60 000 tonnes de déchets sauvages ont été abandonnés au bord des routes ou sur les plages de France en 2016, selon des chiffres de l’association « Gestes propres - Vacances Propres » publiés mercredi.

Ces 63 000 tonnes représentent six fois le poids de la tour Eiffel. lire la suite 

Les déchets en France : quelques chiffres - Quelle quantité de déchet produisons-nous ?

Chaque année en France, un habitant produit 354 kg d’ordures ménagères. Les calculs sont réalisés par l’Ademe à partir des tonnages des poubelles des ménages (hors déchets verts) collectées par les collectivités locales.

On peut aussi, comme le fait Eurostat afin d’effectuer des comparaisons internationales, évaluer la quantité de déchets municipaux par habitant. La quantité produite monte alors à 536 kg par an, et intègre en plus des déchets des ménages, ceux des collectivités et également une partie des déchets d’activités économiques. lire la suite 

Le 7e continent de plastique : ces tourbillons de déchets dans les océans

Sous l'effet des courants, des milliards de fragments de plastique sont amalgamés dans les mers. Ils ont été multipliés par cent dans le Pacifique en quarante ans, selon une étude récente.

"La grande poubelle du Pacifique "  voir la suite 

Une bouteille d'eau à base d'algues , biodégradable et mangeable ! 

Une bouteille d’eau en plastique peut prendre des centaines, voire des milliers d’années pour se dégrader. Une nouvelle bouteille d’eau à base d’algues a été conçue selon un principe opposé : immédiatement après l’avoir bue, elle commence à se désagréger. Et si vous ne voulez pas la jeter, vous pouvez la manger. La bouteille est faite à partir de gélose, une poudre d’algues. Quand la poudre est mélangée avec l’eau, elle se transforme en un matériau semblable à de la gelée pouvant ensuite être moulé sous forme de bouteille.

“ Ce qui rend ce mélange d’algues et d’eau intéressant est la durée de vie de la bouteille ”, explique Ari Jónsson, un étudiant en conception de produits à l’Islande Académie des Arts, qui a créé la bouteille expérimentale. “ Elle doit contenir du liquide pour maintenir sa forme et dès qu’elle est vide, elle va commencer à se décomposer. ”

La bouteille a aussi un autre avantage sur le plastique : l’eau reste naturellement fraîche, même par temps chaud. Lire la suite

voir la vidéo 

Passer d'une guerre économique à une économie de Paix

Passer d'une guerre économique à une économie de Paix demande un investissement de la pensée et un engagement personnel afin d'organiser un nouveau modèle .En constatant régulièrement les désastres découlant du système d'exploitation basé sur la seule réussite de ceux qui détiennent les commandes du pouvoir et de la lutte continuelle entre ceux qui souhaitent y accéder et ceux qui veulent y rester ; nous sommes contraints à construire une réflexion-action sociale coopérative afin de nous engager individuellement dans une nouvelle voie.

Le site Lien en Pays d'OC propose de participer à cette nouvelle voie

L'argent circulant dans une économie de consommation de qualité évitera qu'il aille développer dette publique et paradis fiscaux .

Le choix de la Démocratie Evolutive pour la mise en pratique d'une tri-organisation sociale permettra de construire une Economie de Paix.

Le site de la société civile à consulter ici 

Vous pouvez rejoindre la page de l'Association Lien en Pays d'OC sur facebook qui diffuse des informations pour construire avec vous ce nouveau modèle . Merci de Liker pour l'accompagner dans sa démarche bénévole  ici 

L'eau est indispensable à la vie, toute initiative pour une consommation la respectant est un exemple à suivre-  La bataille de l'eau - Réunion 21 novembre au Phare à Tournefeuille 31 De : Copernic 31 <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.>

Bonsoir,

 Comme vous le savez, la gestion de l’eau à l’échelle de la métropole va donner lieu dans les semaines et les mois qui viennent à de nombreux échanges et, sans doute, mobilisations.

En ce qui concerne l’ouest toulousain, les situations de la gestion sont différenciées. 

Mais, en tous cas, pour celles des communes qui font partie de la Métropole (Colomiers, Tournefeuille, Pibrac, Léguevin et Brax), elles sont directement concernées par les procédures initiées par Moudenc et qui visent, c’est vraisemblable, à privatiser la gestion à l’échelle de la Métropole.

Un collectif, dénommé "Eau publique - Toulouse Métropole", s’est constitué pour mener la bataille pour la gestion en régie de ce bien commun.

Il nous faut nous organiser sur notre secteur sans perdre de temps et sans exclusives

C’est pour cette raison que, la fondation Copernic prend l’initiative de proposer une réunion.

 le 21 février à 20h30 au Phare à Tournefeuille 

pour faire le point et voir comment nous pouvons nous organiser ensemble et dans nos différentes communes

Il est bon de noter que le Collectif regroupe toutes les citoyennes et les citoyens, les associations et syndicats qui se reconnaissent dans sa plate-forme, avec le soutien des élu.e.s et des partis politiques.

C’est pourquoi cette réunion est ouverte à tous et à toutes : représentants d’associations, d’organisations politiques et syndicales, citoyens non "encartés"

Vous êtes donc cordialement invités à diffuser largement dans vos réseaux, amicaux comme militants, cette invitation à nous rencontrer le 21 novembre

Vous trouverez, à la suite la plateforme du collectif "Eau publique - Toulouse métropole"

Merci pour votre attention

Pour l’antenne de la fondation Copernic, Pascal Gassiot - 06 80 40 42 47

PLATE-FORME du COLLECTIF EAU PUBLIQUE – TOULOUSE METROPOLE

Le contrat eau-assainissement liant Véolia et Toulouse viendra à échéance en février 2020. Il en sera de même pour la plupart des contrats de délégation de service public ainsi que des marchés de prestation des autres communes de la Métropole.

Le Conseil de la Métropole, sous la présidence de J.L. Moudenc, a engagé une procédure qui peut conduire à déléguer à un opérateur privé la totalité des contrats eau et assainissement des 37 communes de la Métropole, pour une durée de 12 ans.

Nous nous opposons à cette perspective pour les raisons fondamentales suivantes :

1/ L’eau est un bien commun dont la gestion ne saurait être confiée à des multinationales ou à des groupes privés – et notamment Véolia et Suez - dont l’objectif fondamental reste la recherche de profits. Alors que la crise climatique, les pollutions, le maintien d’une agriculture productiviste, des conflits entre Etats, montrent que l’eau est au centre d’enjeux fondamentaux, nous refusons que sa gestion soit confisquée au bénéfice d’intérêts privés.

2/ La préservation de cette ressource si précieuse, la garantie de son accès à tous, nécessitent un réel contrôle par les citoyennes et citoyens, par les associations d’usagers domestiques et les élus. Ce contrôle, seule une régie publique peut l’assurer, par la possibilité d’accès à tous les documents juridiques, techniques et comptables, ce qui implique une transparence exclue par la gestion privée sous couvert de secret commercial.

3/ L’absence de recherche de profits au bénéfice d’actionnaires permet aux régies d’avoir des tarifs globalement inférieurs de 20% environ à ceux pratiqués par les délégataires privés. Ainsi, en 2011, les chiffres officiels de l’Agence Adour-Garonne faisaient apparaître des tarifs 20% plus élevés en gestion privée pour l’eau, et 16% plus élevés en gestion privée pour l’assainissement.

Une régie publique permettra la mise en oeuvre d’un juste tarif de l’eau et de l’assainissement, incluant les investissements nécessaires, sans la recherche de profits.

 

4/ Alors que de graves problèmes restent posés (pesticides, nano-éléments, perturbateurs endocriniens, résidus médicamenteux), l’exigence d’une haute qualité sanitaire de l’eau peut être portée par les associations d’usagers domestiques en qualité d’administrateurs au même titre que les élus, au sein d’une régie publique, possibilité qui est exclue dans la gestion privée.

5/ Le choix d’une gestion publique ou privée de l'eau ne peut se passer d'un débat démocratique. La décision de déléguer la gestion engagerait la Métropole pour plusieurs mandats électoraux sans que jamais l'électeur n'ait pu donner son avis. L'enjeu de l'eau n'est pas un simple enjeu technique, mais un choix politique fondamental. Nous ne pouvons tolérer qu'un tel choix se fasse sans l'exercice du suffrage universel après un débat public. Une décision fin 2018 sans ces garanties serait un déni de démocratie.

6/ Le choix d’une régie publique pourra s’appuyer sur les compétences des personnels des services de l’eau et de l’assainissement, mises au service de l’intérêt général de la population de la Métropole.

C’est pour porter cette exigence d’une régie publique sur l’ensemble des 37 communes de Toulouse-Métropole que nous - citoyennes et citoyens, associations, syndicats - nous sommes regroupés au sein de notre Collectif, ouvert au soutien d'élus et partis politiques. 

Dans les semaines et mois à venir, le Collectif prendra toutes les initiatives publiques à même de favoriser le débat et de faire s’exprimer le plus largement possible la population de Toulouse-Métropole.

Informations complémentaires 

Lait contaminé : « Plus de 12 millions de boîtes sont concernées », selon le PDG de Lactalis, la vision économique productiviste , produire pour détruire ici 

Aliments Bio : bienvenue dans la jungle des labels Bio français…Pour vous permettre de vous y retrouver, dans la jungle des labels Bio..ici

Bientôt dans vos assiettes ! ( De gré ou de force)   lire la page
 Débat "OGM : du labo à l'assiette", le samedi 25 novembre à Paris à 14h   voir la suite 

Face à l'invasion de l'intelligence artificielle , que faire?    lire la page 

Après la conscience de l'empoisonnement alimentaire, la prise de conscience de l'empoisonnement social voir la page 

Les avantages du développement de la qualité alimentaire s'appuyant sur les principes de la Démocratie Evolutive et de la Tri-organisation sociale entre producteurs, consommateurs et distributeurs -intermédiaires voir la page 

Projet de création d'un groupe "jardin naturel et biodiversité" sur Caylus (82) et alentours voir la page 

La qualité alimentaire est possible : le 10 Décembre 2017 à Caylus 82, un programme d'ateliers coopératifs commence.   voir la page 

Transition énérgétique : si on changeait de cap avant de ruiner le contribuable ?  voir la page    

Bientôt dans vos assiettes ! ( De gré ou de force)

A Toujouse le lundi 20 novembre à 20h30 au cinéma ABC, dans le cadre du festival Alimenterre, les Amis du Monde Diplomatique proposent une projection-débat autour du film "Bientôt dans vos assiettes! (de gré ou de force)" avec la participation de Alain Ducos, Jacques Dandelot et Michel Metz.

Il y a quinze ans, des firmes agrochimiques comme le groupe américain Monsanto promettaient une révolution agricole high-tech grâce aux organismes génétiquement modifiés. Les rendements des récoltes ont augmenté, mais les effets à court, moyen et long terme de ces OGM n'ont toujours pas été correctement évalués. Face à cette situation, la résistance s'organise : ainsi en Argentine les riverains des champs OGM dénoncent une pollution et une augmentation des maladies touchant les enfants. En France, les pro et anti OGM s'affrontent. Quels pourraient être les effet  des traités de libre-échange avec les USA ou le Canada ? Enquête de Paul Moreira sur la face cachée de cette industrie et sur son combat pour imposer les OGM.

Jacques Dandelot est membre des "Faucheurs Volontaires" et "Info OGM".
Michel Metz est membre des "Faucheurs Volontaires", "Pétanielle" et "Réseau Semences Paysannes".
Alain Ducos est professeur à l’École Nationale Vétérinaire de Toulouse, chercheur au sein  de l’UMR INRA-ENVT-INP-ENSAT 1388 GenPhyse.

Jean-Pierre Crémoux - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Réagir à partir d'un engagement individuel dans la société civile 

Le problème alimentaire ne sera pas réglé par les pouvoirs de l'agroalimentaire industriel assurant depuis des années une alimentation douteuse voire dangereuse ; mais par la société civile organisée entre producteurs, consommateurs et distributeurs-intermédiaires : les 3 acteurs réunis de la filière en recherche d'une alimentation de qualité .

Projet de lien social s'appuyant sur les semences reproductibles entre jardiniers amateurs et agriculteurs-paysans voir sur facebook . Un jardin naturel en Quercy Rouergue pour la pratique du lien social  cliquer ici 

Un jardin naturel en Quercy-Rouergue par la pratique du lien social et l'émergence d'emplois durables sur le site Lien en Pays d'OC  cliquer ici 

Ce projet coopératif pour une alimentation de qualité est un moyen de relier les citoyens ruraux dans nos villages ( en recherche d'activités économiques durables ) et les citoyens urbains .

Bonne coopération pour un développement durable qui ne s'arrête pas aux mots.  

Informations complémentaires 

Débat "OGM : du labo à l'assiette", le samedi 25 novembre à Paris à 14h   voir la suite 

Débat "OGM : du labo à l'assiette", le samedi 25 novembre à Paris à 14h

Débat "OGM : du labo à l'assiette", le samedi 25 novembre à Paris à 14h
Sciences Critiques et le Festival du livre et de la presse d'écologie (Felipé) ont le plaisir de vous inviter à un débat sur les organismes génétiquement modifiés, intitulé "OGM : du labo à l'assiette", le samedi 25 novembre, à Paris, de 14h à 15h30.

Révélations des "Monsanto Papers", Tribunal citoyen contre Monsanto, accords de libre-échange TAFTA et CETA, "nouveaux OGM", États généraux de l'alimentation en France, ré-autorisation du glyphosate en Europe... Depuis quelques mois, les organismes génétiquement modifiés (OGM) défraient – à nouveau – la chronique.

Technologies issues des laboratoires de recherche, les OGM se retrouvent aujourd'hui dans la nature... et jusque dans nos assiettes ! Existe-t-il des risques pour les consommateurs ? Les OGM peuvent-ils nourrir le monde ? A qui profitent-ils ? Comment en est-on arrivé là ?
 En présence de :

- Gilles-Eric Séralini, chercheur et professeur de biologie moléculaire à l'Université de Caen.

- Corinne Lepage, avocate, ancienne ministre de l'Environnement et ancienne député européenne (sous réserve).
- Bénédicte Bonzi, présidente d'Inf'OGM et membre de la commission Agriculture des Amis de la Terre France.

 

En attendant le débat, lisez – ou relisez – cinq de nos articles abordant les (nombreuses) questions liées aux OGM :

- Les OGM peuvent-ils nourrir le monde ?. Un dossier de la rédaction.
- "Une révolution est en route". Un "Grand Entretien" avec Gilles-Eric Séralini.
- Quelle politique de santé pour la France ?. Un dossier de la rédaction.
- "Les débats scientifiques peuvent être instrumentalisés". Un "Grand Entretien" avec Stéphane Foucart.
- "Le XXIème siècle doit devenir le siècle de l'hygiène chimique". Un "Grand Entretien" avec Joël Spiroux de Vendômois.

Lieu :

100 Etablissement Culturel Solidaire (100 ECS)

100 rue de Charenton – 75012 PARIS
Accès : Gare-de-Lyon (métro 1 et RER A), Reuilly-Diderot (métros 1 et 8) et Ledru-Rollin (métro 8)

Entrée libre et gratuite (dans la limite des places disponibles).

Une séance de dédicaces aura lieu après le débat.

Nous vous y attendons donc nombreuses et nombreux !

Pour tout renseignement complémentaire : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Anthony LAURENT
Co-créateur et rédacteur en chef

Exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens et troubles du comportement des enfants

par Terrapy

Une étude menée par l’Inserm montre que l’exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens est associée à des troubles du comportement chez les garçons de 3 à 5 ans. Les composés les plus préoccupants étaient le bisphénol A, le triclosan et le phtalate de dibutyle, ou DBP.  voir plus 

 


 

 

Face à l'invasion de l'intelligence artificielle , que faire?

Natacha Polony analyse la société de consommation

« La société du spectacle et de la consommation encourage le peuple à se dessaisir du pouvoir » : Natacha Polony évoque la manipulation des masses.

Par Raphaëlle Dormieu 7 novembre 2017

Invitée par la chaîne YouTube Thinkerview, Natacha Polony évoque avec brio la police de la pensée et la manipulation des masses assujetties à la société du divertissement et de la consommation. Un entretien passionnant qui n’est pas sans rappeler les problématiques soulevées par l’oeuvre visionnaire « 1984 » de George Orwell. 

Il est des journalistes et personnalités publiques qu’on prend particulièrement plaisir à écouter s’exprimer, surtout lorsqu’ils sont à même de partager leur culture, leur érudition et leur vision acérée de la société en des termes simples et compréhensibles de tous. voir plus 

Intelligence artificielle : le prochain Terminator du système financier

L'intelligence artificielle gagne du terrain, surtout dans les institutions financières. Il faut dire que les avantages sont nombreux. Les traitements de données sont plus efficaces et l'intelligence artificielle peut même améliorer la conformité réglementaire. Des applications "prometteuses", seulement si "les risques sont correctement gérés", prévient dans un nouveau rapport publié le 1er novembre, le FSB, Conseil de stabilité financière, organisme créé par le G20.

Une trop grande dépendance à l'intelligence artificielle voir plus 

L’intelligence artificielle, entre fiction et réalité

L’intelligence artificielle va-t-elle un jour nous surpasser ?

Et ce matin, à l’occasion du forum Neuroplanète, jusqu’à demain à Nice avec l’hebdomadaire Le Point. On s’intéresse à l’intelligence artificielle, entre fiction et réalité.

L’intelligence artificielle va-t-elle un jour nous surpasser ? Dans quel domaine l’intelligence artificielle nous surpassera à coup sûr au cours de ce siècle ? Faut-il vraiment craindre un jour un basculement irréversible, ce jour où les machines seront dotées d’une conscience autonome et d’un libre-arbitre ?  Bref, la science-fiction deviendra-t-elle un jour réalité ?

Si tu ne viens pas au numérique , le numérique viendra à toi mais pensé sans toi

Le monde change , les défis climatiques, sociaux, culturels, économiques ...poussent les individus et groupes d'individus à construire le lien solidaire d'une société planétaire en germe : la société civile. 

L'outil numérique peut devenir le moyen d'expression et d'organisation face aux multinationales qui ne paient pas d'impôts et enrichissent  les paradis fiscaux ; il peut permettre d'éviter le prolongement de créations et de gestions mises  en place par certaines associations et collectivités locales en recherche prioritaire et permanente  de subventions pour leurs fonctionnements.  Ces services coûteux inadaptés aux besoins novateurs de la société civile s'ajoutent au coût de nombreux édifices ne servant les intérêts à court-terme de ceux qui les ont bâti. 

Se servir de l'outil numérique pour réunir des micro-projets portés par des citoyens de la société civile est le fondement de la conscience de l'être humain tournée vers l'intelligence collective et l'économie à venir . Cette conscience collective humaine  prolongera l'intelligence artificielle en lui évitant de gouverner  seule  la société du futur .Ces micro-projets portés par des citoyens de la société civile sont les coopérations d'entreprises en germes d'une société planétaire économique durable: la troisième voie consciente dépassant les projets grandioses imaginés par une gouvernance inadaptée à la démocratie évolutive et prolongeant les nouveaux intérêts des multinationales  . Ces projets subventionnés tombant en panne laisseraient derrière eux de nouvelles dettes publiques aux contribuables et consommateurs associés à la faillite collective et au développement de la misère ….

Démocratie Participative ou Evolutive? Faire le bon choix c'est possible : actualités de Démocratie Evolutive  voir la page 

Parce que nous mangeons tous l'alimentation peut nous réunir socialement à condition qu'elle soit produite sans danger pour notre santé.

La qualité alimentaire est possible : le 10 Décembre 2017 à Caylus 82, un programme d'ateliers coopératifs commence.

de 9 h à 18 h à la salle des associations , entrée médiathèque 15 avenue du Père Huc  à Caylus 82 160

Création d'une multiboutique pour une alimentation de qualité précédant un point de vente physique

Une organisation sociale tripartite entre producteurs, consommateurs et distributeurs dans une plate-forme numérique accompagnée par

des services locaux ( municipaux, médecins, infirmiers, dentistes, coiffeurs ….), et d'associations pour l'émergence et l'accompagnement d'entreprises novatrices, économiques, culturelles durables locales et globales voir programmme et informations

 voir le programmeici 

Parce que la société civile se compose de nombreuses associations citoyennes engagées à faire avancer les pratiques sociales, écologiques et économiques ; l'outil numérique sert à partager et à échanger avec leurs activités en développant un réseau d'informations en accord avec nos principes de la République : Liberté-Egalité-Fraternité.

Renaud Van Ruymbeke, juge du pôle financier de Paris, est l'invité de Nicolas Demorand à 8h20. Il répond aux questions des auditeurs à partir de 8h40.

Le juge Van Ruymbeke nous fait part de ses propositions pour contrer le blanchiment d'argent. Il propose la création d'un fichier de comptes bancaires centralisé pour identifier l'argent caché. 

En tant que citoyen, je dis : il faut de la transparence sur cette planète 

Pour le doyen des juges, les Paradise Papers sont "une démarche civique de la presse qu'il faut saluer", puisque "l'océan de offshore échappe au contrôle du juge"  

"Où est la frontière entre l'évasion fiscale 'dite légale' et la fraude légale ?(...) Cela a l'apparence de la légalité, mais dès lors qu'on crée un montage avec des offshores, le problème est posé. À partir du moment où c'est opaque, on cache : alors pourquoi est-ce qu'on cache? D'où vient l'argent ?". écouter l'émission 

Rejoindre un réseau de conscience et d'informations  de la société civile sur facebook   cliquer ici 

Des contacts recommandés

Cédric Bergé Graphiste créateur de sites internet à Montauban   

Cédric Bergé a créé le site d'informations et de mise en relation Lien en Pays d'OC, qu'il accompagne depuis plus de cinq ans.

Il est en mesure de créer la plateforme numérique organisations sociales , services locaux et multi-boutiques d'alimentation de qualité. Cet outil numérique pourra développer l'économie d'un village , d'un territoire voire de territoires puisqu'il permettra le développement de la vente de qualité alimentaire en lien direct avec les producteurs engagés dans cette démarche.

Il a répondu aux questions concernant la réalisation possible et évolutive du site .  

Site et contact ici  http://www.cedricberge.fr/

Michel Rameaux Gérant de l'entreprise . Diatech

Développements Informatiques . Assistance Technique . Créateur d'efficience Lieu-dit Pech de Lafaille F-82220 – AUTY. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - +33 (0)9 75 98 20 08- +33 (0)6 09 68 41 08 site www.diatech82.fr

Informations complémentaires 

"Créer un système économique pour que l’Intelligence artificielle bénéficie à la société", Philippe Vasseur

La révolution digitale, notamment avec l’intelligence artificielle (IA), est en cours. A quelles conditions peut-elle servir la révolution responsable ?

Il y a trois sujets qui me paraissent majeurs. Le premier est l’éthique. Prenons l’exemple des drones militaires. Les armées expliquent qu’il y a toujours un homme derrière une décision de tir. Mais il n’y a aucune barrière technologique qui empêche qu’un drone tueur soit autonome. Cela soulèvent des questions : jusqu’où l’IA va-t-elle aller ? Comment se doter de codes éthiques ? Quelle est la responsabilité des États et des entreprises qui les fabriquent ?  

Le deuxième est le rapport travailleur/robot. Le secteur bancaire par exemple est extrêmement touché. Récemment, UBS a annoncé qu’elle pourrait supprimer 30 000 emplois dans les années à venir en raison des avancées technologiques dont l’intelligence artificielle pour la gestion de placements par exemple. Il y aura aussi des créations d'emplois bien sûr. Mais seront-elles suffisantes pour compenser les pertes ? La question à se poser est de savoir s'il est possible d'organiser nos entreprises, de créer nos systèmes politiques et économiques pour que l’IA bénéficie à la société.  

Le troisième enjeu est la répartition de la richesse issue de cette valeur ajoutée… Quand on voit la capitalisation boursière des entreprises du numérique comme Google ou Amazon, on se dit que cette nouvelle économie, qui pourrait être extrêmement redistributive, ne bénéficie qu’à un petit nombre. voir plus 

Après la conscience de l'empoisonnement alimentaire, la prise de conscience de l'empoisonnement social voir la page 

Les avantages du développement de la qualité alimentaire s'appuyant sur les principes de la Démocratie Evolutive et de la Tri-organisation sociale entre producteurs, consommateurs et distributeurs -intermédiaires voir la page 

Projet de création d'un groupe "jardin naturel et biodiversité" sur Caylus (82) et alentours voir la page 

La qualité alimentaire est possible : le 10 Décembre 2017 à Caylus 82, un programme d'ateliers coopératifs commence.   voir la page 

Transition énérgétique : si on changeait de cap avant de ruiner le contribuable ?  voir la page