Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

"Le biomimétisme : s'inspirer de la nature pour innover durablement".Le biomimétisme et les circuits courts coopératifs

11138574_881452545223281_5085235537934797617_n

Guy Tarade
La machine peut faire le travail de cinquante personnes ordinaires, mais elle ne peut pas faire le travail d'une personne extraordinaire.
Robert Cringely    La fleur du matin ici 

"Le biomimétisme : s'inspirer de la nature pour innover durablement".

Audition de M. Idriss ABERKANE, professeur à Centrale-Supélec, chercheur à Polytechnique, chercheur affilié à Stanford et Ambassadeur de l'Unitwin/unesco pour la section "Systèmes Complexes", auditionné par la Section de l'environnement du CESE voir la vidéo

Blue economy ou comment préserver la Planète bleue ?

La Blue economy, c’est, à l’origine, le bébé de Gunter Pauli, ancien dirigeant d’entreprise, fondateur d’Ecover, producteur de savons et lessives biodégradables. Gunter Pauli  s’est aperçu que la promotion de ses produits dits « verts » allait finalement de pair avec la déforestation, liée à la production d’huile de palme.

L’économie verte est, selon lui, pavée de bonnes intentions mais est bien souvent synonyme de transfert de pollution. Plutôt que de se morfondre, il prend son bâton de pèlerin pour imaginer un monde pérenne.

Plus que des innovations technologiques, les adeptes de la Blue economy estiment qu’il est plus qu’urgent d’adopter de nouveaux business models. Fini, la profitabilité à outrance, sans se soucier des externalités issues des activités économiques. La notion d’écosystème est la clef de voûte de la Blue economy. Celle-ci veille à combiner la rentabilité (une entreprise n’a pas vocation à faire des pertes financières), la soutenabilité (en supprimant ou en transformant les impacts environnementaux et sociaux) et la technologie (R&D, biomimétisme). Elle intègre les « dégâts collatéraux » - plutôt que de les ignorer – et les transforme en opportunités.  lire la suite 

Nadine MASSARD : «Chaque territoire a vocation à innover»

L'innovation en France ce n'est pas le dynamisme des métropoles contre le désert dans le reste du pays. Chaque territoire, proche ou éloigné des centres de décision, urbanisé ou rural, est potentiellement en capacité d'innover sous une forme ou sous une autre. Nadine Massard, Professeur des Universités à l'Université Pierre Mendes France de Grenoble et présidente d'EuroLIO, dessine la carte de l'innovation dans les territoires qui donne à voir un paysage précis tant sur les stratégies d'innovation que sur les conditions de leur déploiement.

CCI France : Qu'est-ce qu'un territoire innovant ? Comment distingue-t-on la capacité d'innovation d'un territoire ?   lire la suite 

Et chaque territoire peut se lier à ce mouvement du biomimétisme : innover plutôt que continuer à répéter la croissance de la destruction  écologique et économique

 Le biomimétisme et les circuits courts coopératifs pour une alimentation saine et sans déchets .

Les circuits courts en parallèles ne se rencontrent jamais, ils se portent même concurrence, en se croisant, ils se prolongeront dans l'esprit coopératif d'innovation pour s'ouvrir à des routes de plus en plus larges. Dans l'esprit de répondre à une demande identifiée, ils ouvrent un champ d'expérience pour adapter la production alimentaire au défi climatique .

Les circuits courts actuels, limités le plus souvent à du bénévolat ou des emplois précaires s'appuieront sur des créations d'emplois durables ( travail rémunéré) provenant de ces ouvertures coopératives. Chaque travail de la filière alimentaire doit être reconnu par une création de revenu d'existence , une construction juridique et économique adaptée à cette co-construction( actuellement en cours avec l'utilisation d'internet des réseaux sociaux) sortira les filières de la concurrence pour élargir leurs compétences à des coopératives de biens communs. Face à toutes les conséquences liées à la croissance de ventes de produits ne correspondant pas à une demande réelle, la demande montant de la base de la consommation permet à la distribution de rétablir la recherche de l'équilibre entre l'offre et la demande et vice-versa , et d'innover des circuits courts coopératifs de la semence jusqu'à l'assiette en s'orientant dans le respect de l'écologie, de l'économie et des Valeurs Ajoutées de Ressource Humaine. Des cultures collectives et spécialisées d'un territoire ( ex culture de chanvre ou autres semences à expérimenter innoveront les cultures de demain face au changement climatique. Les outils de gestion de gouvernance d'une nouvelle logistique se font déjà avec la pratique quotidienne des outils des nouvelles technologies de communication, il reste à dépasser le dogme actuel de chefs de projets ( emplois subventionnés en CDD déconnectés de cette pratique de recherche quotidienne et durable de recherche d'équilibre entre l'offre et la demande ) indispensable à l'économie réelle de l'innovation.

depolluerleco_cover_site_2Lien en pays d'OC participe à un mouvement d'étude économique porté par la Société Civile afin de dissocier l'économie de consommation de l'économie spéculative.

Lien en Pays d'OC s'appuie sur le développement économique afin d'assurer la souveraineté alimentaire comme ressource fondamentale de nos territoires ruraux.

Lien en Pays d'OC travaille en lien direct avec Démocratie évolutive cliquer ici

Constitution de groupe d'étude " Dépolluer l'économie"

  • Pour ne plus dépendre de la Banque Centrale Européenne qui ne dissocie pas l'économie de consommation de l'économie spéculative : une solution préconisée par Michel Laloux une expérience de création monétaire selon l'expérience WIR .

  • Fichiers PDF à télécharger et à diffuser recto verso

Lien en Pays d'OC : qui sommes-nous ? activités, moyens, projet.... Voir la suite

 


site internet montauban