Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Fil des actualités

La double face du numérique pour le pire ou le meilleur ? Le choix est possible .

Depuis plusieurs années, incontestablement le numérique favorise des projets dangereux mais permet aussi les relations possibles et favorables à la construction de projets fraternels en tenant compte des besoins essentiels, de la qualité alimentaire qui ne cesse, malgré des scandales de persister et à la famine sur la planète de se développer voir la page d'accueil du  site  

L'association Terre de liens a pour objectif de faire reconnaître la terre comme un bien commun au même titre que l'air et l'eau. L'association appelle à soutenir les installations de fermes, car l'accès à la terre s'avère difficile parce que les nouveaux paysans ne bénéficient pas de l’appui d’un réseau professionnel ou familial, et parce que les financeurs potentiels n’accordent pas leur confiance de prime abord. voir plus 

La mise en liens , la communication sont indispensables pour l'évolution du projet, et dans cette voie de construction, le numérique sert l'être humain dans sa recherche de coopération pour une alimentation responsable de qualité entre consommateurs, producteurs et distributeurs.

Voici cet article paru dans « chemins de terre » la revue des adhérents de Terre de liens . 

Le numérique deviendra ce que nous en ferons, les problèmes s'accélèrent dans notre société , mais des solutions portées par des professionnels engagés circulent très, très vite sur le net .

Un site pour diffuser les informations du pire et les projets pour faire que ce pire se transforme en mieux  ne suffit pas, car le meilleur circule de plus en plus vite ...Pour s'en rendre compte, il nous faut suivre des réseaux qui permettent la gestion de l'information et pour cela, il faut passer du temps à les construire . Ces réseaux s'enrichissent des échanges inter-professionnels, les informaticiens peuvent participer à faire évoluer l'outil informatique au service de projets de biens communs, notamment en introduisant l'argent participatif au service de ces biens communs. 

Une porte d'entrée pour des réseaux d'échanges de la société civile, une démocratie évolutive et une économie de partages de produits mais aussi d'idées, de projets humains et par conséquent fraternels c'est ici 

Association Lien en Pays d'OC Qu'attendons-nous pour construire un projet coopératif dans nos ruralités ? voir la page 

Suite à la journée du 23 Septembre2017 à Caylus 82160 avec l'Association Lien en Pays d'OC , ses amis et correspondants nous avons réussi à réunir des acteurs locaux pour un projet innovant et évolutif dans notre secteur : une plateforme numérique coopérative de services locaux, et de multi-boutiques d'alimentation de qualité sera l'outil permettant de nous réunir. Voir le programme 

La réflexion collective sur  la nécessité de cette plateforme coopérative numérique avec l'apport des participants venus à la journée du 23 Septembre à Caylus , a permis d'échanger sur la possibilité d'ajouter aux multi-boutiques d'alimentation de qualité en relation directe avec les producteurs capables de la respecter, des services locaux ( médecins, infirmiers, coiffeurs ….), et d'associations pour l'émergence et l'accompagnement d'entreprises novatrices, économiques, culturelles durables locales et globales. Un compte-rendu sera diffusé , des ateliers de mise en relation coopérative entre consommateurs , producteurs et distributeurs ( intermédiaires ) seront organisés prochainement .

Association Lien en Pays d'OC Des ateliers pour semer l'avenir  voir la page sur facebook 

Association Lien en Pays d'OC Le fait de ne pas chasser les cotisations des adhérents et les subventions pour des services qui finissent par tomber en panne , permet d'ouvrir en priorité aux plus démunis l'information liée à la qualité alimentaire comme moyen fondamental de l'économie et de la démocratie manquant à notre société .

A partir de cette information , nous pourrons adapter les besoins de santé, les demandes de consommateurs responsables aux structures durables indispensables à la construction de nouvelles filières sans rester figés dans les anciennes qui nous coûtent en dette publique , en faillites,  en chômages et en misère humaine. La fondation pour une qualité alimentaire économique et démocratique permettra aux personnes les plus aisés de placer leurs économies dans ces structures qui emploieront des métiers favorisant la prévention santé en évitant toutes les substances chimiques qui abaissent la conscience, élèvent nos frais maladie et nous ferment dans les oppositions stériles voire violentes que connaît aujourd'hui « Notre France ». voir la suite 

De bonnes raisons de développer un réseau de tripartition sociale avec l'outil numérique pour servir son évolution

Dette publique et fracture sociale : les deux plaies d'une République coupée de son économie démocratique entrepreneuriale citoyenne

La pratique du lien social consiste à rassembler producteurs, consommateurs et distributeurs pour construire une filière de qualité alimentaire et services essentiels d'une part et avec d'autre part les techniciens capables de concevoir les outils informatiques répondant à l'évolution de ces projets coopératifs .

Ces deux problèmes : dette publique et fracture sociale seront réglés à partir de la consommation responsable et de sa capacité à organiser en partant de la tri-articulation sociale entre consommateurs de qualité , producteurs et distributeurs: une économie libérée du pouvoir d'Etat par le prix juste fixé de la base citoyenne . Cette démarche se place au début d'un nouveau processus,  pour devenir libre elle doit réfléchir collectivement pourquoi un pouvoir malgré le changement du chef, peut continuer à s'imposer dans une  société binaire dominants/dominés . En développant des astuces pour masquer ses limites  à organiser des pratiques nécessaires à partir de l'économie transversale de la base,  le système continue d'exister . L'automatisme du pouvoir qu'il soit gouvernemental ou dans un groupe poursuit sa logique de leurrer avec les promesses et les mises en pratique qui ne suivront jamais ...d'entretenir le flou et les contradictions. Ces pratiques permettent au pouvoir de continuer d'exister et à être reconnu pour lui-même et comme indispensable,  sans pour autant favoriser la liberté d'autrui à entreprendre autrement . 

Le sport de compétition comme moyen de développer l'économie ? Est-ce qu'une majorité de Français peut devenir une élite?

JO Paris 2024 : l'exorbitant voyage de la délégation française au Pérou

Hôtel cinq étoiles au cœur de la ville, meilleur restaurant du pays, avion spécial... La délégation française présente à Lima au Pérou pour le grand oral des jeux Olympiques 2024 s'est fait plaisir. Selon Mediapart, le voyage a coûté pas moins de 1,5 million d'euros pour une délégation de quelques centaines de personnes, leur nombre n'ayant pas été communiqué. Selon une source ministérielle citée, entre 250 et 320 personnes étaient présentes. Ce qui fait, selon le calcul de Mediapart, une note à 4.687 euros par tête en prenant la fourchette haute. Ce coût était à la charge du GIP Paris 2024 (Groupement d'intérêt public), financé à 50% par de l'argent public. Le site d'information détaille ce qui a notamment provoqué cette facture.  Voir plus 

Jeux Olympiques et réfugiés : la vidéo coup de poing de La Cimade

Paris accueillera donc les J.O en 2024. L'occasion, pour La Cimade, de rappeler les exploits extraordinaires réalisés chaque jour par les migrants.

Par Axel Leclercq 15 septembre 2017

Le monde s’extasie tous les jours devant les exploits sportifs des plus grands athlètes internationaux. Beaucoup sont même prêts à payer pour y assister. Pourtant, dans le même temps, des anonymes réalisent eux aussi des exploits extraordinaires, mais sans jamais faire la une des journaux. La seule différence ? Eux ne se surpassent pas pour la gloire… mais pour survivre. Tel est le message très puissant de cette vidéo percutante.

La Cimade, association solidaire avec les migrants, les réfugiés et les demandeurs d’asile, a publié hier un nouveau spot militant intitulé « Vivre est une victoire. » Si vous y voyez une réplique cinglante à la décision de la France de dépenser des milliards d’euros pour applaudir des sportifs en 2024, c’est sans doute que vous voyez juste. voir plus 

Les JO de 2024 organisés pour et par la grandeur de la France?  Les projets des jeux de la politique internationale mêlés à l'économie, dangereuse pour l'écologie et la fragilité de l'équilibre de la société française . 

Rappel : 1936 a marqué un tournant dans l'histoire des JO, depuis son organisation à Berlin par le régime nazi. Hitler qui n'était pas particulièrement intéressé par le sport, s'est servi de cette opportunité de les organiser avec ses proches pour duper les nations qui se doutaient de son intention de préparer la guerre.
Toute l'organisation construite sur l'image d'une fausse paix à venir et de la fascination trompeuse de la grandeur d'un système s'est éloignée de l'idée humaniste de son fondateur Pierre de Coubertin voulant rapprocher les peuples autour du sport.

Les jeux Olympiques de Berlin d’août 1936 ont été soigneusement organisés et orchestrés par Joseph Goebbels, ministre de la propagande du IIIe Reich afin de sceller la cohésion du peuple allemand autour de son Führer. voir plus

Aujourd'hui la politique internationale mêlée à la compétition sportive persiste à dominer les foules ....

La volonté d'anticiper sur les dangers réels des bombes à retardement au fond de nos océans qui s'ajouteront au développement de la pollution si elles ne sont pas désamorcées en priorité reste absente  . En distribuant des médailles pour les élites, la grandeur des nations reste bien fragile socialement lorsqu'elle oublie d'éviter les catastrophes; et lorsque celles ci se manifestent, elle doit faire appel en urgence à la société civile pour financer  les dégâts. Alors pourquoi l'Etat ne pourrait-il pas se donner les moyens de  faire le bon choix en soutenant  les actions prioritaires qui éviteraient les catastrophes polluantes et une économie pour la société civile? Ces économies permettraient d'envisager des emplois dans une économie au service de la sécurité de nos besoins esssentiels et du respect de la vie. 

Épaves et pollution. Les larmes noires de l’océan

Avec la corrosion, les épaves de la Seconde Guerre mondiale représentent une menace à grande échelle de pollution aux hydrocarbures. Face à l’inaction des pouvoirs publics, les scientifiques tirent la sonnette d’alarme.

Au large des côtes du monde entier reposent de véritables bombes à retardement, ignorées du grand public : six mille trois cents épaves de navires coulés pendant la Seconde Guerre mondiale, qui rouillent depuis plus de soixante-dix ans au fond de l’eau. Ces épaves, toujours chargées en carburant, représentent une source de pollution potentielle extrêmement préoccupante, la corrosion fissurant peu à peu les coques. Et la menace dépasse de loin les pires marées noires de l’histoire : à titre de comparaison, les 37 000 tonnes de carburant déversées par le pétrolier Exxon Valdez, qui s’échoua en 1989 au large de l’Alaska, ne constituent qu’une proportion infime de ce que pourraient contenir les épaves de la dernière guerre mondiale. voir la vidéo 

Si la politique du meilleur doit anticiper pour éviter le pire, l'Etat devrait être en mesure d'évoluer pour être capable de faire le choix entre le prioritaire et le superflu.

Demander de l'aide financière à l'Etat sauveur ne favorisera pas l'économie fraternelle libre

Le flou entretenu entre les associations qui coopèrent pour recevoir des subventions de l'Etat et de ses collectivités locales ne peut qu'entretenir la fracture sociale .

Les subventions accordées par l'Etat aux grosses associations ne sont jamais ou presque jamais redistribuées aux petites qui en ont besoin , ce qui finit par entretenir un sentiment d'injustice puisquer les pratiques économiques existentielles ne sont jamais abordées en échanges sociaux réciproques. 

Toutefois pour assurer la continuité de son pouvoir binaire ( dominants/ dominés) l'Etat de sa tête ne manquera pas d'entretenir la distribution de ces subventions aux hyper-associations, ce financement ne peut que développer la dette puisqu'il provient de banques privées et non de créations économiques libres. 

De la tête à la base de sa pyramide, le collectivisme d'Etat gouverné par les spéculations financières fabrique des problèmes centralisés de plus en plus puissants que seules des initiatives inter-connectées pourront gérées de la base.

Chaque jour de bonnes informations nous arrivent par les réseaux sociaux, des citoyen(ne)s n'attendent plus les solutions de l'Etat Sauveur et de ses institutions . L'avenir social commence à se construire avec ces services publics portés par la société civile.
 

« On a toujours le choix. On est même la somme de ses choix ». Joseph O’Connor

Comme l'alimentation issue de l'économie spéculative l'argent est devenu notre poison quotidien , car il nourrit de mauvais prix lorsqu'il descend d'un système pensant le principe ( dominants/dominés).

Nous avons cependant la possibilité de rejoindre des groupes de la société civile qui travaillent le juste prix et les prix sociaux .

- Les mauvaix prix

Les subventions faussent les prix , puisque les pouvoirs les accorderont pour que rien ne changent à partir du bas ; ils sont fascinés par la peur de la perte de leur pouvoir.

Presse subventionnée: Macron donne un gros coup de pouce financier au Point

par Eric Verhaeghe | 31 août 2017 | Jusqu’ici tout va bien

Macron vient de donner un très beau coup de pouce financier au Point, en accordant à cet hebdomadaire une interview exclusive à laquelle il est impossible d’échapper. Le Point perçoit par ailleurs près de 4 millions de subventions du gouvernement.

Le Point coûte aussi cher que la baisse de l’APL voir plus 

Depuis plusieurs années, l'association pour une constituante appelle à la formation de cercle locaux ou par thèmes afin de permettre à la démocratie de s'exprimer de la base et par sa transversalité expansive , cette démocratie créative sera capable de construire une économie libérée.

Présidentielle NON - Constituante OUI  voir plus 

- Les justes prix
Bernard Prieur et la tri-articulation sociale

Après 20 ans de travail en région parisienne dans le domaine technique et commercial, Bernard Prieur s'est installé en tant qu'agriculteur dans les Baronnies (ferme en polyculture-élevage). À sa retraite, il a créé il y a une dizaine d'années une association de producteurs et distributeurs de produits du terroir : Paysans des Baronnies .

Bernard prieur donne des conférences sur l'alimentation, l'économie associative…

Il est aussi maire de son village et vice-président d'une association des communes de sa région.
Les deux mondes - Quantité et qualité

Paysans des Baronnies est une association qui rassemble depuis une dizaine d'années des agriculteurs, distributeurs et consommateurs afin de promouvoir la production, la distribution et la consommation d'aliments de qualité dans les Baronnies, un très beau pays situé au nord des premiers contreforts des Pyrénées. Son but est de mettre à la disposition du plus grand nombre de consommateurs la meilleure nourriture possible, provenant de fermes recherchant la biodiversité, dans une nouvelle économie permettant les prix les plus justes pour tous.

Au cours de rencontres ouvertes à tous (selon la démarche de l'économie associative), se déroulant sur le territoire, différents contrats sont élaborés :

Par ceux qui produisent;

Par ceux qui distribuent;

Par ceux qui consomment la production.

On introduit ainsi les bienfaits du commerce équitable, car les besoins des 3 types de partenaires sont satisfaits ; les intérêts s'équilibrent. Les biens circulent alors à leur juste et vrai prix. L'argent reste dans le pays. voir plus 

- Les prix sociaux

Afin de compenser les services subventionnés qui peuvent faire payer plusieurs fois des projets qui n'aboutissent jamais à servir les intérêts des consommateurs et des plus démunis , des associations créant du lien par l'information et la mise en contact entre associations complémentaires ( comme Lien en Pays d'OC ) travaillent bénévolement et gratuitement . Ce sont des investissements de personnes engagées avec leurs fonds personnels qui permettent de gérer un site public et le développement de correspondants bénévoles sans compter le temps à la recherche prioritaire de l'argent public  . La gratuité de l'information permet d'être accessible aux plus démunis afin qu'ils ne soient pas coupés de solutions malconnues que les grands médias ne prennent pas toujours en compte . Cette pratique du lien social basé sur le don, permet à des entreprises de qualité d'être recommandées . Cette recommandation permet de réaliser progressivement des bénéfices croissants sur leurs ventes pour se libérer dans l'avenir des spéculations polluantes de l'économie dominante. Cette économie dominante  profitant à une minorité se réduisant chaque jour un peu plus, ne peut être combattu  sans réfléchir collectivement  un projet de biens communs. Cette minorité n'ayant pas pour objectif de redistribuer aux services publics liés aux besoins essentiels, l'économie à valeurs ajoutées humaines s'appuyant sur la démocratie évolutive sera le seul moyen d'innover des services publics aux services de l'être humain et non plus au service de ceux qui l'oublient. 

En pratiquant la gestion de l'information sur les réseaux sociaux du net , nous constatons que de nombreuses activités sociales méritant d'être mieux connues circulent, voici quelques exemples à suivre ….

Les informations qui sont gérées chaque jour et diffusées entre correspondants engagés sur la qualité de l'information et l'avenir d'une société responsable reposent sur la liberté d'expression de l'être humain .

Elles ouvrent des perspectives constructives coopératives contrairement aux habitudes qui consistent à les faire taire par peur d'écouter des solutions pratiques novatrices . Ces solutions pratiques novatrices nous permettront  de sortir de notre isolement futur vers un avenir social. 

Quelques exemples de bonnes initiatives qui sont beaucoup aimées dans nos réseaux citoyens ; mais ce ne sont que des exemples parmi de nombreux autres, tant les individus aspirent à prendre leur vie en main. La société civile est en marche car elle ne peut se permettre de reculer. 

Habitat&Partage : promotion et gestion d'habitat participatif

De plus en plus de particuliers s'intéressent à ce nouveau mode d'habitat, déjà bien présent dans certains pays limitrophes. Habitat & Partage souhaite participer activement à l'émergence de cette troisième voie de construction de logement qui offre une solution aux nombreux enjeux de société voir plus 

L'exemple de cet hôpital utilisant son propre potager bio pour alimenter les patients

L’alimentation saine n’est-elle pas la première des médecines comme l’affirmait Hippocrate ? Au terme d’une réflexion salvatrice, l’hôpital de Lankenau, aux États-Unis, a décidé d’offrir aux résidents comme aux visiteurs l’occasion de bénéficier d’une meilleure alimentation, plus saine et sans pesticides. Une ambition permise par la mise en place d’un potager 100% biologique qui a vu fleurir autour de lui une flopée d’initiatives au sein même de l’établissement, mais aussi à l’extérieur. En savoir plus sur 

Regards sur nos assiettes Six étudiants en géographie et ingénierie d’espace rural enquêtent sur l’alimentation.

Six étudiants en géographie et ingénierie d’espace rural enquêtent sur l’alimentation. De leur assiette au sol, ils remontent la filière des aliments, étudient les impacts de nos choix de consommateurs et découvrent d’une façon spontanée l’envers de l’assiette. De la grande surface aux producteurs locaux, les réponses apportées varient sur le fond et sur la forme. Chemin faisant, c’est notre vie à tous qui se dessine dans les gestes et les mots des pionniers de l’agriculture de demain. voir plus 

Pour ne jamais aller en maison de retraite, ces seniors ont bâti leur coopérative d’habitants

Pour vieillir mieux, vivons groupés. C’est le pari d’un groupe de jeunes retraités lyonnais qui ont décidé de bâtir un habitat écologique et participatif. Après deux ans de travaux, il sera inauguré cet été. voir plus 

 

Sauvetage en Mer Egée

Proactiva Open Arms est une ONG fondée par des secouristes catalans qui se sont installés sur l’île grecque de Lesbos pour sauver des vies de la noyade en mer Egée.

Tous les jours, des milliers de personnes fuient les conflits sanglants de Syrie, du Soudan, d’Erythrée d’Irak ou d’Afghanistan, bravant les flots sur des embarcations de fortune au péril de leurs vies.

Sauver des vies, telle est la vocation de ces secouristes dont l’altruisme et le professionnalisme en font des héros.

« Un succès d’audience. 350 000 personnes ont regardé le documentaire sur la tragédie des réfugiés de Lesbos. » El Periodico voir plus 

La technologie est une politique par Philippe Godard

La rationalité politique n’est plus compréhensible par les citoyens puisqu'elle est dominée par une autre rationalité, cachée, celle d’un système économique dominé par des réalités technologiques. Or, de nos jours, cette rationalité technologique, qui a envahi le champ du politique, rend encore plus illusoire une émancipation politique, culturelle et sociale, sans repolitisation du corps social.

Certaines technologies sont antidémocratiques parce qu’elles utilisent des bases scientifiques que nous ne sommes pas tous à même de comprendre. voir plus 

  • Les autos du cœur donnent une seconde vie à des véhicules destinées à la casse , un concessionnaire les réprarent un financement coopératif permet aux plus démunis d'avoir un véhicule , surtout pour ceux qui vivent en milieu rural là où les besoins de déplacement sont indispensables.

  • Exemple d'un éboueur qui récupèrent les livres pour constituer une bibliothèque pour les plus pauvres .  à suivre avec votre participation  .....

 

 

Pour se libérer de la caste de décideurs qui ne prendraient pas en compte la qualité alimentaire et les besoins essentiels comme base de l'économie indispensable à la bonne santé des citoyens, la société civile s'engage.

Cet hôpital utilise son propre potager bio pour alimenter les patients

L’alimentation saine n’est-elle pas la première des médecines comme l’affirmait Hippocrate ? Au terme d’une réflexion salvatrice, l’hôpital de Lankenau, aux États-Unis, a décidé d’offrir aux résidents comme aux visiteurs l’occasion de bénéficier d’une meilleure alimentation, plus saine et sans pesticides. Une ambition permise par la mise en place d’un potager 100% biologique qui a vu fleurir autour de lui une flopée d’initiatives au sein même de l’établissement, mais aussi à l’extérieur.

Un potager biologique pour la santé  voir plus 

Pour une alimentation de qualité sociale, écologique et économique durable

Cette excellente vidéo avec un journaliste posant les bonnes questions à Claude Gruffat président du réseau de magasins Biocoop résume bien une trentaine d'années d'une bio récupérée par la même finance spéculative ayant dirigé  l'exploitation de l'agriculture intensive pour la conduire à la faillite.

Claude Gruffat : le bio peut-il perdre son âme ?
Dans les années 60, au moment où se développait l’agriculture conventionnelle, des pionniers ont imaginé un modèle agricole respectueux des sols, de l’environnement et des animaux : l’agriculture biologique. Que reste-t-il aujourd’hui du travail de ces pionniers, à l’heure où les magasins et produits bio en toute sorte sont devenus omniprésents dans les sociétés occidentales ? Quelles solutions pour que l’agriculture biologique se développe sans perdre son âme ? Claude Gruffat, président du réseau de magasins Biocoop, s’interroge sur notre avenir alimentaire dans le livre «Se nourrir demain» (préface de Marie-Dominique Robin) aux éditions La Mer Salée. Voir la vidéo 

Ni les étiquettes, ni des concepts vidés de l'organisation sociale nécessaire à l'accompagnement d'entrepreneurs d'une économie de qualité alimentaire et de besoins essentiels ne peuvent remplacer l'être humain comme valeur centrale indispensable.

Aujourd'hui les Biocoops réagissent, elles peuvent encore assurer le développement de la consommation responsable de qualité en les mettant en rapport avec les agriculteurs capables de la production, mais pour cela elles doivent redonner au commerce ce sens coopératif qui se prolonge avec les associations de biens communs travaillant le lien social entre consommateurs, producteurs et distributions évolutives pour assurer le juste prix.

Ces associations travailleront à ce que les circuits courts ne restent pas des « coquilles vides sociales », en favorisant les logements coopératifs pour jeunes entrepreneurs : agricoles, artisanaux , commerçants voulant s'engager dans la qualité alimentaire et besoins essentiels dans nos villages et nos villes. Pour cela elles interviendront afin que les Conseils municipaux favorisent en priorité l'installation d'une économie réelle durable plutôt que l'économie éphémère assistée et spéculative.

Face aux bons choix qui ne sont faits ni par les décideurs locaux, ni par les décideurs nationaux et supranationaux ayant pourtant le pouvoir de gérer l'argent public, la société civile s'engage .

Les bons choix concernent en priorité les nouvelles organisations sociales pour soutenir le développement de la qualité alimentaire et des besoins essentiels à une santé individuelle et collective de nos concitoyens .

 

Invitation à une réflexion pour de nouvelles formes d'organisations sociales d'entreprises écologiques et économiques portées par la société civile

Les emplois aidés des citoyens entrepreneurs actuellement supprimés peuvent-ils être remplacés par de nouvelles formes coopératives ?

Des emplois aidés disparaissent alors que des subventions réapparaissent dans de nouveaux programmes . L'information des programmes de subventions accordées à des créations de commerces par les communautés de communes m'a été donnée par l'adjoint au maire de Caylus qui lui-même est agent immobilier et souhaitait louer un local . Quelques jours après avoir reçu cette information, je pouvais constater qu'un magasin de vente de peintures avait été ouvert dans ce local. A qui profitera ce magasin de peintures ?

Le village a besoin en priorité d'autres commerces que de peintures , notamment pour une alimentation de qualité et de besoins essentiels . Pour se les procurer , des habitants du village font de nombreux trajets dans des villes et villages voisins . L'économie d'énergie ne pouvant se faire dans l'immédiat par la création de commerces responsables indispensables au plus grand nombre de consommateurs ( y compris en tenant compte du grand passage), certains élus locaux demanderont d'autres subventions pour construire des Plans d'autonomie d'énergie pour les 20 ou 30 années à venir, mais ces projets ne sont-ils pas une illusion de plus ?

Si les territoires ruraux reçoivent des subventions pour le développement durable ( dont le fondement repose sur les 3 piliers : social-écologie-économie) pourquoi des villages redistribuent des subventions pour des projets éphémères ? Nous sommes encore très loin de la démocratie et de l'économie évolutives portées par la société civile qui nous libéreraient de cette illusion démocratique participative découlant toujours des mêmes mécaniques administratives dirigées par des solidarités de décideurs .

Lorsque démocratie et économie ne sont pas encore perçues comme indispensables à reconnaître les ressources humaines engagées dans la vie citoyenne , des risques de désertification des zones rurales sont réellement à craindre. La société civile organisée en réseaux développe une vision globale qui évitera la fracture sociale, écologique et économique et une future désertification de ces zones qui ne seraient plus que des sources d'alimentation d'énergies pour les grandes urbanisations ne cessant jamais de grossir faute d'avoir face à elles un réel projet de réorganisation démocratique et économique des villages portée par la société civile.

Du fait que les décideurs ne possèdent pas la vision globale et les moyens suffisants d'éviter une dette publique qui risque d'être portée par tous les contribuables , la société civile a besoin de construire des organisations démocratiques et économiques évolutives .

René Chaboy encore membre bénévole du Conseil de Développement du Territoire Rural Pays Midi Quercy

INVITATION à la Fête des Possibles le 23 Septembre 2017

à Caylus 82160

salle des associations entrée médiathèque 15 avenue du Père Huc

à partir de 9h (repas tiré du sac)

Pour aller dans le sens " D'une démarche de commune citoyenne par une alimentation de qualité et de besoins essentiels "

Programme : " L'évolution sera plus constructive qu'une nouvelle révolution. Fête des possibles « pour le mieux plutôt que pour le pire "

pour le consulter voir www.lienenpaysdoc.com/

Lien en Pays d'OC Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. www.lienenpaysdoc.com

 

Voir Pour se libérer de la prison de l'égocentrisme du Pdt et des institutions à son service , les réseaux de la société civile s'organisent pour ouvrir des solutions durables inter-connectées et inter-actives

sur facebook

sur le site public Lien en Pays d'OC financé sans subventions publiques ici 

 

 

Pour se libérer de la prison de l'égocentrisme du Pdt et des institutions à son service , les réseaux de la société civile s'organisent pour ouvrir des solutions durables inter-connectées et inter-actives

 

 Photo de Anartist

Ouvrir le mur de notre prison institutionnelle ou tout devient  marchandise commence dans nos têtes par la liberté de penser et d'agir

La société civile doit porter une démocratie et une économie évolutives pour éviter la dette publique puis la faillite

 Des articles et conférences  pour aider à faire son choix de liberté à penser des organisations sociales au service des citoyens

 

  • Emmanuel Macron : "Son projet politique est trop centré sur sa personnalité"

  • Cet article de l'association pour une constituante date de 2008 ! Changer de Président ou changer de Constitution ?

  •  Présidentielle NON - Constituante OUI

  • Dans quel Etat finirons-nous? De l'Etat sauveur à la démocratie évolutive 
  • Les aides sociales sont retirées, par contre des postes sont financés pour prolonger des structures qui continueront à servir les intérêts de l'économie spéculative des grands lobbies en développant la dette publique .

  • Invitation à une réflexion pour de nouvelles formes d'organisations sociales d'entreprises écologiques et économiques portées par la société civile . Les emplois aidés des citoyens entrepreneurs actuellement supprimés peuvent-ils être remplacés par de nouvelles formes coopératives ?

  • Claude Gruffat : le bio peut-il perdre son âme ?

    Dans les années 60, au moment où se développait l’agriculture conventionnelle, des pionniers ont imaginé un modèle agricole respectueux des sols, de l’environnement et des animaux : l’agriculture biologique. Que reste-t-il aujourd’hui du travail de ces pionniers, à l’heure où les magasins et produits bio en toute sorte sont devenus omniprésents dans les sociétés occidentales ? Quelles solutions pour que l’agriculture biologique se développe sans perdre son âme ? Claude Gruffat, président du réseau de magasins Biocoop, s’interroge sur notre avenir alimentaire dans le livre «Se nourrir demain» (préface de Marie-Dominique Robin) aux éditions La Mer Salée. Voir la vidéo 

  • APL : l’État ne peut pas tout payer… et en même temps

    Non seulement « l’État n’a pas à payer tout », mais il devrait même passer en revue toutes ses missions et se recentrer prioritairement sur celles qui visent à assurer la sécurité des personnes et des biens avant de se lancer dans des politiques sociales et industrielles ruineuses et inefficaces.

  • Le marché de l’éolien en pleine déconfiture

    Malgré toutes les subventions dont elles bénéficient, les entreprises de l’éolien sont en faillite.

  • "Travail "… Mais de quel "Travail ", parlons-nous ?

  • Les contribuables doivent pouvoir aller en justice

 

Emmanuel Macron : "Son projet politique est trop centré sur sa personnalité"

Le 9 mai, au lendemain de la victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle, la presse internationale poussait un soupir de soulagement. Marine Le Pen avait été battue, et pour beaucoup, l'élection d'Emmanuel Macron était de bonne augure. Aux Etats-Unis, le New York Times y voyait notamment "un nouvel espoir pour l'Europe". Quatre mois plus tard, presque jour pour jour, le ton a bien changé.

De ce côté de l'Atlantique, la popularité du chef de l'Etat s'effrite, forçant nos voisins à s'interroger sur les raisons de ce désamour. C'est ce qui est fait dans le New York Times. Dans une tribune publiée ce jeudi, Chris Bickerton, qui enseigne la politique européenne à l'université de Cambridge, assassine le président français et sa politique.

" Son projet politique est trop centré sur sa personnalité" voir la suite 

Cet article de l'association pour une constituante date de 2008 !

Changer de Président ou changer de Constitution ?

« On sait que » fait partie des affirmations que nous infligent quotidiennement les porte-parole de la pensée officielle. Nous sont ainsi imposées, sondages à l’appui, de prétendues évidences, y compris sur ce que nous pensons avant même que nous ayons pu y réfléchir !

« On sait », par exemple, que les Français sont fortement attachés à l’élection du président de la République au suffrage universel direct. Pourtant, les résultats électoraux, depuis le premier scrutin de ce genre en 1965 jusqu’à l’élection de 2002, permettent d’en douter. Le taux d’abstention au premier tour de la présidentielle est passé de 15,3 % à 28,4 %. voir plus

Présidentielle NON - Constituante OUI

Pétition lancée le mercredi 16 mars 2016. En dépit du silence des grands medias, elle a rassemblé 2 206 signatures sur le site change.org.

L’élection présidentielle va mobiliser, une fois de plus, avec plus ou moins de bonheur. Or, cette élection est de plus en plus un instrument contre la démocratie. Il est grand temps de sortir de ce piège. La présidentielle n’est pas la solution, elle est le problème.

Le texte ci-dessous propose une solution en posant un principe pour la reconstruction de la démocratie, de la souveraineté populaire. Il est signé par 55 citoyens originaires de nombreux départements français et dont la liste est ci-dessous. Il a déjà reçu environ 2000 signatures sans aucun appui médiatique. Sur ce dernier, la pétition étant maintenant fermée en raison de leur mode de fonctionnement, vous pouvez continuer à la signer sur notre site voir 

Dans quel Etat finirons-nous ? De l'Etat sauveur à la démocratie évolutive..

Conférence de Michel Laloux économiste-enseignant auteur de " Démocratie évolutive" et "Dépolluer l'économie" Le rideau est tombé sur la scène électorale française. Une fois de plus on y a joué un jeu de dupes. Une fois encore, de très nombreux citoyens ont été contraints de voter contre leurs choix, à voter pour un projet qu’ils avaient combattus pendant des mois, à choisir entre le pire et le moins pire ; ou bien à s’abstenir, c'est-à-dire à refuser ce non-choix. Mais alors, ils ont été considérés comme de mauvais citoyens. Les plus médiatiques ont été cloués au pilori par la bien-pensance. Voir la conférence

Les aides sociales sont retirées, par contre des postes sont financés pour prolonger des structures qui continueront à servir les intérêts de l'économie spéculative des grands lobbies en développant la dette publique .

Les pouvoirs politiques continueront à se faire payer pour être dirigés par les grands lobbies prédateurs à décider des investissements pour des projets n'ayant aucune vision globale pour la recherche d'équilibre entre social -écologie et économie .
Il nous faut donc redéfinir un nouveau modèle capable de donner des revenus à l'innovation et l'expérimentation.
Merci de prendre le temps d'étudier les principes à la suite qui vont dans ce sens si nous voulons nous donner les moyens de faire face aux problèmes qui continuent de s'accumuler avec le système qui nous emprisonne.

Principes de la Démocratie Évolutive

1. Une gestion des affaires publiques par la société civile

La Démocratie Évolutive permet à chacun de développer une citoyenneté créative, favorisant l'émergence de nouvelles formes sociales lesquelles deviennent le reflet des aspirations individuelles et collectives, à un moment donné. Ces formes sociales sont évolutives, à la mesure de la mobilité et de la créativité des citoyens.

2. La fin des réformes par le haut

Un mythe tenace empêche la réalisation d'une véritable démocratie. Il s'agit de la croyance que l'on peut réformer par le haut. On attend alors la femme ou l'homme providentiel qui prendra en main les destinnées du pays et apportera les solutions. Cette illusion s'intensifie lors de chaque campagne présidentielle et culmine le jour du vote populaire.

Mais les surlendemains ont toujours un air de « gueule de bois ». Au fond de lui, le citoyen sait que toute réforme par le haut est mission impossible. Mais il s'adonne à ce mirage, faute d'une autre perspective.

Refondre la démocratie c'est se tourner vers le changement qui, en permanence, cherche à prendre corps sur le terrain, là où les citoyens vivent et agissent.

3. Le droit à l'expérimentation

La Démocratie Évolutive place donc en son centre le droit à l'expérimentation. Pour entreprendre des réformes, elle n'attend pas que se dessine une majorité au niveau national et que des représentants du peuple votent une loi. Un tel processus tue la prise d'initiative par le citoyen, se révèle trop lourd et trop lent.

En démocratie, une réforme et une innovation doivent pouvoir prendre corps là où elles apparaîssent comme projet.

Une telle approche suppose de revisiter les notions de gouvernement unitaire et de service public uniforme.

4. Évolution au lieu de révolution voir plus

Économie à Valeurs Ajoutées Humaines
Une nouvelle approche de l'économie qui a pour but de:
Permettre à l'économie de se développer sans recours à l'économie virtuelle.
Résoudre la croix de l'économie, c'est-à-dire sortir la monnaie, le capital, l'immobilier et le travail de la sphère des marchandises.
Développer les outils permettant que seules les valeurs ajoutées par les facultés humaines interviennent dans la sphère de l'économie.
Comme pour la démocratie, ils nous faut disposer de nouveaux outils pour entrer dans un Économie à Valeurs Humaines, une économie qui parvient à se passer de la finance spéculative par la création d'un nouveau type de monnaie, laquelle permettra une transformation des notions de capital, de valeurs immobilières et de travail.
L'économie devient malade dès l'instant où l'un de ces quatre facteurs - monnaie, capital, immobilier, travail - est considéré comme une marchandise. Il s'agit donc de trouver des formes qui permettent de les sortir de ce domaine. Alors l'économie cessera d'être spéculative. Elle s'affranchira de tout ce qui est devenu virtuel en elle.
Une économie entièrement basée sur le réel est possible. Il s'agit d'un économie qui ne prend en compte que ce qui provient d'une activité issue des capacités humaines, c'est-à-dire une valeur ajoutée qui procède de l'être humain et non d'un mécanisme spéculatif.
Voir plus
 

Pour rejoindre ce groupe sur Facebook ici 

Invitation à une réflexion pour de nouvelles formes d'organisations sociales d'entreprises écologiques et économiques portées par la société civile

Les emplois aidés des citoyens entrepreneurs actuellement supprimés peuvent-ils être remplacés par de nouvelles formes coopératives ?

Des emplois aidés disparaissent alors que des subventions réapparaissent dans de nouveaux programmes . L'information des programmes de subventions accordées à des créations de commerces par les communautés de communes m'a été donnée par l'adjoint au maire de Caylus qui lui-même est agent immobilier et souhaitait louer un local . Quelques jours après avoir reçu cette information, je pouvais constater qu'un magasin de vente de peintures avait été ouvert dans ce local. A qui profitera ce magasin de peintures ?

 

Le village a besoin en priorité d'autres commerces que de peintures , notamment pour une alimentation de qualité et de besoins essentiels . Pour se les procurer , des habitants du village font de nombreux trajets dans des villes et villages voisins . L'économie d'énergie ne pouvant se faire dans l'immédiat par la création de commerces responsables indispensables au plus grand nombre de consommateurs ( y compris en tenant compte du grand passage), certains élus locaux demanderont d'autres subventions pour construire des Plans d'autonomie d'énergie pour les 20 ou 30 années à venir, mais ces projets ne sont-ils pas une illusion de plus ?

Si les territoires ruraux reçoivent des subventions pour le développement durable ( dont le fondement repose sur les 3 piliers : social-écologie-économie) pourquoi des villages redistribuent des subventions pour des projets éphémères ? Nous sommes encore très loin de la démocratie et de l'économie évolutives portées par la société civile qui nous libéreraient de cette illusion démocratique participative découlant toujours des mêmes mécaniques administratives dirigées par des solidarités de décideurs .

Lorsque démocratie et économie ne sont pas encore perçues comme indispensables à reconnaître les ressources humaines engagées dans la vie citoyenne , des risques de désertification des zones rurales sont réellement à craindre. La société civile organisée en réseaux développe une vision globale qui évitera la fracture sociale, écologique et économique et une future désertification de ces zones qui ne seraient plus que des sources d'alimentation d'énergies pour les grandes urbanisations ne cessant jamais de grossir faute d'avoir face à elles un réel projet de réorganisation démocratique et économique des villages portée par la société civile.

Du fait que les décideurs ne possèdent pas la vision globale et les moyens suffisants d'éviter une dette publique qui risque d'être portée par tous les contribuables , la société civile a besoin de construire des organisations démocratiques et économiques évolutives .

 

René Chaboy encore membre bénévole du Conseil de Développement du Territoire Rural Pays Midi Quercy

INVITATION à la Fête des Possibles le 23 Septembre 2017

à Caylus 82160

salle des associations entrée médiathèque 15 avenue du Père Huc

à partir de 9h (repas tiré du sac)

Pour aller dans le sens " D'une démarche de commune citoyenne par une alimentation de qualité et de besoins essentiels "

Programme : " L'évolution sera plus constructive qu'une nouvelle révolution. Fête des possibles « pour le mieux plutôt que pour le pire "

pour le consulter voir www.lienenpaysdoc.com/

Lien en Pays d'OC Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. www.lienenpaysdoc.com

 

APL : l’État ne peut pas tout payer… et en même temps

Par Nathalie MP.

L’État n’a pas à payer tout ! 

Comme il me plait quand il parle comme ça ! Non seulement « l’État n’a pas à payer tout », mais il devrait même passer en revue toutes ses missions et se recentrer prioritairement sur celles qui visent à assurer la sécurité des personnes et des biens avant de se lancer dans des politiques sociales et industrielles ruineuses et inefficaces. Car qui dit dépenses de l’État (et des institutions apparentées) dit forcément aussi impôts et dette publique

L’État n’a jamais rien payé

En réalité, à quelques exceptions près, l’État n’a jamais rien payé car il n’a jamais tiré de revenus de productions qui lui seraient propres. Et c’est logique : comment l’État, censé garantir les droits des individus, pourrait-il devenir juge et partie en entrant en concurrence avec les activités de ceux qu’il doit protéger ? Voir plus 

Le marché de l’éolien en pleine déconfiture

Malgré toutes les subventions dont elles bénéficient, les entreprises de l’éolien sont en faillite.

Par Simone Wapler.

Le secteur français des équipements d’éolien est en faillite, malgré les subventions, malgré le « capitalisme d’État », malgré tout. La nature et le marché sont têtus. Le vent tourne. Les marchés baissent, l’or monte, les banquiers centraux hésitent…

Le mythe du crédit infini et gratuit va–t–il être emporté par un ouragan ? Trop tôt pour le dire, cher lecteur.

Le marché de l’éolien est en train de sombrer

Mais un autre petit marché local, plus facile à analyser, sombre sous nos yeux. Francéole, l’unique fabricant français de mâts d’éolienne, en redressement judiciaire, verra son sort scellé par le tribunal de Chalon-sur-Saône jeudi 7 septembre. Un des actionnaires de Francéole est Pélican Venture, la holding du groupe familial Gorgé. Le secteur entier paraît en déconfiture

Vergnet (moteurs et turbines, panneaux photovoltaïques) est également en redressement judiciaire. C’est un peu de notre argent qui s’envole, car Bpi France détient 42,5% de cette entreprise.

Autre cas, New Wind, une startup bretonne du secteur placée en liquidation en mars dernier. Cette fois, on trouve à la présidence du conseil de surveillance, l’homme à la marinière moulante, Arnaud Montebourg, ex–ministre du Redressement productif. Il a perdu les 56 000 € qu’il avait personnellement investis.

Un marché de l’éolien pourtant largement subventionné

À propos des éoliennes, écoutons un spécialiste :

Ce sont des énergies intermittentes qui vont nécessiter de grandes capacités de réserves qui vont reposer sur le gaz naturel (…) Résultat des courses, on va payer trois fois. D’abord parce qu’il faudra construire deux systèmes, éolien–gaz (…).  Deuxièmement, il faudra subventionner les éoliennes. Troisièmement, les turbines gaz vont fonctionner seulement 70% du temps et donc le coût en capital du mégawattheure va être augmenté à due concurrence. Donc je pense qu’il faut bien réfléchir avant de vouloir s’engager trop massivement dans des productions intermittentes de renouvelables. Gérard Mestrallet, président de GDF–SUEZ, L’Usine Nouvelle, 8 juin 2011  Voir plus

"Travail "… Mais de quel "Travail ", parlons-nous ?

Après la loi El Khomri modifiant le droit du travail pour le rendre plus flexible dans l’intérêt exclusif des entreprises, en dépit du libellé trompeur de cette loi, les ordonnances MACRON/PHILIPPE veulent aller encore plus loin dans cette voie-là, au nom de la « réforme ». Réforme qui, de fait, n’est qu’une « contre-réforme » ou plutôt la restauration de formes passées de rapports sociaux tels que la France les a connus sous LOUIS-PHILIPPE (1830-1848) et François GUIZOT [1] (1787-1874), dans le premier tiers du 19ème siècle et jusqu’à son milieu, avant la naissance des syndicats et partis ouvriers, au moment où les grandes fortunes se constituent en quelques années, tandis que les classes les plus aisées se convertissent à la pratique de l’épargne et de la rente. Voir la suite de cet article 

 

Les contribuables doivent pouvoir aller en justice

Chère amie, Cher ami,

Contribuables Associés est à un tournant décisif de son histoire.

Vous connaissez notre détermination sans faille dans le combat contre la corruption, la mauvaise gestion de l’argent public et pour la moralisation de la vie publique…

Souvenez-vous :

Le scandale du Crédit Lyonnais, le financement politique au Conseil général de Moselle, les salaires occultes dans la fonction publique…

À chaque fois que nous avons soulevé et dénoncé ces affaires, que nous avons porté plainte, et que nous avons pu aller jusqu’au bureau d’un juge d’instruction, celui-ci nous écoutait mais ne donnait pas suite : la loi française ne reconnaît pas à Contribuables Associés l’intérêt à agir.

Mais cela peut changer.

C'est pourquoi je vous demande de soutenir Contribuables Associés en interpellant le Président de la HATVP (Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique) en cliquant ici.

Il faut pouvoir faire condamner les hommes politiques qui nous réduisent au silence pour mieux couvrir leurs erreurs et leurs malversations.

Jusqu’à présent, votre association n'a pas le droit de défendre les contribuables devant la justice. Et c’est un scandale !

Pourtant d'autres associations ont, elles, obtenu le droit de représenter l'intérêt général devant les tribunaux. Il s'agit, par exemple, des associations familiales, antiracistes ou de lutte contre le sexisme. Ou encore des associations de défense des animaux.

Leurs actions sont louables, mais pour les contribuables, interdiction de se défendre. Nous sommes juste bons à payer. C'est une honte, un déni flagrant de justice !

Va-t-on encore laisser des politiciens et des hauts fonctionnaires peu scrupuleux continuer en toute impunité à :

Créer des emplois fictifs pour verser des salaires de complaisance aux amis politiques ou à leurs proches ;

Truquer les marchés publics pour toucher des commissions occultes ;

Détourner à leur profit nos impôts via la création d'associations bidon.

 

Depuis des années, Contribuables Associés dénonce ces détournements de l'argent public.

En 2015, avec votre soutien, nous avons créé l’Observatoire de la Corruption.

Grâce à vous, notre travail d'information a porté ses fruits auprès de l’opinion publique, des médias et des députés.

Nous avons ainsi pu obtenir du Président de l’Assemblée nationale que l’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) ne soit plus utilsée par les députés pour acheter sa permanence parlementaire.

C’est un début et nous avons peut-être la chance d’aller encore plus loin !

Nous allons pouvoir poursuivre en justice tout détournement d’argent public !

Aujourd’hui, nous sommes à un tournant décisif et j’ai besoin de vous.

Pour poursuivre notre combat et faire condamner les élus corrompus, nous avons besoin de recevoir un agrément de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP).

J’ai donc entamé les démarches requises. Et même si j’ai bon espoir, ce n’est pas gagné !

J’ai officiellement demandé à Jean-Louis Nadal, Président de la HATVP, en application de la loi n° 02013-1 117 du 06/12/2013 et n° 2-23 du code de procédure pénale, de bien vouloir accorder à Contribuables Associés l'agrément qui nous permettra de saisir la justice dans les cas de lutte contre la corruption.

C’est pourquoi je vous demande expressément de signer votre pétition en cliquant ici.

Nous sommes proches du but et j’ai besoin de vous. Je dois pouvoir compter sur vous pour appuyer ma demande. Je dois pouvoir remettre des dizaines de milliers de soutiens pour montrer à Jean-Louis Nadal que vous êtes avec moi dans notre volonté de combattre la corruption.

Depuis des années, nous avons régulièrement organisé des réunions de travail avec les députés à l'Assemblée nationale, en voici quelques exemples :

« La moralisation de la vie politique » ;

« Corruption, fraude : l'exemplarité contre le soupçon » ;

« Argent public : la transparence pour renouer la confiance avec les citoyens » .

De plus, sur le plan législatif, notre association a collaboré activement au travail des députés.

Nous avons participé à la rédaction et soutenu les propositions de loi suivantes qui ont été déposées :

Transparence financière des associations percevant des subventions publiques ;

Instauration d’une peine complémentaire d'inéligibilité pouvant être perpétuelle pour tout élu condamné pour des faits de fraude fiscale ou de corruption ;

Contrôle de l’utilisation de l'indemnité représentative de frais de mandat des parlementaires ;

Obligation de détention d’un casier judiciaire vierge pour tout candidat à une élection.

Mais ce n’est pas assez.

En complément de notre travail législatif, nous devons aller plus loin et pouvoir ester en justice quand il y a détournement d'argent public ou malversation !

Vous êtes nombreux à nous demander de poursuivre élus et hauts fonctionnaires quand ils sont pris la main dans le sac !

Cela ne deviendra possible que si nous obtenons cet agrément…

Alors mon but est de mobiliser toute une armée de contribuables français !

Ce sont les droits et l'argent des contribuables qui sont en jeu !

Je me souviens qu’à la suite du rapport de la Cour des comptes révélant que des dizaines de millions d'euros servaient à verser des primes occultes aux fonctionnaires de la Direction générale des impôts et sur lesquelles, bien sûr, ils ne payaient pas d'impôts, Contribuables Associés avait déposé plainte et saisi la Cour de Justice de la République.

Mais comme notre plainte avait été jugée irrecevable, l'affaire a été classée sans suite.

Alors, pour les prochaines affaires, à votre avis, qui ira porter le dossier devant la justice ? Un fonctionnaire des impôts ?

Toute l'équipe de Contribuables Associés et moi-même avons besoin de votre soutien pour engager toutes nos forces dans cette bataille.

Nous devons obtenir cet agrément sans tarder !

Il faut que Jean-Louis Nadal, Président de la HATVP, soit submergé de dizaines de milliers de demandes quand je le rencontrerai.

Aidez-moi à faire entendre votre voix.

Par avance, merci.

Je compte sur vous.

je signe la petition 

P.S : Se défendre en justice est un droit reconnu à tous... sauf aux contribuables. Quand des représentants de l'État sont soupçonnés de détournements de fonds publics ou de corruption, les contribuables sont réduits au silence. Cet agrément est une occasion que nous ne devons pas laisser passer. Je vous demande d'être à nos côtés et de le faire savoir.

EUdes Directeur NL 22062017

Eudes Baufreton

Directeur

Contribuables Associés

Pour aller dans le sens " D'une démarche de commune citoyenne par une alimentation de qualité et de besoins essentiels "

Bonjour , suite à la journée de Montreuil : «  Une démarche de commune citoyenne » a été annoncée par le maire d'un village vous trouverez ce communiqué à ce lien

La journée de Montreuil 28 Janvier 2017 : «  Une démarche de commune citoyenne »

https://www.youtube.com/watch?v=nBhQGaIq2fY

Pour aller dans le sens " D'une démarche de commune citoyenne par une alimentation de qualité et de besoins essentiels ".

La journée « la Fête des possibles » est organisée au niveau national par des associations de citoyens.
A Caylus, elle permettra de présenter plusieurs projets à partager avec la société civile dans le territoire Quercy-Rouergue sans frontières avec les autres territoires sur la qualité alimentaires et les besoins essentiels . Ces projets sont donc possibles dans les villages et territoires qui souhaitent coopérer en portant la démocratie et l'économie évolutives.
Le numérique sera présenté comme un outil à concevoir pour suivre l'évolution de ces projets coopératifs.
Caylusiennes, Caylusiens, voisin (e) s, cette place des citoyens est la vôtre, si vous souhaitez participer à l'avenir de votre village, de votre territoire pour vous mêmes et vos enfants.

Cette journée sera l'occasion de préparer celle du 7 Avril 2018 pour les venues prévues de l'économiste philosophe Michel Laloux auteur de démocratie évolutive et dépolluer l'économie et de Bernard Prieur pdt de l'association des Paysans des Baronnies en tri-articulation avec les consommateurs et les distributeurs . Bernard Prieur a l'expérience d'élu maire du village des Baronnies .
Je présenterai les partenaires de Lien en Pays d'OC et ceux à venir …. Merci à Christiane Roques qui assument la création des plans et des images et aux intervenants de cette journée.

Ma motivation pour accompagner ces projets : ancien cuisinier , créateur de magasins et de plats cuisinés en 1984 dans l'orientation d'une alimentation de qualité et de la relation à cultiver avec les producteurs; je poursuis aujourd'hui cette démarche avec l'association Lien en Pays d'OC fondée en 1994 en alertant la consommation responsable. 

René Chaboy .

Sécurité, gaspillage et qualité alimentaire , comment pouvons-nous les gérer ? 

Voir le programme récemment reformulé sur le site Lien en Pays d'OC ICI 

Sur facebook  ICI 

La journée de Montreuil 28 Janvier 2017 André Bellon : «  Nous ne sommes pas seuls pour une constituante » https://www.youtube.com/watch?v=e-pmEYXGvvI

Merci de diffuser cette information parmi vos amis et producteurs alimentaires de qualité

Bonjour,

Suite à nos 2 formations en apiculture biodynamique avec Thierry Bordage, de ce printemps et de celui de l'année précédente, l'association de biodynamie du Quercy-Rouergue répond à la demande de nombreux apiculteurs professionnels et amateurs en organisant une formation d'apiculture en biodynamie sur le thème de la visite d'automne et de l'hivernage, les 19 et 20 septembre 2017, dont Thierry Bordage sera l'intervenant et qui se déroulera chez Florent Desmarest, apiculteur dans  le Lot.

Nous vous remercions de ne pas tarder à vous inscrire auprès du Mouvement (MABD).

Tous les renseignements et coordonnées sont dans le dépliant joint en PDF ICI 


Bien cordialement

Anne DELIENNE
Lieu-dit l'Evescat
12330 MOURET
05 65 69 59 50
07 87 72 42 89

Chaque jour de bonnes informations nous arrivent par les réseaux sociaux, des citoyen(ne)s n'attendent plus les solutions de l'Etat Sauveur et de ses institutions . L'avenir social commence à se construire avec ces services publics portés par la société civile.

Pour ne jamais aller en maison de retraite, ces seniors ont bâti leur coopérative d’habitants

Pour vieillir mieux, vivons groupés. C’est le pari d’un groupe de jeunes retraités lyonnais qui ont décidé de bâtir un habitat écologique et participatif. Après deux ans de travaux, il sera inauguré cet été. voir la suite 

La fête des possibles à Caylus propose qu'un noyau d'organisateurs s'engage pour que nous puissions inviter des expériences multiples capables de se prolonger dans des secteurs fermés aux solutions .

Informations et échanges du mouvement de tri-articulation sociale

Jean-Michel Masson

https://jmmasson.wordpress.com/

Réinventer les métiers de l’agriculture

Dans « comment vivre en temps de crise« , Patrick Viveret critique l’industrialisation de l’agriculture. Selon lui, les autres fonctions de l’agriculture: lien social, équilibres naturels,  sont en voie de disparition. Il continue en écrivant: « il est devenu urgent de réinventer ces métiers dans tous les sens du terme ». lire la suite 

René Chaboy La grande distribution comme l'exploitation agricole sont devenus des systèmes prisonniers de la finance spéculative et n'ont plus, ni l'une ni l'autre, leurs fonctions sociales, écologique et économiques . Réinventer les métiers de l'agriculture et... ceux du commerce qui sont soumis à la même gouvernance des multinationales et des collectivismes d'Etat eux-mêmes dirigés par ces intérêts spéculatifs ne peut se faire les uns sans les autres,  si nous ne voulons pas continuer à subir le naufrage collectif . C'est à partir d'un processus naissant que consommateurs , commerçants et producteurs se libéreront ensemble de ce pouvoir décidés d'en haut.

Les informations peuvent changer la vie , mais elles nous viennent par petits bouts

Témoignage : « le département torpille les entreprises privées »

Un acteur local témoigne anonymement du gâchis économique au sein de sa région, quelque part en France… Effrayant.

Durant quelques mois, j’ai travaillé au sein d’un cabinet de conseils assez proche du pouvoir syndical et politique (connivence quand tu nous tiens), ce passage éclair m’a conforté dans mon opinion d’ « affreux ultralibéral » : l’intervention publique est nuisible et peut (souvent) créer des gaspillages de ressources.

Le cabinet en question intervient auprès d’une Région afin de conseiller des entreprises en difficulté qui sont ensuite financées à grands coups de subventions et de prêt à taux zéro  ( lire la suite

Hayek avait raison : on trouve les pires au sommet

Par Lawrence W. Reed.

Pourquoi les personnes les moins compétentes et les plus nocives parviennent au sommet de l’État ? Il se pourrait que la leçon de Hayek sur le sujet soit toujours d’actualité.

Peut-être qu’un jour, le dictionnaire définira un étatiste comme une « personne qui n’apprend rien de la nature humaine, de l’économie, de l’expérience, et qui répète les même erreurs encore et encore sans se soucier du sort de ceux et celles qu’elle écrase de ses bonnes intentions ». ( lire la suite

Pour éviter les leurres « des pires au sommet ou des décideurs pour le pire », une démarche de la société civile avec la démocratie évolutive

Dans quel État finirons-nous ?
Le temps n’est-il pas venu d’interroger les fondements de nos institutions, d’oser penser plus loin qu’une cinquième ou même une sixième république, d’oser inverser la démocratie ?
C’est ce que propose Michel Laloux dans la vidéo de la conférence qu’il a donnée à Strasbourg, le 30 mars 2017 et dont le titre était :
Dans quel État finirons-nous ?
De l’État sauveur à la Démocratie Évolutive voir la conférence entière 

Et voici un communiqué de presse de France urbaine Communiqués de presse CP - France urbaine affirme son désaccord sur le nouveau modèle de concession de distribution et fourniture d’électricité

Réunis en Assemblée générale le 28 juin 2017, les élus membres de France urbaine – qui regroupe une centaine de métropoles, communautés urbaines, communautés d'agglomérations et grandes villes représentant plus de 30 millions d'habitants – ont indiqué qu'ils n'approuvaient pas en l'état le nouveau modèle de concession de distribution et de fourniture d'électricité élaboré entre Enedis, EDF et la Fédération nationale des collectivités concédantes et des régies (FNCCR).

Depuis l'accord co-signé entre France urbaine, Enedis et EDF le 29 juin 2016, les équipes de France urbaine ont engagé avec celles d'Enedis et d'EDF des discussions fructueuses visant à intégrer dans le nouveau modèle de cahier des charges de la distribution publique et de la fourniture d'électricité aux tarifs réglementés de vente les principes faisant l'objet de cet accord, dont la plupart témoignent de la spécificité des territoires urbains membres de France urbaine.

Le programme de travail établi d'un commun accord fixait une échéance des travaux fin juin 2017. Or, Enedis a fait part tout début juin à France urbaine d'une conclusion de ses travaux avec la FNCCR.

Si, sur la forme, les élus membres de France urbaine souhaitent disposer du temps nécessaire pour bien prendre en considération les attentes des élus urbains et de la population qu'ils représentent, ils tiennent surtout à marquer leur désaccord sur le fond. Ils estiment que plusieurs points importants n'ont pu être correctement discuté avec Enedis et que, globalement, le cahier des charges proposé ne prend pas suffisamment en compte les problématiques spécifiques aux autorités concédantes urbaines, ne respecte pas certains des principes posés dans l'accord du 29 juin 2016 et ne peut donc être accepté en l'état par France urbaine.

France urbaine considère comme essentiel de rappeler en préalable qu'elle n'entend nullement remettre en cause la péréquation nationale qui est à la base de notre système public de distribution d'électricité. Elle entend au contraire privilégier la coopération entre les territoires.

Elle n'en pointe pas moins les insuffisances du modèle de contrat présenté : il en est ainsi notamment des garanties exigées par France urbaine en contrepartie de l'abandon des provisions pour renouvellement. Le système de suivi et de contrôle de la situation économique de la concession et des engagements financiers d'Enedis est insuffisant de même que le dispositif de pénalités, insuffisamment incitatif pour qu'Enedis respecte ses engagements techniques et financiers. En outre, le cahier des charges acte des pratiques ou interprétations au bénéfice d'Enedis et au détriment des territoires urbains sur certains points particulièrement sensibles, tels que le financement des raccordements au réseau et des colonnes montantes. Enfin, les clauses relatives à la fin de contrat sont inacceptables en l'état, notamment s'agissant du calcul des indemnités dues par l'autorité concédante en cas de fin anticipée de la concession, qui fait peser sur les territoires une charge nettement exagérée. Lire la suite 

De notre correspondant : Stephane Lhomme

Alerte : les présidents des Syndicats départementaux d'énergie et l'organisme national FNCCR, présidé par un transfuge du Commissariat à l'énergie atomique, s'apprêtent à brader les intérêts et les finances des communes au profit d'Enedis et de sa maison mère EDF (plombée par ses errements dans le nucléaire), en finançant au passage les compteurs Linky. L'affaire est si grave que c'est France Urbaine (fusion de l'Association
 des Maires de Grandes Villes de France 
et de l'Association des Communautés Urbaines 
de France) qui sonne l'alarme !

Pour le contacter : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.