Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Fil des actualités

Appel aux maires pour soutenir une candidature présidentielle 2012

 

cidhjjgi

L'exemple à suivre pour l'avenir de nos villages et de nos ruralités: répondre à la demande sans cesse grandissante !

N'EST CE PAS LA PREMIERE REGLE ECONOMIQUE A FAVORISER?

Des jardins abandonnés dans nos villages peuvent servir la bonne cause

Cantines: le débat relancé Le maire de Bioussac demande à la communauté de communes d'acquérir des terres. Pour employer des chômeurs et alimenter les cantines Fini les nounours. Installé à Bioussac, Nicolas Wisser est maire et maraîcher bio. Il n'hésite pas à montrer l'exemple sur le terrain. Photo archives Phil Messelet  Voir la rubrique 

Pour la revitalisation de nos villages : cliquer ici


Appel aux maires pour soutenir une candidature présidentielle 2012 permettant une nouvelle constitution

Aujourd'hui nos villages meurent sans espoir, les subventions se rétrécissent comme peau de chagrin, les écoles ferment ou font perdre le temps de ceux qui se mobilisent pour la bonne cause à les garder ouvertes. Mais dans le même temps les sous-sols de nos ruralités sont convoités pour l'exploitation des gaz de schiste, alors il faut aussi se mobiliser pour défendre une autre bonne cause, car les bonnes causes ne manquent pas à défendre dans un système pourri inadapté à servir l'être humain et le respect d'une parole donnée qui va jusqu'au bout des actes.

Pour cette raison, la véritable démocratie commence par la confiance en cette parole donnée, quand la confiance est morte , la démocratie est condamnée à mourir ou..... à renaître, car le vrai démocrate fait confiance en l'homme , aux femmes et aux hommes de bonne volonté.

 

 

Mais aujourd'hui le peuple de France, n'a plus confiance en ses élites, qui se cachent derrière des bonnes paroles , des bons revenus et dans des sphères d'un autre monde . Cependant ce peuple de France peut rebâtir cette confiance avec les élus proches d'eux, ceux qu'ils peuvent rencontrer facilement : les maires de leurs villages et de leurs villes , c'est pour cette raison que nous lançons cet appel.

 

 

Voici des constats mais aussi des actions non gouvernementales qui ont fait leurs preuves partout dans le Monde et dont nous pouvons nous inspirer pour bâtir de réels  partenariats  avec les municipalités. 

 

voir le déficit de l'Etat par la réalité des chiffres

 

http://lienenpaysdoc.com/index.php?option=com_content&view=article&id=211:les-elites-de-letat-vu-par-la-france-den-bas-&catid=13:agenda&Itemid=59

voir citoyens trahis : non au traité de Lisbonne

http://lienenpaysdoc.com/index.php?option=com_content&view=article&id=210:citoyens-trahis-non-au-traite-de-lisbonne-&catid=13:agenda&Itemid=59

Une équité politique pour une démocratie et économie ouvertes devient urgente   pour  notre pays .

Comment une droite si tordue peut elle redresser un pays en ratifiant un traité aussi scélérat que le MES?

Voir MES ET REGLE D'OR DE LA TENTATION TOTALITAIRE : le blog de Médiapart   cliquer ici

 

 L'injustice continue de se développer.  Les pouvoirs décisionnels en place  préférent continuer les  vieilles habitudes de «l'économie gaspi» leur assurant une place de VRP pour servir les intérêts des lobbies industriels. Ainsi ils ne sont pas  dérangés par les idées à mettre en oeuvre  concrètement pour remonter le gouffre des dettes publiques:conçu par eux-mêmes et leur folie des grandeurs.  Le pouvoir leur appartient encore c'est la seule certitude qui semble encore leur rester et ils la défendent ardemment contre les besoins urgents de leurs peuples.


Sans  la volonté intègre d'une politique nationale équitable , notre pays part à la dérive
Que peut donner  un Chef  d'Etat isolé régnant avec un parti et ceux par ci par là qui viennent s'agglutiner   pour recevoir des miettes du gâteau ( les cumuls des mandats et les bon postes)   Pour son parti et ses proches oui , pour les autres ( la grande majorité de nos concitoyens et des petits élus )  plus rien .  C'est  donc bien l'orientation revue et corrigée de  la fonction de  la Présidence d'une République démocratique  qui se doit d'être transformée prioritairement par un référendum, mais quel élite pourrait le faire?  La base solide pour faciliter la constitution permettant à chaque citoyen acteur s'appuyant sur la base d'une Economie Sociale et Solidaire en réseaux permettra à une France et une Europe bloquées  sur la seule création d'interdits et de lois d'ouvrir une vision sur le Monde en appliquant les idéaux liberté-égalité-fraternité; ces paroles en l'air attendent toujours ....que la France les appliquent et elle le peut si elle le veut en 2012.

Cette élection 2012 doit redonner une juste place à la Présidence afin de libérer un homme d'une fonction qu'il est totalement incapable d'assumer seul pour tous les Français . Les réseaux d'Economie Sociaux et solidaires sont déjà en place et leur donner les moyens de se développer par une Nouvelle constitution est le moyen démocratique de première urgence à mettre en oeuvre pour sortir du naufrage qui s'amplifiera très très vite.

Nous pouvons espérer voir naître, grâce à la conscience de vous tous : cette fonction présidentielle adaptée au service d'une réelle démocratie pour l'avenir de notre pays afin qu'un grand nombre de nos concitoyens ne soient plus les victimes permanentes d'un système pensé sans eux . En ouvrant les places d' acteur-inventeur de cette solidarité à cultiver en permanence par le lien social national , européen et mondial nous pourrons mieux nous rendre serviteurs de notre pays et de nos territoires; les savoirs partagés exsistent dans nos réseaux mais ne peuvent être conçus par l'exclusif cerveau d'un Chef d'Etat ou avec d'autres chefs d'Etats qui défendent les mêmes intérêts sans écoute de leur peuple et de leurs acteurs engagés.

 

 Aux monnaies locales et nationale Ethiques et Sociales , Citoyens!

 

 

Faire autrement en développant une économie réelle tout en se délivrant de cette économie gaspi globalisée créant précarité , misère et chômage au profit des grands lobbies industriels .

 

Développer la production pour répondre à la demande d'une alimentation locale de qualité plutôt que subir cette bouffe industrielle empoisonnée.

Voir le projet national Alimentons 2012 reliant des producteurs, des consommateurs et les intermédiaires

 

et tous les articles , informations pour relancer une économie locale réelle en réseau sociaux et solidaire http://lienenpaysdoc.com/ . Pour reprendre en mains, avec vous, notre souveraineté alimentaire et coopérative afin de revitaliser tous nos villages de France , d'Europe et de la Planète qui souffrent de cette production de bidonvilles , de destruction constante de la Planète, de notre économie et de l'être humain au profit d'un paraître bien illusoire.

Beaucoup veulent une sixième république , mais sans projet de société , ne risque-t-on pas de rajouter une coquille vide de plus aux nombreuses existantes? Dans notre célèbre mille-feuilles concentrant des pouvoirs administratifs centralisés et pyramidaux confondant décisions et services publics reconnus aujourd'hui pour leur inerties créatives , n'est ce pas une fois de plus rajouter une idée sans lien direct avec des actions qui ont et qui font déjà leurs preuves en France et dans le Monde?

Voir suite dans

Image de la campagne présidentielle

http://lienenpaysdoc.com/index.php?option=com_content&view=article&id=216:image-de-campagne-presidentielle-2012&catid=13:agenda&Itemid=59

 



Mobilisation internationale contre ACTA : informez-vous, signez et manifestez !

Appel à se mobilser face à ACTA, traité "anti-contrefaçon", à mobiliser famille et proches, aussi, contre ce traité antidémocratique, négocié sans les pays en voie de développement, sans l'OMC, les parlementaires ou les associatifs.

Si ce traité devait être ratifié, au printemps prochain, par le Parlement Européen, les conséquences seraient multiples :

- conséquences démocratiques, avec la création d'une nouvelle institution le «Comité ACTA», non élue, et qui pourrait elle même changer les règles ;

- conséquences sur les libertés numériques, qui se trouveraient gravement menacées par le contrôle, la censure, le filtrage, et le fichage. De nombreux experts estiment que ce point est contraire à l'esprit et à la lettre de la Convention Européenne des Droits de l'Homme ;

- Accès à la santé pour tous, avec une menace sur les médicaments génériques : en effet, le traité permettrait aux grands laboratoires pharmaceutiques de faire saisir, et détruire, des médicaments sur simple suspicion de contrafaçon ;

- conséquences sur l'agriculture et une alimentation saine, puisque les brevets sur les semences ne seraient finalement pas exclus du champ du traité.

Pour toutes ces raisons, il faut amplifier la mobilisation existante. Plus de 2 millions d'entre-nous ont déjà
signé la pétition d'Avaaz. Il faut continuer. Ecrivez à vos parlementaires, descendez dans la rue, pour, ensemble, défendre nos libertés les plus fondamentales.

TROIS  LIENS AVEC VIDEOS POUR COMPRENDRE :

L'ACTA pour les nuls !

Sandrine Bélier appelle à la mobilisation citoyenne face à ACTA

La Quadrature du Net - NO to ACTA

Stéphane Bernard, coordinateur EBR-T
http://www.ebrt.org

Si vous désirez organiser un débat ou un interview, veuillez nous contacter par mail.

 

 

IMAGE DE CAMPAGNE PRESIDENTIELLE 2012

419194_326621014055942_100001241383678_1057134_1621246029_n

Mercredi soir, Nicolas Sarkozy a annoncé sa candidature au JT de TF1

Beaucoup de Français étaient devant leur télé. Les habitants de South Park eux aussi ont regardé ce non-évènement.

Un Grand Moment de Télévision à regarder absolument !

 

http://www.placeaupeuple2012.fr/south-park-regarde-sarkozy/



L'annonce est officielle, la France retenait son souffle:

le suspens est fini , le président est devenu à nouveau candidat , le tournoi commence !

Le thème conseillé au président : la vérité aux Français, mais laquelle? car chaque candidat défend la sienne ou plutôt celle que «certains» leur conseillent.

Le jeu est le suivant quelle vérité est la meilleure ; le tour de passe passe devient compliqué .

Si Coluche était encore là, il pourrait nous éclairer et refaire un sketch , rappelant celui des lessives qui toutes lavaient blanc, et une lavait plus blanc que blanc, vous vous souvenez?

Cette fois-ci ce serait avec le jeu de la vérité , il y a des vérités fausses , et des vérités plus vraies que vraies , voilà la nouvelle trouvaille qui pourra ....d'après eux sauver la France dans cette nouvelle campagne présidentielle 2012.

Heureusement nous pouvons ajouter au jeu de la vérité le jeu des échecs.

 Echec de la France et de son capitaine

Ou Echec au roi pour une renaissance de la France ?

Aujourd'hui nos villages meurent sans espoir, les subventions se rétrécissent comme peau de chagrin, les écoles ferment ou font perdre le temps de ceux qui se mobilisent pour la bonne cause à les garder ouvertes. Mais dans le même temps les sous-sols de nos ruralités sont convoités pour l'exploitation des gaz de schiste, alors il faut aussi se mobiliser pour défendre une autre bonne cause, car les bonnes causes ne manquent pas à défendre dans un système pourri inadapté à servir l'être humain et le respect d'une parole donnée qui va jusqu'au bout des actes.

Pour cette raison, la véritable démocratie commence par la confiance en cette parole donnée, quand la confiance est morte , la démocratie est condamnée à mourir ou..... à renaître, car le vrai démocrate fait confiance en l'homme , aux femmes et aux hommes de bonne volonté.

Aujourd'hui le peuple de France, n'a plus confiance en ses élites, qui se cachent derrière des bonnes paroles , des bons revenus et dans des sphères d'un autre monde . Cependant ce peuple de France peut rebâtir cette confiance avec les élus proches d'eux, ceux qu'ils peuvent rencontrer facilement : les maires de leurs villages et de leurs villes , c'est pour cette raison que nous lançons un

 

APPEL AUX MAIRES POUR SOUTENIR UNE CANDIDATURE PRESIDENTIELLE 2012 PERMETTANT UNE NOUVELLE CONSTITUTION

Petit rappel historique: pour combler la fracture sociale aujourd'hui galopante, le candidat Chirac en 1995 avait fait de cette nécessité son thème d'élection: déjà dix sept années! A cet échec retentissant vient s'ajouter celui de son successeur. Les échecs de «nos présidents» se succèdent ne sachant pas plus les uns que les autres : lier les paroles aux actes, et pour cause que peut faire un Président si seul?

Sans lien avec la France d'en bas! Sans lien avec la démocratie et l' économie locales!

Il est juste devant ses échecs répétitifs, de faire pousser les informations susceptibles de cultiver le bon sens par une économie sociale et solidaire, pour s'échapper des pièges aux boniments électoraux, aux mensonges et autres manipulations et trouver les solutions pratiques et efficaces correspondant aux besoins essentiels de nos concitoyens.

Les élites politiques de l'Etat , ne donnent plus confiance. Ils nous ont habitué aux mensonges et aux manipulations.

Pour beaucoup de nos concitoyens : le travail n'est plus adapté à un épanouissement de l'être mais à une torture: un travail forcé portant profit à la survie d'un système malade. L' accroissement de la misère et de la précarité, le développement du chômage sont les conséquences de la fin de structures inadaptées, ne correspondant plus aux nouveaux besoins de l'être humain et du respect de la vie . Les élites ne remettant pas en cause le système constitutionnel de l'Etat continuent de faire perdurer ce concept de guerre économique qui détruit la Planète et la lutte des uns contre les autres.

L'Europe et le désastre de la Grèce ne donne pas plus confiance en un avenir serein ou seule une minorité peut défendre encore ses intérêts personnels.

Pour la plupart de nos concitoyens, le vote n'est pas un moyen de changer la situation catastrophique sociale qui s'étend à tous les peuples du Monde. Les partisans du vote blanc viennent s'ajouter aux abstentionnistes et aux groupes de «tous candidats».

Monsieur Sarkozy , semblant s'intéresser soudainement aux référendums devrait plus réfléchir à la nature profonde des nouvelles motivations montant des besoins essentiels de nos concitoyens: le besoin d'échanges et de projets permettant aux différences et aux complémentarités de se liés à de nouveaux emplois, mais en est-il capable?

La division pour mieux régner se transforme actuellement par ce travail bénévole de mise en relation . La crise de civilisation provient du manque de reconnaissance pour ceux qui possèdent encore le pouvoir politique et de ne rien faire pour prolonger le travail de lien social . Le développement de lien social étant indispensable pour transformer cette guerre économique en Economie Sociale et Solidaire créatrice des nouveaux emplois partagés pour les biens communs. En devenant en contre partie des travaux rémunérés la multiplication des emplois pourra se faire par le concept d'Economie Sociale et Solidaire adapté aux territoires, à leurs besoins et aux acteurs pouvant construire coopérativement les réponses à ces besoins.

Aujourd'hui plus que les paroles qui ne veulent plus rien dire ; les réseaux sociaux sont les forces réelles d'un pays . Avec les forums sur la toile, l'outil internet permet les échanges d'idées et de projets que nos hommes politiques de l'Etat refusent aux peuples ou semblent ignorer pour ne penser qu'aux pourcentages des intentions de votes leur permettant de conserver leurs places ou d'espérer monter encore plus dans les hautes sphères du pouvoir.

voir Revue écologiste de réflexion et de débats, EcoRev’ est un outil au service des acteurs et actrices des luttes pour la transformation sociale et écologiste à l’échelle planétaire, qu’ils/elles viennent de l’écologie, des mouvements sociaux, de la gauche critique ou des mouvements citoyens non partidaires émergents face à la mondialisation libérale.

http://ecorev.org/spip.php?article891

Nos maires , qui sont les élus les plus proches des acteurs locaux de l'Economie Sociale et Solidaire sans parti pris pour les grandes formations politiques leur enlevant les moyens; ont tout à gagner en  se joignant  à ces forums d'acteurs et d'échanges qui peuvent d'Internet se prolonger sur leurs communes pour l'intérêt d'une recherche de la vérité « plus juste» s'incarnant dans les actes de développement.

Le 6 mai un altergouvernement

Excellente émission, très bien faite, véritable comédie radiophonique qui fait rêver.. réfléchir et mobilise !
http://www.franceinter.fr/emission-la-bas-si-j-y-suis-6-mai-2012-le-printemps-francais

A présent vous aussi pouvez jouer au jeu d'échec au roi
Bien cordialement
René Chaboy pdt économique et bénévole de l'association lien en Pays d'OC
Participant actif au projet alimentons 2012
Membre de l'association pour une constituante

 

L'exemple à suivre pour revitaliser nos villages

Download 

L'EXEMPLE A SUIVRE POUR L'AVENIR  DE NOS VILLAGES ET DE NOS RURALITES : REPONDRE A LA DEMANDE SANS CESSE GRANDISSANTE!  N'EST CE  PAS LA PREMIERE REGLE ECONOMIQUE A FAVORISER?  DES JARDINS ABANDONNES DANS NOS VILLAGES PEUVENT SERVIR LA BONNE CAUSE

Cantines: le débat relancé Le maire de Bioussac demande à la communauté de communes d'acquérir des terres. Pour employer des chômeurs et alimenter les cantines Fini les nounours. Installé à Bioussac, Nicolas Wisser est maire et maraîcher bio. Il n'hésite pas à montrer l'exemple sur le terrain. Photo archives Phil Messelet
Maire de Bioussac et aussi maraîcher bio, Nicolas Wisser prêche par l'exemple. Sa commune, qui compte 226 habitants, était la première en Charente à signer la charte «Terre saine» initiée par la Région pour bannir les pesticides. Aujourd'hui, celui qui est aussi élu à la communauté de communes (CDC) de Ruffec veut tourner la page des vilains nounours qui pointaient du doigt les mauvais payeurs des cantines.
Loin de «l'hystérie» déclenchée par cette maladresse, Nicolas Wisser se veut constructif. Il s'adresse à ses collègues communautaires. Il demande que soit relancée l'idée qu'il avait émise «il y a cinq ou six ans» lorsqu'il était question d'introduire des produits locaux dans les réfectoires. Son projet? La collectivité acquiert une quinzaine d'hectares qu'elle met à disposition de maraîchers sous forme d'un bail de carrière valable jusqu'à la retraite. Les élus s'engagent à acheter la production aux producteurs qui s'engagent eux-mêmes à les livrer en priorité. Du gagnant-gagnant. Une forme d'Association pour le maintien de l'agriculture paysanne (Amap) à l'échelle d'un territoire.
25 hectares à Poitiers
Nicolas Wisser y voit beaucoup d'avantages. Le premier. «Le maraîchage bio est créateur d'emplois. On pourrait embaucher dans ces structures les mauvais payeurs dont la plupart sont sans travail. Avec un objectif de production, de résultats. Ce qui n'est pas toujours le cas des chantiers d'insertion.»
Second avantage. «Ces terrains serviraient de support pédagogique pour nos enfants et leurs parents-payeurs en difficulté. Ils pourraient mettre leurs mains dans la terre et vivre ce lien si important de la terre à l'assiette. Aujourd'hui, on se contente de petites sorties scolaires ici et là qui ne changent rien. Si les écoliers apprennent à cultiver une parcelle régulièrement, ils sauront qu'il faut trois mois pour faire pousser une salade, six mois pour des betteraves.»
Producteur bio depuis vingt ans, Nicolas Wisser écoule la totalité de ses légumes en vente directe. Il sait l'importance de la relation avec le consommateur. Il n'est pas le seul à se battre pour renforcer cette dimension économique et sociale, locale.

D'autres collectivités ont franchi le pas. Dans les Cévennes, la commune de Barjac a participé à l'acquisition d'une ferme. «Poitiers a acheté 25 hectares en bio pour installer des maraîchers qui vont produire pour les collectivités. La Couronne travaille également à un projet similaire», poursuit le maire en invitant toutes les personnes intéressées par le sujet à participer à la prochaine réunion de la CDC de Ruffec, le 15 décembre. «Ruffec et son canton bougent, osons!»


Pour ceux qui douteraient que la voie du bon sens est bien celle-ci: rappelons l'article publié voici plusieurs années par l'Expansion : l'agriculture française condamnée à l'excellence " que vous pouvez consulter au chapitre 3 du lien suivant ici 

 

voir aussi  la guerre est dejà dans nos assiettes et sur nos terres ici

Les chiffres et la Grande illusion

"Arrêtons de manger de la merde....vient de nous rejoindre sur Facebook dans notre groupe Evenement Quercy Rouergue nous pourrions ajouter ...et du poison!
Depuis l'après-guerre, nos gouvernements et particulièrement celui de notre pays sont responsables de la disparition de notre agriculture. En 1970 l'agriculture française en biodiversité était l'une des plus performantes du monde . Le choix de nos " mauvais chefs " d'avoir soutenu les fabriquants de matériels de grande exploitation et de transports pour le profit des hyperdistribution a plongé notre Planète dans la tourmente de la grande illusion que nous connaissons aujourd'hui. La surconsommation d'énergie de la longue , longue chaîne industrielle par laquelle les produits voyagent du Nord au Sud et de l'Est à l'Ouest profite à une minorité et cela au détriment de bien nourrir les hommes.
Les intérêts des grands lobbys est d'allonger cette chaîne indéfiniment de manière à monopoliser par leur science empoisonnée par leur pouvoir leurs  profits personnels et de  leurs serviteurs.
Le premier besoin de l'Humanité est celui de se nourrir convenablement . Ceci a pour conséquence non plus de penser le chacun pour soi mais socialement nos projets alimentaires et cela au-delà des intérêts politiques personnels . Depuis l'après guerre nous assistons à un jeu de dupes entre l'Europe , l'Etat français et nos régions : "c'est pas moi c'est l'autre" mais la faute est celle de tous ceux qui font de la politique globale leur portefeuille personnel oubliant leur responsabilité première de légifirer face aux empoisonneurs . La base simple est bien dans les projets de revitalisation de nos villages : les voies alternatives simples pour construire des filières courtes : par conséquent économique dans le sens réel du mot.
Notre site est construit pour permettre à chaque personne qui veut sortir de ce jeu de dupes nous conduisant au chaos par la manipulation permanente de rejoindre notre mouvement. Nous avons la possibilité de nous sortir de ce piège, socialement.   Le pouvoir du système repose sur le mensonge permanent de la publicité, les bases nouvelles d'une reconstruction de notre économie, quant à elles repartiront à partir des hommes eux-mêmes formant des cercles réfléchissant sur les soins de l'être humain et de la terre. Cette démarche du coeur passe par la rencontre directe dans les réunions avec ceux qui gèrent nos institutions locales avec tous les acteurs élus rémunérés et engagés bénévoles .

Le bénévolat ne doit pas resté durable car le travail de bien commun doit être reconnu dans un pays qui veut donner des leçons de démocratie au Monde entier. Pour cette raison , nous devons réfléchir à partager des salaires d'élus et des bénévolats engagés travaillant pour la même cause faire avancer la République Inachevée par la Démocratie évolutive et Equitable; le Revenu de vie est une réponse à cette réflexion. 

Dans ces cercles locaux élus rémunérés et engagés bénévoles doivent se rencontrer afin de constuire durablement un revenu de base d'existence pour chacun garantissant la démocratie durable. La nouvelle compétence sociale ne peut se développer qu'en organisant des rencontres mettant en présence les bénévoles acteurs ayant déjà travailler sur les nouvelles formes comme les rencontres-forums ; l'information non manipulée , les monnaies locales complémentaires, le revenu de vie indispensable pour chaque être humain et les moyens de rebondir après ces rencontres pour construire avec tous les femmes et hommes de bonne volonté pour sortir de ce système confisqué par ce pouvoir d'empoisonneurs. http://lienenpaysdoc.com/index.php?option=com_content&view=article&id=174%3Aogm-letude-qui-accuse&catid=13%3Aagenda&Itemid=59

 

Le déficit de l'Etat vu par la réalité des chiffres

406996_385460774802195_100000148286384_1665990_615739872_n

Qui va payer la crise? Le dernier livre de François Lenglet

http://www.decitre.fr/livres/qui-va-payer-la-crise-9782213671598.html

Hollande et le mille-feuille administatif réécouter l'émission

http://www.franceinter.fr/emission-l-edito-politique-hollande-et-le-millefeuille-administratif

François Hollande a gagné un gouvernement mais non le pouvoir

http://liesidotorg.wordpress.com/2012/05/07/francois-hollande-a-gagne-un-gouvernement-mais-non-pas-le-pouvoir/

Les sénateurs planchent sur le mille-feuille administratif

http://www.midilibre.fr/2012/10/02/les-senateurs-planchent-sur-le-millefeuille,571881.php

La Suède fait maigrir l'Etat et revit économiquement http://www.youtube.com/watch?v=cJ2yFqYcoy8&feature=relmfu

 Les associations de collectivité n'ont pas de leçon à recevoir de l'Elysée

 EN 2010  La réalité des chiffres

 - le déficit de l’Etat est plus de 67 fois supérieur à celui de l’ensemble des collectivités locales.

 - l’Etat et ses administrations représentent près de 79 % de la dette publique, les administrations

    de sécurité sociale 11 % et les collectivités territoriales 10%.

Voir en pdf le dossier de presse  conférence sur les finances locales     voir le site  

 

telecharger-la-fiche-pdf

 

 


 

« 80 propositions qui ne coûtent pas 80 milliards» :

peut-on réformer la France au moindre coût?

 http://www.franceculture.fr/emission-les-retours-du-dimanche-80-propositions-qui-ne-coutent-pas-80-milliards-peut-on-reformer-la

Christian Berthier est membre de la constituante voici son communiqué

Chers camarades et amis, comme vous le savez, je suis, pour l'association et aussi par habitude et passion, la mobilisation croissante des elus locaux contre leur mise sous tutelle et au pain sec des mains du gouvernement. il s'agit des "lois territoires", mais aussi de toute une batterie de lois et decrets sortis des l'intronisation de 2007.

 le 10 fevrier dernier, l'omni président a bien daigné recevoir ces élus qui se sont lachés de tout ce qu'ils pensaient des mauvais traitements auxquels départements et communes sont soumis. Lesquels en ont fait une sorte de doléance nationale.

 Dans le cadre des contacts que chaque cercle entretient avec ses elus locaux, merci de faire allusion à ces éléments qui tous plaident pour les changement institutionnels radicaux d'une assemblée constituante souveraine. Aux rendez vous que vous ne manquerez pas de prendre avec vos elus. au plaisir de vous lire
christian berthier
0683054946

 


9 février 2012

Les associations de collectivités n'ont pas de leçon à recevoir de l'Elysée

 Au terme du quinquennat, le président de la République convoque le 10 février 2012, à l’Elysée, les associations d’élus à une « conférence des finances locales ». Or, depuis trois ans, ces mêmes associations n’ont eu de cesse de demander que la conférence nationale des exécutifs (CNE), instance prévue à cet effet, se tienne. En vain.  

Loin de la nécessaire et saine concertation entre le gouvernement et les collectivités locales, cette conférence a pour objectif affiché d’incriminer la gestion financière des collectivités locales et de les mettre à contribution au titre de la réduction des déficits publics.

Si elles considèrent effectivement que la lutte contre les déficits publics est une priorité, les associations d’élus refusent de se faire montrer du doigt et n’ont pas de leçon à recevoir de l’Etat. Elles soulignent d’ailleurs que les collectivités locales appliquent depuis longtemps la « règle d’or ». En 2010, leur part dans le déficit public se limitait à 0,1 % du PIB et le montant de leur dette est stabilisé depuis 1983 à 10 % de la dette publique. ...

Lire la suite cliquer ici

 


Archives de Congrès  Liens ci dessous

 

 


10 février 2012

Réunion des Associations d’élus locaux à l’Elysée : profond désaccord

La réunion organisée par le Président de la République sur les finances locales a confirmé le profond désaccord d’analyse entre les élus des collectivités et le gouvernement.

La réduction des déficits publics suppose d’abord que l’Etat mette de l’ordre dans sa gestion et ses choix fiscaux. Elle implique aussi qu’il se modernise, ce qui passe par un nouvel élan de décentralisation, pour enfin clarifier qui fait quoi. L’annonce d’une enveloppe financière pour résoudre les problèmes d’investissements des collectivités est sans commune mesure avec les besoins financiers et leurs conséquences sur les usagers et les entreprises.  Lire la suite ...

 

 


Jean-Pierre Bel reproche à Nicolas Sarkozy de "stigmatiser les élus locaux"

 

LEMONDE.FR | 10.02.12 | 10h52 • Mis à jour le 10.02.12 | 11h09

Alors que le président de la République devait réunir, vendredi 10 février au matin, une conférence des finances locales afin d'"envisager la participation des collectivités territoriales à la réduction des déficits publics", le président du Sénat, Jean-Pierre Bel, a mis en garde contre "la tentation de stigmatiser les élus locaux". S'appuyant, notamment, sur des travaux du Sénat, ayant donné lieu à plusieurs rapports, le sénateur socialiste rappelle, dans un document établi avec le rapporteur des crédits de la mission "relations avec les collectivités territoriales", François Marc, le rôle que celles-ci assument "tant au service de la croissance que de celui de la maîtrise des dépenses".

Le président du Sénat s'oppose notamment à l'idée d'une modulation des dotations aux collectivités en fonction d'un critère de "bonne gestion". Il souligne que la Conférence nationale des exécutifs (CNE), installée en octobre 2007, et censée permettre "un partenariat étroit entre le gouvernement et les collectivités territoriales", n'a plus été réunie depuis juillet 2008. M. Bel déplore "l'absence de volonté du président de la République et du gouvernement d'engager une réelle négociation avec les collectivités locales, dans le respect des compétences de chacun".

TRANSFERTS DE COMPÉTENCE

Selon M. Sarkozy, "en dix ans, de 1998 à 2009, l'ensemble des collectivités locales ont créé un peu plus d'un demi-million d'emplois publics" quand, dans le même temps, "le nombre de fonctionnaires d'Etat a diminué de 59 000". Pour M. Bel, ces chiffres "passent sous silence les conséquences de transferts de compétences opérés vers les départements et les régions au cours de la période 2006-2008", qui ont entraîné le transfert de 130 000 agents de l'Etat. Hors transferts, la croissance des effectifs territoriaux est de 350 000 emplois, dont les deux tiers dans le secteur communal. En revanche, le transfert de 130 000 agents de l'Etat ne s'est pas traduit par une baisse équivalente des effectifs de la fonction publique d'Etat.

La hausse des dépenses publiques locales résulte, pour environ 60 %, des transferts de compétences. "Les collectivités territoriales ont supporté des coûts non compensés du fait des conditions de transfert des personnels de l'Etat", insistent nombre de sénateurs. Ils soulignent également "l'obligation croissante des collectivités locales d'assumer financièrement les conséquences des désengagements de l'Etat". Aussi s'opposent-ils fermement à la volonté exprimée par le chef de l'Etat de diminuer les dotations attribuées aux collectivités territoriales.

"EFFETS PERVERS"

Ils rejettent l'idée d'un mécanisme de type "bonus-malus" à partir d'une norme de dépense locale. Le président du Sénat rappelle que le groupe de travail mis en place par le premier ministre en mars 2010, présidé par Gilles Carrez (UMP), avait lui aussi rejeté cette idée, estimant qu'elle se heurterait à "des difficultés sérieuses" et risquait d'entraîner "de nombreux effets pervers". "En dépit du contexte économique, les collectivités territoriales ont su maintenir une situation financière relativement saine. Leur besoin de financement devrait atteindre 0,2 % de PIB [produit intérieur brut] en 2011, contre près de 4,6 % pour l'Etat", constatent les sénateurs. "La dette des collectivités territoriales françaises est restée stable au cours du quinquennat et représente environ 10 % du montant total de la dette publique", notait-il. Elles contribuent cependant pour plus de 70 % à l'investissement public civil.

"Les élus locaux ont pleinement conscience de la nécessité de maîtriser davantage les dépenses publiques pour contribuer au retour à l'équilibre des comptes publics", notent MM. Bel et Marc, faisant état d'une "décélération" des dépenses de fonctionnement, en hausse de 2,9 % en 2010 contre 4,7 % en 2009. "Il faut faire confiance à l'esprit de responsabilité des élus locaux pour maîtriser davantage leur budget", concluent-ils.

Cet échange à distance témoigne de l'enjeu que constituent les collectivités territoriales à l'approche des élections présidentielle et législatives, après le changement de majorité au Sénat à l'automne 2011. Depuis, le président du Sénat a engagé la réunion d'états généraux des élus locaux, afin de recenser leurs situations et leurs besoins. La droite sénatoriale a cependant convaincu M. Bel de ne pas tenir la réunion finale avant les élections. De son côté, l'UMP prépare une grande réunion de ses élus locaux. M. Sarkozy, qui sera alors officiellement entré en campagne, devrait à cette occasion délivrer un discours à leur adresse

 


L’Association pour une Constituante a effectué depuis plusieurs années un gros travail d’analyse sur la question des collectivités territoriales en parallèle avec des contacts vers les élus locaux

 

Ce travail a été effectué pour une très grande part par notre ami Christian Berthier. Vous en retrouverez des éléments d’analyse sur le site www.pouruneconstituante.fr grâce aux liens ci-dessous:

http://wwwpouruneconstituante.fr/spip.php?article146

http://wwwpouruneconstituante.fr/spip.php?article127

http://wwwpouruneconstituante.fr/spip.php?article375

http://wwwpouruneconstituante.fr/spip.php?article440

http://wwwpouruneconstituante.fr/spip.php?article493


Vous retrouverez également ci-dessous les tracts que Christian a élaborés (et diffusés avec d’autres amis) lors des congrès des élus locaux :

http://wwwpouruneconstituante.fr/spip.php?article346

http://wwwpouruneconstituante.fr/spip.php?article166

http://wwwpouruneconstituante.fr/spip.php?article327

Dans la cadre de l’élection présidentielle, nous avons collectivement décidé, lors de la réunion du 3 décembre à Romainville, de proposer aux élus locaux de les rencontrer aux fins de débattre avec eux de ces questions qui engagent l’avenir de notre territoire. De telles démarches doivent évidemment s’insérer dans la perspective d’une Constituante.

Nous vous adressons en pièce jointe un texte dont le contenu peut servir de base aux contacts avec les élus locaux. Celui-ci a déjà été envoyée sur le forum des cercles et sera mis prochainement sur notre site. Il faut, bien sûr, l’adapter aux réalités locales de votre cercle.

Espérant que les conditions vous permettent le maximum de rencontres et d’échanges fructueux.

Avons nous un gouvernement ? Un gouvernement de qui et pour qui ?

 La république française n'est pas les États-Unis.

Son gouvernement devrait rendre compte devant un Parlement élu.

Bonne ou mauvaise, appliquée ou pas, la constitution, loi des lois, statue que l'on gouverne, en premier et en dernier ressort, au nom du peuple français souverain.

Ce n'est pas ce que le bon peuple de France est appelé à contempler aujourd’hui.

L'apparence est bien d'un omni-président, en et hors la France, par la grâce de ces sommets internationaux non élus et qui ne cessent de donner des leçons aux peuples.

Et quelles leçons : plus de rigueur, moins de gaspillage, moins de services sociaux, plus d'impôts et plus de discipline!

Stop! Réfléchissons!

 Rien qu'en France, il y a plus de 65 millions d'habitants. Et quelque dizaines de personnes leur font la leçon. De quel droit? Sur quel mandat?

De la main droite, pendant quatre ans, le Président n'a de cesse de réduire un à un les pouvoirs et les moyens des élus et des collectivités locales. De l'autre, il leur transfère des charges non compensées et les encourage à s'endetter auprès des banquiers privés.

Au premier janvier 2012, il faut 20 milliard d'euros de crédits à trouver pour réaliser les budgets et programmes des collectivités locales.

En février, les banques refusent de prêter plus de 10 milliards...et encore, il s'agit des banques "publiques"...car les privées n'arriveraient plus à "se refinancer".

Et que propose l'omni-président ? Trois à cinq milliards de crédits! Une aumône! En fait, il ne peut plus rien faire. Il enfonce l'état dans des impasses qu'il a lui-même créées.

La France prendrait le chemin des États-Unis où les collectivités locales, interdites de crédit fédéral, sabrent dans les programmes sociaux, publics et d'entretien, ramenant en cinq ans le spectre de la misère de masse des années trente décrite par Steinbeck.

 Nous y sommes:

L'urgence bancaire nous précipite dans l'urgence sociale et celle-ci dans l'urgence politique, c'est à dire celle du pouvoir.

 Plus qu'ailleurs, en France, le peuple devient une foule inorganisée.

Au travers de révolutions, il a préservé un maillage serré d'organes qui le représentent: les 36 000 communes, les 500 000 élus locaux, les 4000 conseillers généraux. C'est ce maillage, ces rapports politiques et sociaux de proximité que, jour après jour, depuis 2007, la Présidence n'a eu de cesse de détruire.Et qui ne s'userait ...que si l'on ne servait pas.

Chaque membre de cercle, chaque lecteur de République ! et du site www.pouruneconstituante.fr,  est citoyen dans une commune, sa commune. Il peut y aborder ses conseillers municipaux et même son maire et entamer une légitime discussion sur ces thèmes...faute de quoi, quel serait notre attachement à un constituante ou nous n'aurions eu aucune part.

C'est ce petit pas minimum qu'il nous convient de faire sans nous laisser détourner par les campagnes de l’élection nationale en cours.

Nous rendrons compte de ces démarches, de vos, de nos démarches en ce sens.

Dans cette attente,

Salut républicain

Christian Berthier