Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

L'industrie agricole en crise et ses dégâts, pourtant un autre modèle existe

11800203_1466479013670835_1469422010012540449_n

L'endroit le plus dangereux du monde est le SUPERMARCHE...Fais passer le message !  voir la vidéo

 

11407178_10205443037369478_2391479409904274083_n  Accéder au blog ici  Page Facebook ici

La preuve par l'exemple, qu'un autre modèle est possible! ici 

Cagnotte pour le maintien à l'agriculture biologique et projets de la ferme paysanne ici 

 

L’union fait la force L’alimentation n’a jamais autant été au coeur de nos préoccupations, l’actualité nous le rappelle au quotidien.

Le plus grand viticulteur bio de France va planter 10.000 arbres en agroforesterie pour sauvegarder la biodiversité -

Voilà un nouvel exemple de projet qui va dans le sens de la transition d’un modèle agricole qui s'essouffle, vers une alternative durable et réfléchie. lire la suite

 

 

L'avenir de l'agriculture française : l'excellence alimentaire conjuguée au travail des réseaux sociaux utilisant les nouvelles technologies de communication c'est possible. Notre engagement de membre de la Société Civile est de proposer un autre modèle que celui qui ruine les producteurs et empoisonne les consommateurs.

 

9 ans déjà cet article: "Si elle veut rester une puissance agricole, la France doit vivre une nouvelle révolution verte. Deux voies s'offrent à ses paysans : la niche de qualité ou la chasse aux rendements. Et il n'y aura pas de place pour tout le monde..." lire la suite

Misons sur des intermédiaires proposant des circuits courts en réseaux coopératifs permettant à tous les acteurs des filières de recevoir une participation de revenu d'existence  pour leur contribution au travail de lien et de promotion de produits alimentaires sains. 

Les bonnes nouvelles

On est passé à l'herbe

Ce film a été réalisé dans le cadre du projet CASDAR "PraiFace" afin de faciliter les évolutions vers des systèmes herbagers économes et autonomes. Il raconte sur un ton humoristique l'évolution d'un agriculteur qui choisit de changer son système fourrager en allant vers plus d'herbe. voir la vidéo 

Des paysans bretons s’en sortent bien… en changeant l’agriculture

Plutôt que de casser des poternes d’écotaxe, les Bretons feraient mieux d’interroger le système productiviste qui les a conduit à l’impasse et à la crise. En Loire-Atlantique, des paysans ont choisi d’en sortir - et ils s’en sortent bien ! lire la suite 

Pierre Hinard, éleveur, ingénieur agronome, a travaillé dans un abattoir en Loire-Atlantique et a publié un livre "Omerta sur la viande", l'hiver dernier. Il dénonce la mainmise de la distribution sur les prix, qui selon lui, étrangle les éleveurs.

"Par la force des choses, c'est la pression de la grande distribution qui fait le prix", déplore Pierre Hinard, éleveur, ingénieur agronome et ancien salarié d'un abattoir en Loire-Atlantique, expérience dont il a tiré un livre "Omerta sur la viande". Il explique notamment que le mécanisme des promotions, décidées par les distributeurs, poussent les industriels à faire pression sur les achats hebdomadaires pour abaisser les prix. Ce qui finalement retombe sur l'éleveur. "Ce n'est plus l'éleveur qui fixe le prix, c'est l'industriel. Il y a 40 ans, c'était l'inverse. Mon grand-père, quand il vendait son beurre au marché ou sa vache sur la foire aux bestiaux, c'est lui qui fixait le prix", se souvient-il. lire la suite

Economie à Valeurs Ajoutées Humaines , Nouvelles Technologies de Communication et Gestion optimisée des Ressources Planétaires lire la page

Belgique : 1800 m2 de forêt où tout est comestible

à Mouscron, Josine et Gilbert Cardon ont planté une forêt entièrement comestible! A Mouscron, Josine et Gilbert Cardon ont planté une forêt entièrement comestible!

Il y a 5000 variétés de légumes et 2050 arbres différents. Aucun produit fongicide n’a été utilisé, aucun arrosage, aucun pesticide…lire la suite

La forêt comestible de Juan Anton- Jardinons ensemble

Dans le 5e épisode de leur web-série itinérante, ils présentent le jardin de Juan Anton Mora, un cousin espagnol du belge Jardin des Fraternités Ouvrières de Mouscron...
Bon sens, permaculture, récup et partage voici les ingrédients de cette forêt comestible foisonnante de ce monsieur de 78 ans qui transmet autour de lui une autre manière d’appréhender le futur. lire la suite 

Insolite - les éleveurs emmènent la vache Aline sur la promenade de la plage

Aline est une vache laitière. La confédération paysanne l'a transportée devant le panorama le plus photographié de la région pour interpeller les vacanciers du monde entier

Sur les flancs d'Aline, ce message écrit par les éleveurs de la pointe de Caux "on coule". Une action presque poétique.

Aline a empli ses naseaux d'air marin et s'est promenée docilement sans prêter attention à la célèbre aiguille d'Etretat. Les éleveurs ont, eux, pu capter l'attention des vacanciers tout en douceur.

La question de la politique agricole européenne, du prix du lait et du porc ont été expliqués. lire la suite

Projets Ecovillages rejoindre le groupe ici

Les mauvaises nouvelles

La face cachée de l’industrie laitière : un coût de 7,1 milliards d’euros pour la société

Le lait, c’est le champion des produits agro-alimentaires français. En bouteilles, en crèmes ou en fromages, il auréole les terroirs. En plus il rapporte et s’exporte. En consommer est vivement conseillé en matière de santé. Cette blanche réalité comporte pourtant des coûts cachés, ignorés des marchés, liés à un modèle de plus en plus intensif. Pollutions de l’eau, réchauffement climatique, précarité de l’emploi… L’économie du lait coûte cher à la société et à l’environnement. Une étude inédite tente d’en calculer les impacts et de lancer le débat. Car, en bio ou en AOC, produire du lait bien moins cher est tout à fait possible. Enquête et animation vidéo à l’appui. lire la suite 

Crise des éleveurs. Xavier Beulin, le président de la FNSEA sous pression

Alors que les éleveurs mènent des actions depuis 5 jours en France. Xavier Beulin, président de la FNSEA est pointé du doigt par Coordination rurale et la Confédération paysanne.

Ce vendredi c'est le cinquième jour du mouvement mené par les éleveurs en colère. Ils réclament un prix rémunérateur et pointent la grande distribution responsable de cette crise sans précédent.

Tous les syndicats agricoles partagent-ils le constat de crise pour l'élevage ? lire la suite 

Du poulet brésilien dans les plats bretons !

Les aviculteurs de la Coordination Rurale des Côtes-d'Armor se sont rendus lundi 22 juillet à l'entreprise Farmor de Guingamp, qui fabrique des plats préparés, afin de connaître la provenance de leurs approvisionnements en volailles.

Alors que les aviculteurs bretons agonisent financièrement - ils ont reçu le coup fatal la semaine dernière avec l'annonce de la fin des restitutions – ils ont fait une découverte scandaleuse !

90 % de poulets étrangers dans les frigos !

Le directeur du site, qui a reçu la délégation de la CR22, s'est dit très à cheval sur la traçabilité et l'origine des viandes. Il a insisté sur le fait que 40 % de la volaille utilisée provenaient de France et 60 % de volailles importées.

Sofiprotéol, acteur de la mort de l'aviculture en Bretagne

Farmor est une filiale de Glon Sanders, elle-même détenue par Sofiprotéol, société présidée par Xavier Beulin (qui est aussi accessoirement président de la FNSEA, syndicat qui se targue de défendre les agriculteurs !).
Au vu de la situation dramatique des aviculteurs français, la CR22 trouve intolérable que Sofiprotéol, financée par des cotisations  « volontaires obligatoires » prélevées aux agriculteurs, n'impose pas à ses filiales de privilégier l'utilisation de poulets bretons au lieu d'utiliser massivement du poulet d'importation. lire la suite 

Du poulet brésilien dans les plats bretons ! …exprimez-vous  ici 

Dégâts routiers. Plus de 500.000 € dans le Finistère

Les manifestations d'agriculteurs ont occasionné des dégâts importants sur les routes nationales dans plusieurs départements en France. Dans le Finistère, on en est déjà à au moins 500.000 euros. C'est une première estimation. "Pour l'instant, ce n'est qu'une première estimation. Mais je suis en train de chiffrer", explique Pascal Cornic, adjoint au chef de district (le département 29) de la Diro (direction interdépartementale des routes ouest). Et vers midi, il en était, pour le Finistère, à "environ 150.000 ou 200.000 euros d'enrobé, environ 50.000 euros de coût pour les glissières de sécurité endommagées, et peut-être 300.000 euros pour les quelque 2.400 m3 de déchets à évacuer". lire la suite 

Agriculteurs. 874.000 € de travaux et 788.000 € pour le Finistère

Ce vendredi, la Direction interdépartementale des routes de l'Ouest (Diro) a estimé à 874.000 euros de travaux afin de remettre en état les routes et autres infrastructures après le passage des convois d'agriculteurs en colère. > Tous nos articles sur la crise des éleveurs La note est salée ! Le montant des travaux liés au dégagement et à la remise en état de routes bloquées lors de manifestations d’agriculteurs dans l’Ouest la semaine dernière a atteint 874.000 euros, a indiqué, ce vendredi, la Direction interdépartementale des routes de l’Ouest (Diro). lire la suite 

Colère des éleveurs. Des poursuites engagées pour actes de vandalisme

Plusieurs centaines de milliers d'euros de préjudice pour les grandes surfaces après les actions des agriculteurs. Le préfet de Région qui promet des poursuites.

Patrick Strzoda, préfet d'Ille-et-Vilaine et de Bretagne, le dit haut et fort. Il n'y aura aucune impunité envers les agriculteurs et éleveurs responsables de vandalisme, de vols et autres exactions. "Toute action donnera lieu à des suites judiciaires" assure le préfet. lire la suite 

Manifestation des Agriculteurs du Tarn-et-Garonne à Montauban. La détresse pousse à la Violence #Tvlocale_fr

Malgré les annonces de François Hollande le 23 juillet en matinée, les agriculteurs et éleveurs de Tarn-et-Garonne ont violemment manifesté leur détresse dans les rues de Montauban.
Cette fois-ci la Préfecture était protégée par un important dispositif policier qui bénéficiait de l'appui d'une compagnie de CRS venue spécialement de Paris.
Les agriculteurs ont cette fois-ci sévèrement montré leur mécontentement envers des organismes tels que la MSA et le Crédit Agricole.
Comme sur l'ensemble du territoire les distributeurs étaient bien sur visés et de très nombreux dégâts ont été perpétrés sur certains établissements. Le magasin LIDL de Aussonne et les E.Leclerc d'Aussonne et Sapiac ont été ciblés.
Il faut pourtant se poser la question concernant l'acharnement sur l'enseigne Leclerc, alors que Auchan et Casino ont été épargnés ????   voir la vidéo

Le Durgeon : une rivière polluée par le lait déversé par les agriculteurs

C'est ce qu'on appelle un dommage collatéral. En Haute-Saône les agriculteurs ont marqué leur mécontentement en déversant 15.000 litres de lait sur le parking du Cora de Vesoul. Une partie de ce lait s'est retrouvée dans la rivière du Durgeon...

Inquiets, les pêcheurs de Haute-Saône le sont. Les actions des agriculteurs ne sont pas sans conséquences sur l'état de la rivière du Durgeon et par ricochet sur l'état des poissons. La situation est catastrophique. De nombreux poissons sont déjà morts et ça ne risque pas de s'arranger car le lait ne s'écoule pas. Lire la suite

Crise des éleveurs L214 réagit

À la suite du mouvement de colère des éleveurs français de ces dernières semaines, France TV s'est entretenu avec Brigitte Gothière, porte-parole de L214, au sujet du modèle agricole défendu par le gouvernement et de la situation de crise du côté des agriculteurs.

Extrait : France TV info : comprenez-vous la colère des éleveurs ?

Brigitte Gothière : La mobilisation montre bien leur détresse. Évidemment, il y a un gros problème par rapport à leur niveau de revenus. Ce sont des professions sous perfusion, avec des subventions diverses et variées. On a poussé ces éleveurs dans un modèle qui, économiquement, ne marche pas. On le voit, crise après crise, je ne sais pas ce qu'il faut comme preuve supplémentaire. lire la suite 

La révolte des paysans

La confédération Paysanne, un  » syndicat autrement écouter Patrick Figeac

La grande distribution est devenue un fléau mondial

« Comment un éleveur peut-il accepter de vendre sa viande 3,98€ et de la retrouver à 14,50€ sur les étals des grandes surfaces? Qui se goinfre au passage? Quand on est au bord du gouffre, on a le droit de s'en exaspérer. »

Alors que se poursuivent les manifestations d'éleveurs protestant contre les trop faibles prix de la viande qui ne leur permettent pas de couvrir leurs coûts de production, Périco Légasse analyse les raisons pour lesquelles le secteur agricole est en crise lire la suite

Notre engagement de membre de la Société Civile est de proposer un autre modèle que celui qui ruine les producteurs et empoisonne les consommateurs.

Misons sur des intermédiaires proposant des circuits courts en réseaux coopératifs permettant à tous les acteurs des filières de recevoir une participation de revenu d'existence  pour leur contribution au travail de lien et de promotion de produits alimentaires sains.

 

Il n'y a pas que l'agriculture en crise toute la société paie les frais d'une crise structurelle. L'Etat, les lois, les crises et les plans de réformes se succèdent mais que peut-on espérer des réformes perpétuelles sans remonter aux causes profondes : la pollution économique ?

Elargir le champ de la vision économique et de celui des reconnaissances institutionnelles : ( ex diplômes d'Etat ) au bon sens de la Société Civile

Tout doit commencer avec la « Démocratie économique évolutive » portée par la Société Civile. Voici pourquoi je rejoins les propositions de l'économiste Michel Laloux avec la mise en place de solutions pour sortir du système fabricant sans cesse du neuf avec du vieux et ses conséquences : la répétition des crises sans fin.

Passons aux actes : comment dépolluer l'économie ? voir la vidéo     

Suite de la page ici


Libérons l'économie réelle de la spéculation

Mettons en lien avec les réseaux sociaux : les consommateurs , les producteurs et tous les acteurs de la filière alimentaire de l'excellence ( intermédiaires , sociologues, juristes, économistes, nutritionnistes, médecins holistiques, naturopathes, scientifiques du vivant …) Donnons une participation de revenu aux acteurs des circuits courts coopératifs alliant le travail de la filière de la production et de sa commercialisation aux nouvelles technologies ouvrant l' économie vers des solutions pour les problèmes existants et ceux à venir.  lire la suite 

Changeons la donne : oui mais comment ?  C'est ce que nous allons voir ensemble 

Lien en Pays d'OC : qui sommes-nous ? activités, moyens, projet...voir la suite

Lien en pays d'OC participe à un mouvement d'étude économique porté par la Société Civile afin de dissocier l'économie de consommation de l'économie spéculative.

Lien en Pays d'OC s'appuie sur le développement économique afin d'assurer la souveraineté alimentaire comme ressource fondamentale de nos territoires ruraux.

Lien en Pays d'OC travaille en lien direct avec Démocratie évolutive cliquer ici

Constitution de groupe d'étude " Dépolluer l'économie"

  • Pour ne plus dépendre de la Banque Centrale Européenne qui ne dissocie pas l'économie de consommation de l'économie spéculative : une solution préconisée par Michel Laloux une expérience de création monétaire selon l'expérience WIR .

  • Fichiers PDF à télécharger et à diffuser recto verso