Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Emplois et chômage

2018 : le chômage, maladie sociale persistante .

Le chômage augmente de 0,4 % au troisième trimestre

Les chiffres dévoilés ce jeudi par Pôle emploi confirment la hausse de ces derniers mois. En un an, le chômage en catégorie A, B et C a augmenté de 0,6 %.

Source AFP

Comme on le craignait, les chiffres trimestriels du chômage publiés ce jeudi par Pôle emploi ne sont pas bons, en hausse de 0,4 % par rapport au trimestre précédent dans les catégories A, B et C. Plus grave, la tendance est aussi à la hausse par rapport à la même période de l'année dernière avec une augmentation de 0,6 % sur un an.  suite

Le chômage en hausse nouvelle surprise ou nouvel échec d’une nouvelle mesure ?

J’ai participé dans ma commune aux ateliers « Zéro chômeurs longue durée », sans aucune suite , ce temps de réflexion doit-il être considéré comme un nouvel échec ?

Comment le chômage pourrait-il baisser si la gouvernance du système permet à certaines institutions découlant de pouvoirs publics ou associations consommatrices d’argent public ou porteuses de projets limités à des clans d’appeler au bénévolat perpétuel ? De nouveaux postes portant des solutions coopératives rémunérées en réponse aux besoins des habitants et consommateurs redistribueraient la reconnaissance du travail de l’inutile vers l’utile par l’économie réelle en faisant émerger des entreprises éthiques.

Le financement de nouveaux postes est au cœur du problème du désengagement des bénévoles.
En priorité posons-nous la question pourquoi les citoyens se déresponsabilisent dans le domaine associatif tel qu'il est géré globalement ? On leur demande d'être bénévoles mais comment peut-on rester bénévole à vie quand celle-ci devient de plus en plus chère ? La question n'est donc pas de demander des responsables bénévoles pour obtenir des subventions ( sans aborder de comment la gestion publique de l'association est faite ; les comptes souvent ne sont pas publiés ) mais de se poser la question de comment l'engagement responsable pourra être reconnu et permettra de rémunérer de nouveaux postes sinon les citoyens se détourneront fatalement de l'engagement qui ne sert pas l'emploi ( c'est à dire le travail rémunéré pour les biens communs et l'avenir d'un village d'un territoire ). Qu'est ce qu'un bien commun ? voir la suite
Tout travail mérite revenu et  la réflexion prioritaire est celle de trouver le moyen de financer la rémunération de l'engagement coopératif pour les biens communs .
C'est le travail que nous faisons actuellement avec un groupe d'engagés responsables ce qui permettra d'obtenir des fonds de dotation avec la participation d'une banque éthique pour créer des emplois ( c'est à dire en rémunérant le travail ) .

Commentaires-Commentaires-Commentaires-Commentaires-Commentaires-Commentaires-

Anne POIRIER - FEV Urbaniste ESS chez Coopaname - Freelance collaboratif - Missions secteurs public & privé

Très vrai ! Arrêtons de croire que le bien commun doit reposer sur le bénévolat !

Nikolaz Chassé KAM Food Service France / Urban Farmer

Le pb en milieu associatif c'est que la politique prend souvent le dessus et les idéaux initiaux ne sont plus défendu dans le même objectif...

Le 16/09/2018 à 15:14, Jean - Claude Groc a écrit :

Sur ce sujet, il me semble nécessaire de dénoncer, le chantage qu'opèrent certaines collectivités pour imposer leurs contraintes en échange de subventions ce qui aboutit à faire du secteur associatif un collaborateur "bon marché" des dites collectivités.

 

Travailler plus ou travailler mieux en créant des emplois durables ?

Une économie alimentaire de qualité est souhaitable pour la santé individuelle et collective.

Des emplois sont possibles dans cette dynamique ; à condition que nous sortions coopérativement du système Business qui forme, conseille, coach sans travailler la construction d' un réseau transversal et social avec les chercheurs d'opportunités nouvelles.

De bonnes raisons raisons d'innover une  voie issue de la société civile . Cette voie intégrera les consommateurs , les distributeurs afin de coopérer à construire une économie alimentaire de qualité avec la production : pour qui et pourquoi produire ?

Pourquoi soutenir le réseau Biocoop pour entreprendre autrement ?

Dans notre village les tentatives de création de commerces et d'entreprises échouent . Seules ou mal accompagnées par des instances qui n'ont jamais pratiqué  elles-mêmes l'entreprise économique  , ces tentatives disparaissent  parce qu'elles ne s'appuient pas sur un réseau coopératif de biens communs avec le sens de l'éthique et de  l'équitable. Lire la suite

Constat après plusieurs réunions à Caylus 82160

Des journées ont été organisées par Lien en Pays d'OC dans l'objectif de réunir producteurs, consommateurs et distributeurs autour d'un projet coopératif pour une alimentation de qualité . Des personnes intéressées par le thème alimentation de qualité sont passées dans ces réunions mais un réel travail de groupe n'a pu encore se mettre en place.

Les différents points de vue n'ont pu définir un temps de travail collectif afin de construire une méthodologie définissant une organisation locale portée par la société civile, cependant un projet coopératif dans le prolongement sera proposé aux correspondants des groupes constitués avec Facebook, LinkedIn , Viadéo, Twitter, Horyou, Google ainsi qu'avec les listes mailing .

Des propositions pour un point de vente local, site multi-boutiques ont été abordées sans retenir une réelle volonté commune de travailler une suite à partir de la distribution. Les informations concernant l'investissement des grandes enseignes : Leclerc, Carrefour et les autres dans le BIO devraient cependant rapprocher les producteurs, consommateurs responsables et distributeurs sur cette notion de qualité alimentaire de la semence aux déchets. La prolifération soudaine du BIO et de ses nombreuses étiquettes pose cette question fondamentale sur la qualité alimentaire : avec quels producteurs et quels produits  ?

Après toutes les informations diffusées et les réunions organisées en suivant le thème de la qualité alimentaire et des actualités générales de l'alimentation que vous pouvez retrouverez sur le site Lien en Pays d'OC en page d'accueil  et sur le fil d'actualités

nous sommes en mesure de proposer ce projet coopératif : " Libérons coopérativement les semences! Nous libèrerons la vie alimentaire économique de qualité avec les consommateurs responsables  " voir la suite 

Une nouvelle gestion pour rémunérer des postes d’activité est indispensable si nous voulons concrètement favoriser cette lutte interminable contre le chômage .

Je me suis engagé dans l'Office intercommunal de Tourisme de Caylus voici quatre ans avec ma compagne Christiane Roques. L'OT de Caylus était géré par une association de loi 1901 et avait en caisse 9000 euros .

Nous avions décidé en commun de faire une fête des plantes .J'ai proposé de faire la communication gratuitement avec le site que nous finançons avec Christiane  . Ce site permet de développer un réseau avec internet ( Linkedin , Facbook , Horyou, Twitter...) . La première année nous avons réussi à éviter la stupide dépense que certains voulaient faire en payant une campagne publicitaire à la Dépêche . Cette campagne montait à 7000 euros, je n'étais pas d'accord sur le montant de la somme d'une part et d'autre part sur le fait que le patron de la Dépêche était à l'époque JM Baylet , aujourd'hui c'est son épouse qui aurait pris la relève.

Le fait que la première édition des Floralies avait bien fonctionné , nous avions pensé avec Christiane nous engager dans le bureau de l'OT de Caylus , certains membres appelant à recevoir de l'aide dans cette association. Nous avions pensé que puisque aucune dépense avait été faite en communication nous aurions pu envisager de rémunérer des postes pour l'organisation des stands pas pour nous faire payer nous ( Christiane et moi-même ) mais des personnes cherchant à se rendre utiles pour développer le projet tout en recevant une contre-partie car le bénévolat ne sera pas une solution pour vaincre le chômage ( comme certains élus prétendent réussir en faisant le contraire) .

Lors de l'AG de l'OT intercommunal de Caylus , le maire de Caylus est venu accompagné d'un bon nombre de personnes ( maires , et surtout de ceux qui n'avaient pas digéré l'échec de ne pas payer la campagne publicitaire à la Dépêche ) . Bien sûr je ne pouvais que démissionner suivi de Christiane .

Face à cette expérience , j'ai appris à prendre du recul et notamment en tant que membre du Conseil Pays Midi Quercy du fait que le Pdt du Plan d'Equilibre Territorial Rural de Pays Midi Quercy est actuellement le maire de mon village . Je suis resté encore quelque temps sous sa présidence puisque j'occupais depuis près de 5 ans la place de Membre du Conseil de ce PETR ,cela m'a permis de constater que nous étions pour les rares de la Société Civile que quelques potiches qui devaient suivre les plans , projets élaborés par nos décideurs conseillés par des entreprises ou hyper-associations qui veulent avant tout faire leur profit . Une fois de plus j'ai renoncé à poursuivre cette expérience.

Le village de Caylus perd les nouveaux commerces qui s’établissent 2 ou 3 années après leurs créations, les projets se succèdent et échouent , ils deviennent de plus en plus coûteux et la mairie de Caylus 82160 est une des plus mal notées de l'Argus des communes par contribuables associés pour les dépenses . Pour les bons curieux voir le site. Le village de Caylus meurt économiquement parce que la vie coopérative en réseaux ne rentre pas dans la culture ni des habitants , ni des élus, ni des responsables d'associations ni des petites entreprises.

Personnellement avec Christiane nous comprenons pourquoi , car nous avons pu expérimenter des relations avec les pouvoirs publics de ce village . Les pouvoirs publics conjugués aux intérêts d'entreprises antisociales ne respectent pas ( bien que recevant des subventions pour le développement durable ) sa charte .

Rappelons cette charte

Le développement durable est « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs », citation de Mme Gro Harlem Brundtland, Premier Ministre norvégien (1987).
En 1992, le Sommet de la Terre à Rio, tenu sous l'égide des Nations unies, officialise la notion de développement durable et celle des trois piliers (économie/écologie/social) : un développement économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable. 

Lorsque l'argent public reçu pour le développement durable se transforme en soutien à des projets éphémères puisqu'ils disparaissent presque aussitôt (malgré les subventions accordées par les pouvoirs publics préférant soutenir le mauvais sens que suivre le bon celui de l'économie ) , la dette publique devient le point fondamental de l'effondrement que nous subissons et qui s'accentuera tant que les décideurs décideront mal . L'opposition doit devenir constructive, coopérative notamment en ne se contentant pas de proposer des politiques contre un ou contre l'autre à la tête d'un parti mais en participant POUR une troisième voie celle avec les citoyens qui respectent les engagements sociaux.

Plusieurs fois avec André Bellon , nous avons discuté de la nécessité de faire émerger un cercle local de constituante , lui-même étant toujours prêt à descendre pour une conférence ; mais malheureusement dans notre territoire nous nous rendons bien compte que pour l'instant les consciences ne sont pas prêtes. La réaction n'est pas encore présente dans les esprits. 

ça bouge avec Liens en Pays d'Oc !

  • 1
  • 2
  • 3

La paix indispensable pou…

La paix indispensable pour la vie sociale et le climat, les armes tuent les hommes et polluent

  De Patrick Jimena 11 Novembre  voir ici    Commémoration du centenaire du 11 Novembre ( 1918-2018) L’armistice du 11 Novembre 1918 sonnait-il la victoire des armées ou...

Conscience citoyenne pour…

Conscience citoyenne pour la cogestion de l'information, des biens communs dont la sécurité

La Place des citoyens dans chaque commune « Aidons les paysan-ne-s à s’installer : non à la réforme du VIVEA ! » Par Confédération paysanne Pétition adressée à...

Le lien entre association…

Le lien entre associations et groupes de citoyens pour les biens communs évite le développement de la dette publique.

Désurbanisation maximum Pierre Lacroix présente en aout 2017 son mémoire de fin d’études : "Paysages résilients, Approche systémique du Territoire post-effondrement". Il livre ici ses réflexions...

Près de Narbonne : Malves…

Près de Narbonne : Malvesi, un incident anodin ? La centrale de Fessenheim exposée à un risque majeur ?

Près de Narbonne : Malvesi, un incident anodin ? Pierre Péguin, 25 septembre 2018 Voici ce qu’on pouvait lire dans la Dépèche du 24...

Le financement de nouveau…

Le financement de nouveaux postes est au cœur du problème du désengagement des bénévoles.

En priorité il faut se poser la question pourquoi les citoyens se déresponsabilisent dans le domaine associatif tel qu'il est géré globalement ? On leur...