Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Fil des actualités

Penser la gouvernance évolutive du meilleur ou quelle démocratie voulons-nous ?

Ne plus subir la gouvernance du pire avec son lot répétitif de conséquences catastrophiques demande de construire la pensée de la gouvernance évolutive du meilleur .

Démocratie Participative ou Évolutive?

Pour l’expérimentation d’une démocratie de la société civile Michel Laloux

De nombreux évènements locaux et mondiaux montrent que nous sommes entrés dans une période de changements, voire de bouleversements qui ont un impact dans les domaines scientifiques, technologiques, climatiques, etc.

Mais dans chaque cas, nous pouvons nous demander si le changement correspond à une transformation ou s’il procède d’une continuation d’une approche ancienne des choses voir la suite 

Actualités de la Démocratie Évolutive : deux séminaires voir ici 

Ne plus subir la gouvernance du pire avec son lot répétitif de conséquences catastrophiques demande de construire la pensée de la gouvernance évolutive du meilleur . Ce meilleur doit émerger d'une organisation coopérative de la base afin de répondre aux besoins essentiels et prioritaires des êtres vivants.

Diffuser des informations , créer des groupes sur le net ne suffit pas si nous ne développons pas une gouvernance pratique évolutive et coopérative en recherche du meilleur . Cette gouvernance pratique évolutive coopérative en recherche du meilleur ne peut se laisser berner par une pensée de démocratie de rêve qui ne transforme pas en profondeur une nouvelle organisation de société . Cette nouvelle organisation à partir de la Société Civile ne peut se réaliser sans outils pratiques de mise en relation créative  des entreprises sociales, écologiques et économiques à partir de la Société Civile . Ces outils de communication manquent , les créer en coopératives est donc indispensable à la Démocratie pour son évolution .

De nouveaux concepts de démocratie participative , de conseils à la communication fleurissent avec pour principes d'inscrire sur des post it , vos idées , vos rêves ou vos projets ; mais se réaliseront-ils ? Ces formateurs et coachs ne se placent-ils pas en concurrence pour vendre leurs services avec le même concept ? La démocratie participative ne doit-elle pas laisser l'évolution libre de la réflexion de la base citoyenne afin de dépasser la concurrence et la guerre économique ( voire la guerre tout court ) ?

Sans aborder le travail pratique de créer des liens inter-actifs entre les acteurs de la vie sociale , écologique et économique réunis pour les élargir à tous les habitants et citoyens d'un territoire;  la démocratie participative ne sera-t-elle pas une répétition de la gouvernance pensée du haut du système dominant ? La gouvernance des décideurs ne doit-elle pas permettre l'élargissement de la communication lorsque les outils d'informations et de mise en relations manquent dans un village ou une ville et que de lourds  investissements sont programmés pour l'avenir  de tous les habitants sans leurs avis  ?

Sans créer les outils pratiques respectant la liberté d'entreprendre pour répondre aux besoins essentiels et prioritaires toutes ces bonnes idées, rêves ou projets de démocratie participative marqués sur des post-it soit ne se réaliseront pas , soit peuvent vivre des cauchemars car les biens communs ne pourront évoluer et se réaliser sans penser la Démocratie Evolutive.

Démocratie Evolutive et Economie pour la qualité 

Pour bien consommer il faut commencer par bien produire .

La société civile construit l'organisation de réseaux coopératifs locaux de communication démocratique &économique de la production alimentaire de qualité à la gestion des déchets

Comment produire un aliment de qualité de confiance ?  Faites pousser des fermes voir ici 

Mutualiser dans nos villages le développement de la culture des semences libres reproductibles avec les réseaux de communication adaptés à tous les habitants pour participer à l'économie démocratique du village ( Construire une inter-connection du numérique , d'une lettre papier pour tout le village et une radio libre : qui va sauvez la planète ? ) évitera l'exclusion de l'information et de la mise en relation .

Des liens pour construire ensemble sont déjà en place sur facebook pour lancer la dynamique citoyenne , vous pouvez demander à les rejoindre

Association Lien en Pays d'OC : réunir consommateurs-producteurs et distributeurs pour construire une économie alimentaire démocratique évolutive de qualité rejoindre ici 

Le site Lien en Pays d'OC ICI pour celles et ceux qui ne sont pas inscrit (e)s sur Facebook

Une tri-organisation sociale entre élus décideurs , citoyens engagés de la société civile et habitants pour la démocratie et l'économie évolutives des villages et des territoires rejoindre ici 

Caylus&villages voulant s'organiser en biens communs ouverts sur la Planète rejoindre ici 

Semences reproductibles et jardin naturel en Quercy Rouergue

Jardinière amateur, je cultive un jardin à Caylus, petit village du Tarn et Garonne, de façon naturelle, toujours en recherche de nouvelles techniques qui perturbent le moins possible la vie du sol. rejoindre ici 

Un  projet de communication porté par la société civile dans l'esprit de Démocratie Evolutive  ….

- parce qu'il propose une participation concrète en oubliant personne dans la gestion économique et démocratique

- parce qu'il permet une respiration entre le local et le global

- parce qu'il donne à la Démocratie&l'Economie réunies leurs  véritables  sens

….. peut permettre à chaque citoyen, à chaque projet de vie de se construire dans divers points de territoires différents mais complémentaires 

Cet engagement du citoyen construisant une économie démocratique de paix évite le prolongement de la guerre économique voire de la guerre tout court …..

Toujours plus de bio et la guerre qu'elle engendre ….

Voir Leclerc, Carrefour, Monoprix: qui gagnera la bataille du bio? voir la suite 

Toujours plus de formateurs et de coachs!  N'y aura-t-il pas entre eux la guerre de leurs méthodes ? Toujours plus d'applications et de logiciels n'allongeront-ils pas le numérique à la disparition de la pensée vivante  si celle-ci n'adapte pas l'outil à la Démocratie Evolutive et à l'Economie de qualité ?  Les êtres humains ne pourraient-ils pas communiquer et se relier pour préserver la vie de la biodiversité, pour anticiper les catastrophes écologiques et s'en préserver? 

L'Europe a perdu plus de 400 millions d'oiseaux d'espèces communes en 30 ans En savoir plus sur 

La pensée évolutive pour la Démocratie Evolutive&l'Economie de Qualité et l'inter-connexion des biens communs 

Je ne doute pas , donc je ne pense pas …..par André Bellon 

Je n’ai pas l’ambition, ni les capacités, de critiquer la science. Tout au plus, je m’intéresse aux méthodes scientifiques et, surtout, à l’épistémologie des sciences . De ce point de vue, une question majeure de la période que nous vivons me parait être la suivante : Peut-on séparer la science de l’utilisation qui en est faite ? André Bellon suite sur le site de la constituante  voir la suite

Quand le jury de l’ENA découvre l’eau chaude

par  André Bellon, Tribune libre

Nous avons découvert sans stupeur le rapport du jury du « prestigieux » concours d’entrée à l’ENA. Celui-ci s’inquiète de l’incapacité des aspirants énarques à produire une réflexion originale, voire à penser par eux-mêmes…

On ne saurait que se féliciter de cette découverte de l’Amérique…si elle n’avait été découverte depuis longtemps. Car il faut être bizarre, ou résolument naïf, pour demander que les énarques soient anticonformistes.

Dans l’imaginaire le plus répandu, les énarques sont les dirigeants potentiels du pays. Or, qu’ont montré les dirigeants réels depuis des années, sinon un conformisme appuyé ? Pourquoi diable ceux qui aspirent à les remplacer se risqueraient-ils à les critiquer ? Et pourquoi le jury sélectionnerait-il ceux qui représentent un risque pour l’ordre établi ? Suite

sur facebook ici  

Les barrages du pouvoir établi : La double tragédie des biens communs

Les vélos en libre-service, une double « tragédie des communs »

Plutôt que de chercher à expliquer ces phénomènes par un déficit de sens civique, il paraît plus intéressant de se tourner vers le concept de « tragédie des communs ». Ce qui est arrivé à la société Gobee pourrait révéler la difficulté à faire émerger des biens communs dans les espaces urbains tels qu’ils sont aujourd’hui gérés par la puissance publique ou investis par le marché. voir la suite 

 

 

 

Aidez l'UFC-Que Choisir à remonter sa note sur les réseaux sociaux !

Pourquoi j'ai donné 5 étoiles à Que choisir ? 

Que choisir est une association de consommateurs qui sait prendre position pour les représenter car malheureusement ils sont toujours exclus des grandes décisions prises en hauteur de la pyramide  de la gouvernance du système productiviste . Pourtant nous sommes tous consommateurs de cla base transversale de l'économie. 

Rappel de l'article « Que choisir concernant les États généraux de l’alimentation  »
Quelles avancées pour les consommateurs ?
Les consommateurs, simples spectateurs des réformes
suite 

Aidez l'UFC-Que Choisir à remonter sa note sur les réseaux sociaux !

Notre comparateur optique a été très mal accueilli par les opticiens. Certains d’entre eux se sont organisés pour attaquer la note de l’UFC-Que Choisir sur les réseaux sociaux (notre note la plus basse est actuellement de 1/10) :

1.8 sur Facebook1/10 sur Trustpilot1.5 sur PagesJaunes

Vous pensez que nous ne méritons pas cette note ?
Évaluez-nous sur un ou plusieurs de ces sites :

Chaque vote compte ! Plus il y aura de votes et plus ce stratagème de professionnels dérangés par nos contenus aura du mal à se reproduire.

Nous vous remercions d'avance pour votre aide !

L'équipe UFC-Que Choisir

 

UFC-Que Choisir.
Association à but non lucratif
233 bd Voltaire - 75011 Paris
Président et directeur des publications : Alain Bazot
Directeur général délégué : Jérôme Franck

Service client (du lundi au vendredi de 9 h à 18 h)
Que Choisir - 4 rue de Mouchy - 60438 Noailles Cedex - France
Tél. : 01 55 56 71 17 - Fax : 01 55 56 70 91
Numéros non surtaxés, tarification selon l’opérateur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
_body" style="color: rgb(7, 130, 193); font-family: Helvetica, Arial, sans-serif; font-size: 12px; background-color: rgb(255, 255, 255);" target="_blank">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Le travail ne manque pas mais ce n'est pas une marchandise !

Bénévolat après la catastrophe de l'Amoco Cadiz ( sur la photo même les enfants s'y sont mis) voir photos 

Travailler moins, travailler plus, travailler mieux, travailler bénévolement, travailler en créant des emplois durables ou travailler pour s'enrichir toujours plus .... ? Le choix du travail ne manque pas !

Certains travaux gagnent beaucoup d'argent mais détruisent la Planète et les êtres vivants , conséquences de cette destruction …d'autres doivent travailler pour réparer la misère du monde , mais ces biens communs ne sont pas toujours rémunérés.

L'évolution démocratique et économique ne doit-elle pas faire évoluer le système basé sur " l'esprit de concurrence qui s'est imposé dans la culture jusqu'à notre époque, de façon à ce que,  au final, on soit le perdant de quelqu'un d'autre"  Voir La bienveillance serait plus efficace que la concurrence ici 

Maud Simonet, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?

Sébastien Fleuriel

On connaissait les aspirations de Maud Simonet à décloisonner les frontières ordinairement établies entre le bénévolat, le travail et ses sociologies respectives par son texte « Penser le bénévolat comme travail pour repenser la sociologie du travail » paru dans la Revue de l'IRES (44, 1, 141-155) en 2004. Avec Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, c'est une version largement augmentée et étayée de cette même ligne conceptuelle qu'on découvrira. J'avais pour ma part trouvé extrêmement séduisant cette proposition à un moment où je tâchais de penser et d'articuler la contribution bénévole réalisée par les volontaires lors des jeux olympiques sans l'opposer à celle des acteurs professionnels, dans un cadre largement surinvesti par les discours qui chantent la passion et le désintéressement du sport1. J'y constatais alors une analogie avérée avec certaines formes de travail précaire d'une part, une instrumentalisation de l'expérience bénévole comme forme de professionnalisation avant la lettre (un stage qui ne dit pas son nom) d'autre part, le tout justifié au nom de la passion olympique. Je n'avais pas encore lu Maud Simonet au moment de l'écriture du texte mais j'aurais aimé. J'aurais aimé tant il constituait l'élément manquant pour articuler l'ensemble et pour faire tenir dans une même analyse le travail de chacun, bénévole comme professionnel2.

Suite 

Travailler plus ou travailler mieux en créant des emplois durables  ?

Depuis bien longtemps, des retraités citoyens responsables travaillent bénévolement dans la Société Civile . Rappelons que l'emploi est un travail rémunéré que le système dominant spéculatif est incapable d'assumer pour le plus grand nombre ,  tout en profitant du bénévolat durable . Malgré la campagne faite pour le " travailler plus ", cette idée n'est pas souhaitable lorsqu'elle assure la conduite de projets la plupart du temps inutiles aux besoins essentiels et prioritaires de nos concitoyens. Travailler mieux pour garantir l'emploi durable à des  besoins essentiels et prioritaires  dans l'approche globale sociale liée à l'économie et à l'écologie devient indispensable pour garantir la place de l'être humain responsable du vivant et se libérer du modèle à "créer toujours plus de problèmes à ceux déjà en cours ". suite 

Le travail n'est pas une marchandise

 

En France, le fiasco de la loi travail l’a montré une fois de plus : les questions d’emploi, de rémunération, de retraite et de chômage ne peuvent être réglées à partir des approches conventionnelles, qu’elles soient néo-libérales ou sociales-démocrates, lesquelles enferment de plus en plus la société dans un carcan économique.
Il est indispensable de « penser en dehors de la boîte » et d’introduire de nouveaux paradigmes dans notre approche. Il ne sera possible de le faire que lorsque nous prendrons en compte ce qui est illustré par les deux schémas ci-dessus. La pensée dominante, qu’elle soit portée par un gouvernement de droite ou de gauche, considère l’économie à partir de la seule économie marchande. Les législations, notamment celles sur le travail, sont calquées sur le mode de fonctionnement de cette partie de l’économie. De même, les plans de restructuration des pays en difficultés suivent cette logique. Il n’est que de regarder comment agissent les envoyés du Fond Monétaire International, lorsqu’ils viennent « au chevet » d’un pays. Ils proposent invariablement des mesures visant à réduire les budgets de l’économie non-marchande (éducation, santé, culture, etc.). Or c’est exactement le contraire qu’il faudrait faire. Suite

Le Travail dans la prospective de démocratie évolutive

La séparation du salaire et du travail est une idée qui fait de plus en plus son chemin et qui est évoquée par plusieurs penseurs de l'économie. L'on parle notamment d'une allocation universelle. Mais les outils pour la réaliser manquent encore, d'une part parce que l'on reste au sein du même type d'organisation monétaire et capitalistique; d'autre part parce que l'on développe une vue essentiellement idéaliste de ce problème. Car si l'on allait jusqu'à le penser concrètement, l'on cernerait mieux où il se situe. Une observation qui englobe l'ensemble de la vie économique, qu'elle soit marchande ou non-marchande, montre qu'il ne manque pas de places de travail. Bien au contraire, dans les pays que l'on dit développés, il n'y a pas suffisamment de personnel pour répondre à l'ensemble des besoins. Le problème réside donc dans le fait que l'organisation actuelle du capital et de la monnaie ne permet pas que l'argent de rémunération arrive là où il est nécessaire qu'il soit. C'est donc cette question que nous avons à considérer en tout premier lieu. Elle nous conduit à proposer, à la place du contrat de travail, un double contrat: l'un pour la collaboration, l'autre pour la rémunération.

Pour en comprendre le sens, prenons deux situations dans lesquelles seraient deux entreprises A et B.  Suite

"La multiplication des chefs de projet est une catastrophe managériale majeure", affirme le sociologue François Dupuy
Après "Lost in management", le sociologue François Dupuy publie aux éditions du Seuil, "La faillite de la pensée managériale". Il y décortique les raisons pour lesquelles le management tel qu'il est pratiqué échoue et produit cynisme et désengagement. Par "paresse intellectuelle", les acquis des sciences sociales, qui éviteraient bien des erreurs, sont ignorés par des dirigeants qui ont épousé la cause de la pensée financière. Un réquisitoire revigorant.
Beaucoup de personnes, et pas seulement mon éditeur, m'ont demandé d'écrire la suite. De mon côté, j'avais envie de revenir sur certains phénomènes que j'ai observés en intervenant dans des entreprises ou dans mes travaux de recherche. Certaines personnes me disaient que j'avais bien démonté les mécanismes de ce qui ne marchait pas mais que je ne donnais pas de solutions. De mon côté, je voulais, après avoir expliqué ce qui ne va pas, approfondir les raisons de cette situation, revenir sur le pourquoi ça ne va pas. suite 

‘’Résister Aujourd'hui’’

a été créé à l’initiative d’anciens Résistants et Déportés et portée dès le départ par des enfants de ceux-ci mais aussi par des citoyennes et des citoyens conscients que les mécanismes qui ont amené au fascisme, au nazisme et à toute autre forme totalitaire peuvent s’enclencher à tout moment :
ces mécanismes sont connus, des universitaires, des essayistes, des économistes, des politiques qui les ont analysés, comparés, disséqués et tous nous disent aujourd’hui que les conditions sont là pour le grand bond en arrière : la crise financière, la montée du chômage, le repli sur soi face aux drames qui se jouent ici et ailleurs, la banalisation des propos racistes et discriminatoires, la montée des extrêmes-droites partout autour de nous, en France bien sûr mais aussi en Belgique, Pays Bas, Hongrie, Suède, Finlande, Danemark, Grèce, Autriche, Allemagne ,Italie, Pologne, Bulgarie, Royaume Uni, …..la liste est longue

suite http://resisteraujourdhui.wixsite.com/asso
www.facebook.com/ResisterAujourdhui
www.resisteraujourdhui.blogspot.fr/
Résister Aujourd'hui
Le Ligourès
Place Romée de Villeneuve
13090 Aix en Provence

Halevy, Roudaut, Vittori, Un Trio de choc à BordeauxFinTech ! ***** 

Quelle finance voulons-nous pour demain ? Les 3 intervenants dessinent les enjeux d'aujourd'hui et les défis qui nous attendent pour construire le monde ... voir la vidéo 

Cela se passe à Saillans, mais peut se passer ailleurs: donner la parole et le pouvoir d'agir aux citoyens

'On a décidé de gouverner notre commune en prenant en compte l'avis des habitants avant tout'

Caylus&villages voulant s'organiser en biens communs ouverts sur la Planète Voir la suite 

L'alimentation est l'affaire de chacun de nous, nous devons donc construire une justice démocratique citoyenne pour arrêter les multinationales qui imposent l'empoisonnement. Voir la suite 

Les ZADs ( Zone A Défendre) doivent se prolonger par des ZACs ( Zone A Construire ) pour que la consommation responsable de qualité puisse devenir un facteur Démocratique et Economique créateur d'emplois.

La consommation responsable de qualité :  facteur de créativité économique d'emplois

La recherche d'un emploi ou la mise en place d'un projet professionnel sont des besoins sociaux actuels face à la calamité du chômage voir la suite 

 

Actualités de la Démocratie Évolutive : deux séminaires

Actualités de la Démocratie Évolutive

 

«  Le travail n'est pas une marchandise »


Conférence de Michel LALOUX le vendredi 2 mars

suivi d'un atelier le samedi 3 mars 2018

à Bourbon l'Archambault (03160)

au Château Bignon

 

En France, le double passage en force de la loi travail l’a montré une fois de plus : les questions d’emploi, de rémunération, de retraite et de chômage ne peuvent être réglées à partir des approches conventionnelles, qu’elles soient néo-libérales ou sociales-démocrates, lesquelles enferment de plus en plus la société dans un carcan économique. Il nous faut « penser en dehors de la boîte » ...

 

 

_______________________________________

 

 

«  L'avenir de la monnaie dans une

Economie à Valeurs Ajoutées Humaines »

 

Séminaire du vendredi 9 mars au dimanche 11 mars 2018

au lieu dit "Les Tragners", commune de LE BOURG (46120)

à la salle de la ferme de La Rauze.

 

 

La monnaie est soumise à de fortes tensions. Des changements importants, et même des bouleversements sont à prévoir. Mais où allons nous ? Quelle direction faudrait-il prendre ? Que peut faire le citoyen ?
Depuis 2008, les crises des monnaies et de la dette des États ont entraîné une concentration accrue du pouvoir de décision monétaire par les Banques Centrales. En apparence, celles-ci contrôlent la situation. Est-ce vraiment le cas ?
Du côté de la société civile, on voit fleurir les monnaies complémentaires et les « crypto-monnaies » comme le Bitcoin. Ces initiatives sont-elles porteuses d’avenir ...