Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Une tri-articulation sociale entre producteurs, distributeurs et consommateurs pour construire son choix avec la création d'une Fondation respectant la qualité alimentaire

Merci à Jean Christophe Caron pour sa page

Considérer l'argent comme une marchandise que l'on vend et que l'on achète confisque sa réelle utilité d'échange. Comment la publicité des grands lobbies industriels qui s'inscrit dans la répétition spéculative pourrait ne pas donner à la qualité alimentaire une valeur stérile si l'échange n'est plus pris en compte ?  En illusionnant les consommateurs sur une qualité alimentaire stérile , ces derniers ne sont plus maîtres de leurs choix.
La qualité alimentaire est donc dépendante d'une organisation prenant en compte le choix du consommateur : la tri-articulation entre consommateurs-producteurs et distributeurs permet de réunir les acteurs d'une qualité alimentaire économique et démocratique .

L'argent peut devenir un mauvais maître
Qu’est-ce que vraiment l’argent ? Idées fausses sur l’argent. Argent comme instrument de mesure des valeurs économiques. L’argent n’est pas une marchandise. L’argent qui fait de l’argent, une tricherie qui engendre un mal social grave mais banal.
 
L'Économique, le Juridique, le Spirituel Pour un organisme social tri-articulé
99 ans après la naissance de la Tri-articulation sociale (Dreigliederung), sort le premier film exhaustif consacré aux idées sociales de Rudolf Steiner. Aujourd’hui, saurons-nous enfin tirer partie de ce qui constitue, pour l’humanité en péril, une authentique “troisième voie” ?
Première partie : “L’argent et l’économie” 
En VoD : Première partie, “L’argent et l’économie” 
Le coffret contient les sept épisodes de la série et les annexes dans un pack de 4 DVD doubles couches ( pour se procurer le coffret cliquer ici
 
L'association Lien en Pays d'OC offre gratuitement ( sur demande) la projection de films à toutes personnes ou groupes de personnes qui souhaiteraient approfondir L'Économique, le Juridique, le Spirituel Pour un organisme social tri-articulé
 

La tri-articulation sociale selon Rudolf Steiner n'est pas destinée à rester dans l'étude, elle doit accompagner des expériences et réalisations pratiques dans la troisième voie répondant aux défis de notre temps: les besoins essentiels de l'être humain faisant évoluer une économie globale basée sur les respects du vivant. 

 

  La qualité alimentaire est un thème qui nous mobilise au quotidien car nous mangeons tous et comme nous ne sommes pas des réservoirs d'automobiles ou autres moyens de locomotion avec les besoins d'être  remplis ; la nourriture devient bien plus qu'un carburant, car elle est en recherche permanente d'une nouvelle culture citoyenne associant  l'être humain et la société en devenir. 

L'aliment a des rapports avec les subtilités de la vie qui peuvent nous échapper dans un monde mécanisé et robotisé ou tout devient compétition, ou tout tend à s'accélérer en faisant perdre le temps de réfléchir .Sans polémiques en respectant l'expérience vécue de l'autre ; nous pourrons éviter bien des catastrophes si nous pensons ensemble une qualité capable :

  • d'entreprendre coopérativement des entreprises de filière "qualité alimentaire de la semence jusqu'à l'assiette " donnant la garantie d'emplois durables pour la consommation responsable en croissance permanente

  • d'éviter des frais maladies par la prévention mutualisée

  • de vivre une économie démocratique par la consommation responsable

  • de développer la gentillesse et le respect de l'expérience de l'autre conjugués au pouvoir de la réflexion commune .

  • de voter pour nos intérêts  "d'être humain" à sortir de la lutte des classes ou autrement dit à sortir du développement des fractures sociales.

  • de construire une troisième voie capable de ne plus perdre son temps dans les oppositions multiples tout en le gagnant à éviter les échecs des gouvernances publiques qui répètent le  'faire du neuf avec du vieux "

Dans une économie mondialisée , l'Etat doit évoluer pour assumer sa part de devoir : une fonction républicaine régulatrice entre les besoins de la machine robotisée et ceux de l'être humain . Pour y parvenir il doit arrêter de soutenir des institutions publiques prétendant accompagner des créations d'entreprises alimentaires durables alors que celles-ci n'ont jamais vécu la difficulté de création respectant les fondements du développement durable : social- écologie et économie face aux multi-nationales spéculant sur la malbouffe sans aucun intérêt pour ces trois principes fondamentaux. Quoi de plus fatal que de constater des échecs répétés et son lot de conséquences multiples : chômage précarité et misère si les subventions n'apportent aucun résultat sur l'évolution  de la qualité alimentaire économique et démocratique  ? Quoi de plus fatal que de constater le développement d'une dette publique si la gouvernance de l'Etat ferme les yeux sur les réalités préférant entretenir les illusions pour masquer les échecs  ? 

Si la gouvernance de l'Etat demande de voter pour respecter les trois idéaux républicains : liberté-égalité-fraternité, les citoyens ont la possibilité de construire leur choix pour une qualité alimentaire qui les touche directement.

Par la responsabilité citoyenne réunissant producteurs-consommateurs et distributeurs  : l'économie alimentaire évoluera vers la démocratie avec un noyau d'intelligence coopérative capable de reconnaître l'expérience constructive  vécue des créateurs de lien. 

Ce projet réunissant producteurs-consommateurs et distributeurs conduit à une fondation pour la culture "du citoyen à l'être humain" capable de faire émerger les créations et accompagnements d'entreprises d' une qualité alimentaire de la semence à l'assiette. Cette fondation redonnera l'espoir d'entreprendre par une nouvelle dynamique de services publics citoyens à partir de ceux qui ont déjà entrepris et évoluent dans leurs moyens d'entreprendre. 

La qualité alimentaire: un sujet qui préoccupe dès 1924    lire la page 
Vous pouvez soutenir cette action devenant la vôtre  
Votez la qualité alimentaire citoyenne ici   merci pour la démocratie évolutive. 

René Chaboy pour l'information, la communication et la mise en relation 

 Ma motivation et mes expériences

Cuisinier depuis 1967, créateur de magasins bio dès 1984 avec confection de plats cuisinés, ma démarche aujourd'hui est celle de faire reconnaître la place de l'aliment de qualité comme moyen de transformer l'économie.

Vous pouvez rejoindre l' Association Lien en Pays d'OC https://www.facebook.com/Association-Lien-en-Pays-dOC-864316386917450/ que j'ai fondé pour communiquer et mettre en relation consommateurs-producteurs et distributeurs pour construire le choix de cette qualité.

J'ai développé des réseaux sur le net pour partager ce projet d'utilité sociale, écologique et économique .

L'association  Lien en Pays d'OC ne reçoit aucune subvention publique

Un site permet d'informer sur le réseau à développer sur le thème qui nous concerne individuellement et socialement http://www.lienenpaysdoc.com/  

Mieux reconnaîre le cheminement de l'association Lien en Pays d'OC 

En 1993 cette association s'est formée dans ce magasin de vente et confection de plats cuisinés BIO Logiques que j'ai créé en 1984.

L'année suivante, je suis devenu animateur après une formation d'Economie Sociale et Solidaire qui m'ouvre à la pratique du lien social et du numérique et aux moyens à mettre en œuvre pour les cultiver.

Depuis plus de cinq années , je finance avec Christiane Roques le site de l'association Lien en Pays d'OC en milieu rural  tout en développant des réseaux sur le net.

Cela permet d'ouvrir des relations, des échanges d'informations et le développement du réseau pour la promotion d'une qualité alimentaire économique et démocratique . Ces échanges permettent au projet d'évoluer en invitant des intervenants impliqués depuis des années dans le prolongement de l'organisme tri-articulé et les idées sociales de Rudolf Steiner et de les faire vivre à notre époque dans des pratiques tenant compte des outils de notre temps et des problèmes liés à notre société en pleine transition . Cette société en transition appelle à l'engagement individuel vers le social et l'économie réelle pour innover et sortir de l'insertion dans une économie qui ne fonctionne plus à partir de sa base. La gouvernance des associations subventionnées et collectivités ne redistribuant jamais l'argent à un concept de base développé par les petites associations sans-grades ayant peu d'adhérents mais portant des concepts innovateurs, la vision de l'argent doit être revue par une approche spirituelle et vivante et non plus d'une manière égocentrique et faussée.

Comment finançons-nous l'association Lien en Pays d'OC ou comment avons nous déjà commencé une démarche économique démocratique et républicaine adaptée au temps à venir ? 

Nous avons choisi Christiane Roques et moi-même de ne pas perdre notre temps à la recherche de subventions puisque notre association est gérée par des « sans -grades » sans un nombre important d'adhérents et de ce fait sans réelle reconnaissance des décideurs et élus. Alliant l'idée à la pratique nous évitons les dépenses de tabac et alcool ainsi que celles de l'alimentation quantitative  gorgée  de substances chimiques afin de prévenir l'endormissement de nos consciences, de  nos dépenses maladies que les mutuelles devront payer . Ces économies nous permettent d'investir les frais associatifs nécessaires à la gestion de l'information publique que nous pouvons partager avec nos concitoyens pour les temps à venir, malgré nos revenus modestes.

Notre projet est de développer cette cellule de l'information respectant les trois piliers fonfamentaux du développement durable social-écologie et économie en faisant émerger la nécessité d'une fondation pour les biens communs : une qualité alimentaire économique et démocratique .  

L'expérience de cette information de bien commun ouvre l'indispensable Fondation pour une qualité alimentaire et démocratique 

Le fait de ne pas passer son temps à la chasse des cotisations d'adhérents et de subventions que cumulent certaines institutions publiques pour des services finissant par tomber en panne , permet d'ouvrir en priorité aux plus démunis le temps de l'information liée à la qualité alimentaire comme moyen fondamental de l'économie et de la démocratie manquant à notre société . A partir de cette information , nous pourrons adapter les besoins de santé, les demandes de consommateurs responsables aux structures durables indispensables à la construction de nouvelles filières sans rester figés dans les anciennes qui nous coûtent en dette publique , en chômage et en misère humaine. La fondation pour une qualité alimentaire économique et démocratique permettra aux personnes les plus aisés de placer leurs économies dans ces structures qui emploieront des métiers  favorisant  la prévention santé en évitant toutes les substances chimiques qui abaissent la conscience, élèvent nos frais maladie et nous ferment dans les oppositions stériles voire violentes que connaît aujourd'hui « Notre France ». 

 

Anna Lappé

La directrice et fondatrice de Small Planet Institute et de Small Planet Fund

Anna Lappé est une auteure à succès et conférencière recherchée, très respectée pour ses travaux sur la durabilité, les politiques alimentaires, la mondialisation et les changements sociaux. Elle est la directrice et fondatrice de Small Planet Institute et de Small Planet Fund et elle est depuis plus de dix ans, une actrice clé avec laquelle il faut compter dans le mouvement international croissant en faveur de la durabilité et de la justice dans la chaîne alimentaire. Son livre le plus récent est Diet for a Hot Planet: The Climate Crisis at the End of Your Fork and What You Can Do About It (Bloomsbury). ( lire la suite 

 

site internet montauban