Vinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.xVinaora Nivo Slider 3.x

Infos à la Une

site internet montauban

Labo de Recherche et d'Innovation de la Société Civile pour l'alimentation-nutrition et prévention santé face au changement climatique .

imagelien

Des paroles qui ont du sens

La volonté ne se délègue pas. Rousseau La fleur du matin

La démocratie alimentaire : “La vie ne peut devenir la propriété d’entreprises” Vandana Shiva lire la page 

Il faut réenchanter le monde . Claude Bourguignon   voir la vidéo

 

Hier je suis allé à cette conférence ici . Des interventions de projets territoriaux en Midi-Pyrénées , laquelle région est en marche pour se relier à Languedoc-Roussillon ont été filmées,  elles seront diffusées dans ce groupe et le site lienenpaysdoc.com

A la suite de cette matinée de rencontres et pour favoriser le développement de projets territoriaux,  je propose la mise en place d'un Labo de Recherche et d'Innovation de la Société Civile pour l'alimentation-nutrition et prévention santé face au changement climatique . Ce labo viendra s'ajouter au site lienenpaysdoc.com en activité depuis plusieurs années, ensemble nous pourrons le rendre plus coopératif, plus attractif en le complétant par une plateforme "crossmédia" . Vous trouverez le descriptif de cette plateforme quelques lignes plus loin.

Pour l'instant revenons à ce thème qui nous préoccupe toutes et tous le Développement de l'information sur l'alimentation -nutrition prévention santé et de la production face au changement climatique pour répondre à une émergence des nouvelles maladies.

Bruxelles et les lobbies transnationaux favorisant à priori  une économie d'intérêts privés ne seront pas capables d'assurer des emplois et des revenus durables dans ce secteur et comment pourraient-ils le faire, après nous avoir conduit dans les directions que nous déplorons toutes et tous. Nous devons compter sur l'implication des citoyens engagés face à ce défi. Vous pouvez venir nous rejoindre dans ce groupe de Recherche et d'Innovation pour co-construire des pistes de développement social et économique durables et participer par vos propositions .

Rejoindre le groupe sur facebook ici

Qui suis-je où vais-je?

Je me suis engagé dans cette voie de recherche et d'innovation en 1982 , année ou je créais un magasin bio , puis deux années plus tard j'ajoutais une confection de plats cuisinés . Cuisinier depuis 1967, jai pû à partir des constats négatifs de l'industrie alimentaire , quitter ce système pour imaginer d'autres voies alimentaires possibles . Dans le mouvement bio;  j'étais bien placé puisque nous avions organisé avec des producteurs de Midi-Pyrénées de fréquentes réunions à Toulouse pour innover dans ce secteur si fondamental de la souveraineté alimentaire. Depuis, l'idée a fait son chemin, vous êtes nombreuses et nombreux à venir nous rejoindre , des associations défendent l'humain et la biodiversité contre la privatisation du vivant et face aux grands lobbies transnationaux, ces défenses s'organisent sur toute la planète, la Société Civile se met en marche

Pour ceux qui doutent que nous puissions ensemble, co-construire une souveraineté pour une démocratie alimentaire, je vous communique cette méditation sur le pouvoir de l'engagement .

"Tant que nous ne nous engageons pas, le doute règne, la possibilité de se rétracter demeure et l'inefficacité prévaut toujours. En ce qui concerne tous les actes d’initiatives et de créativité, il est une vérité élémentaire dont l'ignorance a des incidences innombrables et fait avorter des projets splendides. Dès le moment où on s'engage pleinement, la providence se met également en marche.

Pour nous aider, se mettent en oeuvre toutes sortes de chose qui sinon n'auraient jamais eu lieu. Tout un enchaînement d'évènements, de situation et de décision crée en notre faveur toutes sortes d'incidents imprévus, des rencontres et des aides matérielles que nous n'aurions jamais rêvé de rencontrer sur notre chemin.

Tout ce que tu peux faire ou rêver de faire, tu peux l'entreprendre. L'audace renferme en soi génie, pouvoir et magie. "

Débute maintenant. Goethe.

 

Que mangerons-nous, que mangerons nos enfants dans un avenir proche ?

Continuerons-nous à manger autant de viande , de produits laitiers , boire autant d'alcool malgré l'augmentation de la température ?

Continuerons-nous à persévérer dans la culture de la vigne ( malgré les nombreuses maladies dont-elle est victime) ou tenterons-nous d'innover et de développer de nouvelles boissons ?

Mangerons-nous des insectes sans se soucier des invasions d'insectes qui apportent aussi des déserts puis des famines ?

Chercherons-nous à développer des forêts d'incroyables comestibles, la permaculture , la biodynamie et l'agroécologie solidaires qui allient au métier de nourrir celui de limiter l'effet de serre par la plantation de haies et d'arbres ?

Face à la croyance , la conscience ne peut se construire et la confiance ne peut régner 

Christian Tal SCHALLER (www.santeglobale.info) montre comment les dogmes de l'empire vaccinal se sont tous effondrés...une nouvelle époque de responsabilité individuelle de sa santé peut commencer !   voir la vidéo

En cette période de doute et de confusion , les phrases toutes faites se répètent  martelant nos oreilles, le monde «  marche sur la tête » ou « tourne à l'envers ». Bien que l'alimentation touche en priorité nos organismes, le monde de la malbouffe persiste et l'organisme social partant de la responsabilité individuelle peine à se réformer, à innover un monde de l'économie réelle : celle qui touche les priorités et les besoins essentiels, une économie qui favorise la coopération plutôt qu'une compétition pour une croissance sans fin de richesses artificielles. De nouvelles solutions face au changement climatique et à l'augmentation des populations sont déjà portées par des groupes de citoyens engagés et non élus . Continuerons -nous à subir ce terrible fléau  de la malbouffe tournant constamment à l'envers pour enrichir des actionnaires , la finance spéculative et  l'économie artificielle malade du chômage permanent ?

En s'appuyant sur nos volontés, nos capacités , nos engagements accompagnés par des nutritionnistes , médecins holistiques, naturopathes : le retournement  se donnera les moyens de produire en fonction des besoins identifiés par les consommateurs de la Société Civile faisant l'effort permanent pour gérer la prévention santé. Innover de nouvelles formes de coopératives d'achat et de distribution en partant de la demande de consommateurs avertis des dangers alimentaires ( comment les reconnaître pour les éviter )  est la base fondamentale pour retourner la malbouffe . Satisfaire une industrialisation productiviste appuyée par sa chaîne de publicités manipulatoires, entraînant gaspillages  coûtent de plus en plus cher aux consommateurs, des services de plus en plus inutiles s'ajoutent en créant des postes pour continuer à servir ce système issu du mythe de la croyance d'une science sans con-science ne reconnaissant et ne payant jamais ses erreurs ; oubliant la priorité : celle de nourrir en excluant de sa gouvernance le consommateur, le rendant perpétuellement passif et malade.

Subirons -nous la gouvernance de la malbouffe des grands lobbies industriels responsables en grande partie du réchauffement climatique, réduisant la nature et sa biodiversité vivante à des mécanismes à exploiter ; imposant aux peuples des dogmes de gouvernance archaïques ou développerons-nous des moyens pour co-construire un modèle coopératif porté par la Société Civile de la semence jusqu'au recyclage faisant émerger et pousser de nouvelles fermes et maraîchages coopératifs dans nos territoires afin de garantir une sécurité alimentaire adaptée aux maladies sans cesse émergentes ?

Pour se donner des moyens de coopérer , voici cet espace Labo de Recherche et d'Innovation de la Société Civile pour l'alimentation-nutrition et prévention santé face au changement climatique il  permettra de faire part de vos expériences et de vos propositions . Le site Lien en pays d'OC depuis plusieurs années édite des articles, expériences issues d'initiatives non gouvernementales ( Il n'a jamais reçu de subventions) vous pouvez cependant retrouver de nombreux articles gratuitement en utilisant le moteur de recherche.

Vu les constats des résultats négatifs et répétitifs obtenus depuis plusieurs décennies , les incohérences et les fractures entre les élus et les acteurs de la Société Civile face aux mauvais investissements , corruptions et misère sociale, le développement du chômage persiste . Un élargissement du site par une plateforme « crossmédia » est proposé pour que des initiatives transversales issues du terrain puissent se démultiplier en interactivité,  en tenant compte du travail engagé des internautes et de leurs réseaux sociaux dans divers territoires.

Le Labo de Recherche et d'Innovation de la Société Civile pour l'alimentation-nutrition-prévention santé viendra compléter la plateforme «cross média » à l’intérieur duquel nous intégrerons des vidéos, des photographies et du son.

C’est une architecture Internet, novatrice, originale, conviviale et interactive, dédiée aux médias audiovisuels, essentiellement vidéo, photographiques et sonores.

Ce support permet de rendre ludique et très accessible une matière variée. Au travers de ces médias dans une plateforme ouverte accessible à tous pour la diffusion, l’idée est de connecter les producteurs et les consommateurs.

Permettre le lien à partir des témoignages de producteurs de clients particuliers et collectivités (cantines, restaurants).

Comprendre l’implication de chacun dans les circuits courts, l’agriculture en production biologique, favoriser l’acte d’achat militant sur un territoire afin de Co--‐construire l’avenir alimentaire.

Cordialement René Chaboy gérant du site lienenpaysdoc.com

Rejoigner le Labo de Recherche et d'Innovation de la Société Civile pour l'alimentation-nutrition-prévention sur facebook

La France face au réchauffement climatique : fatalité ou opportunité ?

La menace ne pèse plus seulement sur les générations futures : elle est réelle, concrète, elle a lieu ici  et maintenant. Partout dans le monde, y compris dans un pays dit "tempéré" comme la France.

Cette journée spéciale climat sur France Culture, et cette journée mondiale de l'environnement sont l'occasion de nous pencher sur les conséquences concrètes du changement climatique en France : à quoi va ressembler notre pays ses régions, son littoral, son agriculture, ses villes... en 2050, et après ?  écouter l'émission 

A l'heure du réchauffement climatique quelle responsabilité possible entre les transnationales privées et leurs actionnaires, entre les associations des sphères locales&internationales de la Société Civile ?

Biens communs , intérêts privés comment sortir de la confusion actuelle, quand des associations informent le public des dangers alimentaires avec des fonds personnels et quand des boîtes privées reçoivent des subventions publiques pour des produits douteux voire dangereux pour la santé ? Et le consommateur dans tout cela ? Combien de fois doit-il payer la note pour une chaîne de malbouffe et des services qui se rajoutent en apportant une qualité de plus en plus mauvaise et dont il ne veut plus ?

Quel choix responsanble , l'Etat français devra-t-il faire preuve pour faciliter les projets de biens communs basés sur les réels intérêts publics tout en abandonnant l'aide aux  intérêts privés, l'enrichissement personnel dans la gouvernance actuelle du fonctionnement de la Vème République ?

Le Labo de Recherche et d'Innovation de la Société Civile pour l'alimentation-nutrition et prévention santé face au changement climatique a pour objectif de passer d'une croyance passive  à la co-construction d'un système volontaire et d'engagement de la consommation basé sur la conscience et la confiance .

11209383_656898031111820_5598604473569375656_n la photo de Paul Sans

Bien que la publicité répète en permanence «  Votre grand magasin est à votre service »,  la duperie permanente et le contresens est la base fondamentale d' asservir pour faire survivre un système dogmatique plus proche des intérêts spéculatifs que du souci de bien nourrir les consommateurs .

Le géant de la distribution n'achète-il pas pour s'installer les appuis d'élus pour de grands projets de créations massives d'emplois ? La folie des grandeurs n'enfume-t-elle pas les consciences pour laisser des réalités bien concrètes néfastes autant pour les élus que pour les consommateurs : des marchandises invendues, des gaspillages, de la pollution et du bétonnage...

Papiers publicitaires , s'accumulent dans les poubelles , chaîne réfrigérante , de congélation, d' irradiation pour la conservation de mauvais produits s'ajoutent à une " clim  "  qui fait chuter la température à l'intérieur d'une surface de distribution, en l'augmentant à l'extérieur le géant de la distribution  contribue  largement au réchauffement climatique . Le consommateur pris en otage par ce système qui s'est construit " pour lui sans son engagement ,  paye les notes qui s'ajoutent en développant en plus, son chômage local puisque les produits sont fabriqués dans un ailleurs parfois très lointain.

L'idée publicitaire qu'il suffit de changer d'étiquette pour vendre mieux ne change pas la qualité, le client est  trompé...mais la méthode poursuit  son chemin.

Un ramassis de laits en poudre venant de plusieurs pays, plutôt que le bon lait venant directement du paysan éleveur illustré sur la belle image collée sur la boîte est la réalité masquée d' une qualité douteuse voire inexistante. Faite pour vendre en trompant sur l'origine de la qualité, gagnant beaucoup , là ou le consommateur perd son argent et sa santé, le producteur sa marge de revenu , la publicité fortement rétribuée affirme son inutilité voire sa duperie autorisée. 

Ne laissons pas les entreprises dicter l’info - Stop à la Directive Secret des Affaires ! cliquer ici 

Pas plus que l'on ne peut changer la qualité inexistante d'un fromage en changeant d'étiquette , on ne fait  pas évoluer la République en changeant le nom d'un parti politique.

Les Français ont besoin de retrouver du sens et de la vérité voir la vidéo

Biens communs , biens privés et République : quelle articulation ?

La République basée sur le triptique : Liberté-Egalité-Fraternité doit permettre aux biens communs de l'économie issue de la Fraternité de retrouver l'Egalité face au manque de culture des grands lobbies confondant la Liberté de penser avec celle de s'enrichir à n'importe quel prix en asservissant la conscience des peuples.

En s'impliquant dans l'avenir économique des territoires pour le développement d'une qualité alimentaire- nutitionnelle- prévention santé  , la Société Civile est Républicaine, elle met en oeuvre l'articulation concrète entre Ecologie, Culture et Politique, elle ouvre des voies quand les partis professionnels grassement payés prouvent en permanence qu'ils en sont incapables  . La Société Civile se soucie de l'avenir de ses jeunes, de ses anciens et des intermédiaires impliqués souvent bénévolement dans les réseaux sociaux internet pour sortir de ce productivisme basé sur l'inutile et le gadget faisant .passer l'artificiel pour le prioritaire.

De ce fait l'Etat doit faciliter ce développement Républicain de la Société Civile plutôt que la spéculation privée, la corruption et les conflits d'intérêts qui fracturent depuis plusieurs décennies notre Société entre les gouvernants et les nombreux autres,  réduits au simple rôle de consommateurs-votants.

Gouvernants : ne laisser pas notre pays sombrer , travailler à rétablir une justice à l'endroit lire la page 

Des pistes complémentaires à suivre....

Que mangerons-nous demain ? - Cycle de conférences

Bien plus qu'hier, l'alimentation est aujourd’hui au cœur des préoccupations de notre société. L'exposition universelle 2015 de Milan en a même fait son thème. Depuis les récents travaux des scientifiques, nous prenons conscience que l’alimentation impacte, bien au-delà de notre santé, le climat de la planète : 18% des gaz à effet de serre proviennent de l'agriculture. Nos comportements alimentaires orientent le choix des modes de production agricole.

Dans ce contexte, anticiper ce que nous allons manger demain, c'est prévoir ce que nous allons produire demain, et comment nous allons le produire. lire la suite 

Que mangerons-nous demain?

Christian Rémésy, Odile Jacob, 2005

Notre alimentation est-elle adaptée à nos besoins? Pourquoi une telle montée de l'obésité, du diabète et des cancers? Pourquoi, alors que nos connaissances sur les liens entre alimentation et santé sont de plus en plus sûres, continuons-nous à être mal nourris? lire la suite

Faut-il arrêter de manger de la viande ?

Eric Birlouez, ingénieur agronome et sociologue de l’alimentation, enseignant en « Histoire et sociologie de l’alimentation », a été le médiateur du livre « Faut-il arrêter de manger de la viande ? ». lire la suite 

Faut-il arrêter de manger de la viande ? suite

Eric Berlouez   lire la suite

Pourra-t-on encore consommer des produits laitiers ?

Par Christian Rémésy, nutritionniste et directeur de recherche INRA

La communauté européenne a cru bon d’en finir avec les quotas laitiers à partir du printemps 2015, pour libéraliser les échanges de lait et de produits laitiers au sein de l’Europe et stimuler leurs exportations. Finis ou presque, les petits élevages de 30 à 60 vaches laitières, la course à la productivité est engagée avec pour résultat une baisse durable du prix du lait. Avec des prix du lait inférieurs à trente cinq centimes le litre, un prix que les industriels proposent pour mettre de l’eau en bouteille, les marges bénéficiaires seront de plus en plus réduites, d’où une course annoncée au gigantisme des volumes de production. Nous assisterons à l’essor des ateliers d’élevage hors sol, ce qui n’empêchera pas de vendre des packs de lait illustrés de vaches paisibles broutant dans des prairies fleuries. lire la suite

Pour une vision globale de la nourriture : l'alimentation-nutrition de la semence au recyclage et de la fourche à la fourchette

Une nourriture de qualité est indissociable de la vie de ses sols et de son environnement

Quand la nature sauve la nature. Comment redonner vie à des endroits ravagés par la pollution ?

 Ainsi que l'explique cette vidéo proposée par Universcience, le concept d'ingénie écologique est de plus en plus développé. Il consiste à introduire sur les sites « abîmés » des organismes – lombrics, insectes ou micro-organismes – qui, jouant un rôle essentiel dans la fertilité du sol et donc la végétalisation, vont aider la nature à se régénérer. Les fourmis en particulier peuvent restaurer la flore des sols et une expérience en ce sens a été menée dans la plaine du Crau, à quelques kilomètres d'Arles, sur un site souillé par une fuite d'hydrocarbures. voir la vidéo

Invité pour évoquer les principes d'une agriculture durable, Claude Bourguignon expose les principes de la biodynamie, plus respectueuse de l'environnement et  des animaux  voir la vidéo

Alimentation-nutrition- prévention santé lire la page 

 

Sans nouvelles filières portées pour et par la Société Civile , sans réseaux associatifs coopératifs pas de co-construction possible d'un développement durable face au changement climatique .

Forum Changer d'ère Au-delà de la révolution numérique retour à l'humain

Comment déverrouiller la France « Ne doutez jamais qu’un petit groupe de citoyens engagés et réfléchis puisse changer le monde. En réalité c’est toujours ce qui s’est passé. » Margaret Mead (anthropologue américaine, 16 décembre 1901 – 15 novembre 1978). voir les vidéos 

Former des Groupements Coopératifs Citoyens de nourriture éthique lire la page 

Laissez-nous faire ! on a déjà commencé lire la page 

Quel avenir pour les territoires ruraux face à la financiarisation de l'accaparement des terres nourricières ? lire la page 

La renaissance des « communs » invite à réinventer la politique

Entendez vous le murmure ? Dans les rues, sur les places, dans les bars, le murmure c’est « défendre le bien commun ». lire la suite

Chaque année participez au mois de l'Economie Sociale et Solidaire lire la page 

Les Français vont-ils laisser détruire l’agriculture française ?

Les agriculteurs français – mais aussi les pêcheurs – sont entrés dans une phase critique de leur histoire. C'est désormais leur existence même, en tant qu’exploitants individuels, qui est menacée de disparition pure et simple, comme cela n’a jamais été le cas au cours des deux millénaires qui les ont précédés.

L’extrême gravité de leur situation résulte de la « prise en tenailles » entre deux contraintes structurelles, qui sont en train de les broyer comme deux mâchoires.

La première mâchoire : l'Union Européenne lire la suite

Des outils participatifs avec les réseaux numériques pour développer des mises en relations

Prêtez son jardin

Propriétaire Vous rêvez d'un potager Seulement vous n'avez ni le temps ni la main verte

Jardinier Vous voulez cultiver vos propres légumes mais vous n'avez  pas de jardin

Rencontrez-vous !
site internet montauban